Les petits flocons enchantés

Les petits flocons enchantésSur l’étendue blanche du Grand Nord, un petit point noir file comme le vent. C’est Kilia, l’Esquimaude sur son traîneau.

– Cours, Flocon ! crie-t-elle à son chien.

Elle pense au mot qu’elle a laissé à ses parents avant de quitter l’igloo : Ne vous inquiétez pas, je pars chercher la maison du Père Noël.

Tous les ans, Kilia veille la nuit du 24 décembre pour rencontrer le Père Noël. Mais chaque fois, elle s’endort. Cette année, ça ne se passera pas comme ça !

Toute la journée, Flocon court à perdre haleine. Kilia scrute l’immensité à la recherche d’un petit toit sombre. En vain. Et peu à peu, la nuit tombe et la tempête se lève.

– Cours Flocon ! encourage la fillette. Mais soudain, le traîneau se renverse et l’attelage se casse.

– Tant pis, continuons à pied !

Kilia se met en marche, ses bottes s’enfoncentdans la poudreuse jusqu’aux cuisses. Elle avance de plus en plus lentement… puis plus du tout. Il y a trop de neige. Elle ne sait même plus où elle s’en va.

– Nous sommes perdus, Flocon ! sanglote-t-elle.

Autour d’elle, des milliers de flocons virevoltent dans la nuit.

– Nous sommes perdus, petits flocons, répète Kilia en pleurant.

Mais tout à coup, il lui semble que les flocons deviennent transparents et qu’ils dansent différemment. Alors la fillette reprend :

– Aidez-nous, petits flocons.

Aussitôt, les étoiles de givre s’arrêtent de tomber et flottent autour d’elle en formant une ronde. Au centre de chaque étoile, Kilia voit surgir une minuscule fée ailée. Et bientôt, la voici entourée de milliers de fées de la neige aux ailes virevoltantes. Qu’elles sont belles !

La ronde des fées se rapproche de Kilia et, tout doucement, la soulève dans les airs. La fillette se laisse porter dans la nuit en tenant son chien serré entre ses bras.

Boum ! D’un seul coup, les fées les ont lâchés. Kilia et Flocon sont tombés sur un gros tas de neige. Au sommet, un trou laisse échapper un léger panache de fumée.

– Mais c’est la maison du Père Noël ! J’avais oublié qu’elle est couverte de neige… La seule entrée, c’est donc la cheminée.

Et aussitôt, Kilia s’engouffre dans le trou.

C’est ainsi que cette nuit là, elle fit la rencontre du Père Noël. Ce qu’ils se sont dit, nul ne le saura jamais. Mais lorsque le Père Noël raccompagna la fillette chez elle sur son traîneau, elle avait de telles étoiles qui dansaient dans les yeux, que ses parents n’eurent pas le cœur de la gronder…

Histoire d’Emmanuelle Lepetit
Illustration de Stéphanie Ronzon
Source :24 histoires merveilleuses pour attendre Noël, Éditions Fleurus 2008

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s