Pour les mamans

Aujourd’hui, on célébre toutes les mamans et comme chaque deuxième dimanche de mai, on aime se rappeler et surtout remercier ces femmes exceptionnelles de leur amour sans commune mesure. La maman, c’est celle qui se donne à ses enfants, les protège, les console, qu’ils soient petits ou grands.

En parcourant les réseaux sociaux, les vœux se multiplient autant que les témoignages. On célèbre cette grande fête par la remémoration de plein de souvenirs, chacun à sa façon. Si elle est encore de ce monde, c’est un privilège qui se célèbre. Les câlins d’enfants doivent se multiplier peu importe l’âge. Un geste spontané qui fait son effet.

Toute la journée, je vais penser à ma mère qui nous a quitté il y a un peu plus de six ans, pour un monde meilleur où j’espère qu’elle se repose. Elle n’a jamais eu de travail et elle vivait pour sa famille. Elle n’arrêtait jamais et se négligeait pour sa progéniture. Elle était partout et ses enfants étaient sa priorité. Pour rien au monde, elle nous aurait abandonné. Il y en aurait tellement à raconter que mes souvenirs s’entrecroisent.

Petit détail assez révélateur de son côté couveuse, lorsque j’ai quitté définitivement le nid familial à 22 ans, elle me faisait encore mon petit déjeuner chaque matin. Elle insistait! J’avais beau essayer de la déjouer, on aurait dit qu’elle dormait toujours sur une seule oreille, avec les yeux ouverts. J’entends encore ses pas venir.

Elle avait 80 ans lorsqu’elle a fait le grand voyage. La maladie l’avait affreusement transformée et c’est à ça que je pense aujourd’hui. Mais maintenant, sous ce beau soleil, je lui dis combien elle était remarquable pour nous et combien je l’aime. Je lui parle quelquefois, comme maintenant pour lui offrir du fond du cœur, toute ma reconnaissance à l’occasion de cette journée qui lui est réservée. Assuré de son écoute, je lui fais le plus virtuel des câlins.

Une maman, on en a qu’une seule et jusque dans l’immensité, ça demeure une pierre précieuse d’une inestimable valeur. Merci pour tout, maman et continue de veiller sur nous, avec papa, d’ici nos retrouvailles.

Des souhaits de santé

Une nouvelle année s’amorce et on a un peu beaucoup l’impression de repartir à neuf, de renaître. Certains prennent des résolutions… qu’ils ne peuvent tenir bien longtemps, alors que d’autres s’en moquent.

Encore cette année, lecteurs et lectrices, je ne vous souhaite qu’une seule chose; la santé. Celle qui vous permettra de réaliser tout le reste. D’atteindre vos objectifs et projets, de vous surpasser, de vivre la paix des beaux jours, de semer du bonheur et de la joie autour de vous. Il faut avoir goûté à la maladie pour apprécier la santé, cet état physiologique qui nous est prêté et qu’inconsciemment on ne mesure pas toujours les bienfaits.

Quoi qu’il en soit et plus que tout, souriez à la vie sans lui en demander trop, mais juste ce qu’il faut.

Bonne et heureuse année 2018.

Le plus joyeux des Noëls

À vous tous, fidèles lecteurs et lectrices, je vous souhaite le plus beau des Noëls, rempli de joie, de bonheur, de paix, d’amour et de partage.

Au moment des réjouissances, ayez une pensée pour ceux et celles qui ne peuvent partager les mêmes instants parce qu’ils ont perdu un être cher, ont faim, sont abandonnés, violentés et abusés, ou qui ont perdu tout le sens profond de cette célébration.

Enfin, gardez candidement votre cœur d’enfant pour savourer pleinement ce qui compte vraiment : le moment présent !

C’est la journée des papas…

Un père demeure le complice par excellence des rêves les plus ambitieux de ses enfants en même temps que la personne la mieux placée pour les aider à les transformer en autant de belles réalités… On ne saurait trop les remercier, particulièrement en cette journée, pour leur dévouement à l’endroit de tous les membres de sa famille, et ce, durant toute l’année.

Allez donc savoir pourquoi, lorsque l’on évoque son père, dans une occasion comme celle-ci, s’imposent à notre esprit un foisonnement d’images de plein air accompagnées d’odeur de foin coupé et de sapin baigné par la rosée, du bruissement de verts feuillages agités par un vent matinal, d’un doux refrain des temps anciens et pourtant pas si lointains…

Allez donc savoir comment, le seul fait de songer à son père procure une bouffée de fraîcheur qui nous oxygène le cœur et nous incite à aller de l’avant… Aussi, n’est-il pas étonnant qu’on ait envie de lui dire, aujourd’hui, un gros merci pour l’héritage de vie qu’il nous a transmis.

… ET DES GRANDS-PAPAS

Un grand-père sert toujours un peu de guide dans notre vie. Il nous éclaire sur le chemin de la réussite dans plusieurs domaines et apporte un réconfort dans l’épreuve. Il prend le temps et la peine d’écouter, peu importent notre humeur… et la sienne. Mais il serait trop long d’énumérer ici toutes ses qualités, ces raisons qui font qu’on attache autant d’importance à sa présence.

Chaque année, la Fête des Pères nous donne l’occasion de réfléchir au rôle important que nos pères ont joué et jouent toujours dans nos vies. Espérons que cette journée soit pour eux, aussi spéciale qu’ils le sont.

Bonne fête des pères à tous les papas de la terre et à ceux, partis trop tôt, mais qui nous observent parmi les étoiles.

