Pas le bon capitaine

Nos Canadiens vont mal par les temps qui courent. Les joueurs n’ont plus le cœur à l’ouvrage et c’est la débandade. La personne, ou le leader si vous préférez, devrait être le capitaine puisque sa fonction le consacre comme un rassembleur, celui qui donne l’exemple et qui est une source d’inspiration. Malheureusement, j’ai toujours été d’avis que Max Pacioretty ne rassemblait pas ces qualités. On est loin des Koïvu, Turgeon, Damphousse, Carbonneau et très grands joueurs qui ont porté fièrement le C et transporté le flambeau.

Tout ce préambule pour vous faire partager l’article de Michel Beaudry, dans les pages du Journal de Montréal d’hier, qui a parfaitement résumé la situation et constaté les mêmes observations que moi, à l’égard de l’ami Max. Le voici…

Loin du max, Max

Jeudi dernier, au Centre Bel, j’ai figé mon radar sur les 18 minutes au jeu de Max Pacioretty. À s’impliquer comme ça, il pourra jouer jusqu’à 50 ans. Dans son territoire, il descend profondément, laissant tout le champ libre au joueur de défense adverse, il se tient en bas des cercles sans s’approcher de la bande et surtout pas dans la ligne de tir. Ensuite, Max est en retard dans la sortie de zone et il sera le dernier des attaquants à mettre les pieds dans le territoire adverse.

Tout de suite, il s’en va en haut du cercle gauche et il s’arrête. Veux-tu une chaise? Ses deux coéquipiers se démènent entre le coin et le derrière du filet. Ça avorte et, lui, il attend, revient lentement vers le banc. Il ne serait pas allé sur la glace et ça aurait été pareil.

LE PARTY

Max a trouvé une façon de ne pas perdre ses batailles le long des rampes. Il n’y va pas. Il pourrait jouer avec une douzaine d’œufs dans ses culottes. Quelques séquences plus tard, en avantage numérique, encore au haut du cercle, il recevra une passe et décochera un tir des poignets sans même lever la tête afin de voir si un coéquipier n’était pas mieux placé. Le gardien capte la rondelle et arrête le jeu.

Sur l’avantage numérique suivant, jamais il ne sera découvert, forçant ainsi ses quatre partenaires à précipiter leur jeu, les rendant incapables de s’installer dans la zone des Coyotes. Résultat? Échappée des Coyotes, Lindgren fait l’arrêt. Et je ne parle pas de la punition stupide annulant l’avantage numérique dont son club était sur le point de bénéficier, alors que l’arbitre avait déjà le bras levé.

Aujourd’hui, le capitaine a une fiche de moins 11, et il n’y a rien de surprenant là-dedans. Jouer contre lui, c’est un party.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s