Ma mère

Hier, on célébrait toutes les mamans et dans ce blogue je n’ai pas écrit d’article sur cet événement. Je me suis contenté d’inscrire l’anniversaire en marge droite, sous la rubrique On célèbre aujourd’hui…

Je ne sais pas pour quelle raison, mais les mots ne venaient pas. J’étais, comme ça, devant la page blanche qui est restée blanche. En parcourant les réseaux sociaux, les vœux se multipliaient autant que les témoignages. On célébrait cette grande fête par la remémoration de plein de souvenirs. Les mots sont revenus en fin de soirée.

Toute la journée, j’ai pensé à ma mère qui nous a quitté il y a un peu plus de cinq ans, pour un monde meilleur où j’espère qu’elle se repose. Elle n’a jamais eu de travail et elle vivait pour sa famille. Elle n’arrêtait jamais et se négligeait pour sa progéniture. Elle était partout et ses enfants étaient sa priorité. Pour rien au monde, elle nous aurait abandonné. Il y en aurait tellement à raconter que mes souvenirs s’entrecroisent.

Petit détail assez révélateur de son côté couveuse, lorsque j’ai quitté définitivement le nid familial à 22 ans, elle me faisait encore mon petit déjeuner chaque matin. Elle insistait! J’avais beau essayer de la déjouer, on aurait dit qu’elle dormait toujours sur une seule oreille, avec les yeux ouverts. J’entends encore ses pas venir.

Elle avait 80 ans lorsqu’elle a fait le grand voyage. La maladie l’avait affreusement transformée et c’est à ça que je pensais aujourd’hui. Avec le temps maussade, j’avais plus le cœur au recueillement qu’à la fête. Mais maintenant, je lui dis combien elle était remarquable pour nous et combien je l’aime. Je lui ai parlé hier en lui adressant mes vœux dans l’au-delà et je suis sûr qu’elle m’a entendu.

Une maman, on en a qu’une seule et jusque dans l’immensité, ça demeure une pierre précieuse d’une inestimable valeur. Merci pour tout, maman et continue de veiller sur nous.

Des souhaits de santé

bonne-annee-2017Une nouvelle année s’amorce et on a un peu beaucoup l’impression de repartir à neuf, de renaître. Certains prennent des résolutions… qu’ils ne peuvent tenir bien longtemps, alors que d’autres s’en moquent.

Encore cette année, lecteurs et lectrices, je ne vous souhaite qu’une seule chose; la santé. Celle qui vous permettra de réaliser tout le reste. D’atteindre vos objectifs et projets, de vous surpasser, de vivre la paix des beaux jours, de semer du bonheur et de la joie autour de vous. Il faut avoir goûté à la maladie pour apprécier la santé, cet état physiologique qui nous est prêté et qu’inconsciemment on ne mesure pas toujours les bienfaits.

Quoi qu’il en soit et plus que tout, souriez à la vie sans lui en demander trop, mais juste ce qu’il faut.

Bonne et heureuse année 2017.

Un très joyeux Noël

joyeux-noelÀ vous tous, fidèles lecteurs et lectrices, je vous souhaite le plus beau des Noëls, rempli de joie, de bonheur, de paix, d’amour et de partage.

Au moment des réjouissances, ayez une pensée pour ceux et celles qui ne peuvent partager les mêmes instants parce qu’ils ont perdu un être cher, ont faim, sont abandonnés, violentés et abusés, ou qui ont perdu tout le sens profond de cette célébration.

Enfin, gardez candidement votre cœur d’enfant pour savourer pleinement ce qui compte vraiment : le moment présent !

Je vous souhaite la santé

Bonne Année 2016Une nouvelle année s’amorce et on a un peu beaucoup l’impression de repartir à neuf, de renaître. Certains prennent des résolutions… qu’ils ne peuvent tenir bien longtemps, alors que d’autres s’en moquent.

Cette année, lecteurs et lectrices, je ne vous souhaite qu’une seule chose, la santé. Celle qui vous permettra d’atteindre vos objectifs, de vivre la paix des beaux jours, de semer du bonheur et de la joie autour de vous. Il faut avoir goûté à la maladie pour apprécier la santé, cet état physiologique qui nous est prêté et qu’inconsciemment on ne mesure pas toujours les bienfaits.

Quoi qu’il en soit et plus que tout, souriez à la vie sans lui en demander trop, mais juste ce qu’il faut.

Bonne et heureuse année 2016.

Joyeux Noël

Joyeux Noêl4.gifÀ vous tous, lecteurs et lectrices assidus du blogue, je vous souhaite le plus beau des Noëls. Une célébration remplie de joie, de bonheur, de paix, d’amour et de partage.

Au moment des réjouissances, ayez une pensée pour ceux et celles qui ne peuvent partager les mêmes instants et qui sont abandonnés, violentés et abusés, ou qui ont perdu tout le sens profond de cette fête.

Enfin, gardez candidement votre cœur d’enfant pour savourer pleinement ce qui compte vraiment : le moment présent !

Sincères remerciements

Merci4Merci d’avoir pris la peine de nous laisser un petit mot, suite à l’article d’hier sur notre anniversaire de mariage, tant sur Facebook que sur le blogue.

Soyez assurés que vous avez frappé directement nos cœurs et que nous avons apprécié chacun de ces moments de lecture.

Parents, amis et connaissances, vous êtes des gens de cœur et à ce titre, veuillez accepter ces remerciements sincères comme personnels.

Louise et Normand