Les pains d’épice ont disparu!

Sur la grande place de la ville, des marchands venus de partout ont installé leurs échoppes de bois. Les gens se bousculent dans une joyeuse pagaille, les bras chargés de paquets. Louise vient chaque année au marché de Noël. Entre les casse-noisettes aux larges épaules, les Pères Noël en bois, les boules en verre et les guirlandes d’étoiles, Louise ne sait plus où poser le regard. Elle a emporté avec elle ses économies.

– Je ne dois pas oublier les cadeaux pour mes frères, songe-t-elle. Deux bonshommes de pain d’épice à suspendre dans l’arbre.

Devant une échoppe, elle tend la main vers une boîte à musique qui chante Mon beau sapin, puis change d’avis. Tout d’abord, elle va acheter ses pains d’épice. Louise se faufile dans la foule. Soudain, des cris éclatent au milieu du brouhaha :

– Mes pains d’épice, mes bonshommes en pain d’épice, ils ont disparu! s’affole une jeune vendeuse. Ils ne peuvent pas s’être volatilisés! Ils étaient là il y a encore dix minutes. Je me suis absentée un instant et quand je suis revenue, plus rien! Pff! envolés! Je remplace ma grand-mère qui a pris sa retraite mais, cela ne lui est jamais arrivé!

Tout le monde se met à chercher. Dans les sapins, sous les tables, derrière les échoppes, dans les cartons… rien. Louise est très déçue. Maintenant il est tard, il faut rentrer! Elle s’engage dans une petite rue étroite, quand tout à coup, elle fronce le nez : on jurerait une odeur de pain d’épice! Elle s’approche d’une petite maison éclairée.

– Quelle surprise, vous êtes venus! dit une petite vois frêle.

– Vous nous manquez tant, Maminette, nous avions envie de vous revoir cette année, répondent en chœur des petites voix flûtées.

Louise jette un coup d’œil par la fenêtre, elle n’en croit pas ses yeux : des bonshommes de pain d’épice dorés et moelleux sautent sur les genoux d’une vieille dame!

– C’est grâce à vous si nous existons, dit un petit ange potelé.

– Vous avez donné la recette à votre petite fille et elle sait bien nous cuisiner. Regardez comme nous sommes tendres! ajoute un Père Noël encore chaud.

– Ainsi, vous vous êtes échappés du marché de Noël! s’amuse la vieille dame.

– Oh, juste une petite minute, pour vous souhaiter joyeux Noël! explique un ours doré et dodu.

Les bonshommes de pain d’épice posent vite un baiser sur la joue de la vieille dame et filent dans la nuit rejoindre leur échoppe.

Le saint Nicolas se retourne une dernière fois en agitant la main et aperçoit Louise qui les regarde stupéfaite.

– Chut! fait-il en mettant un doigt devant sa bouche.

– Je saurai me taire, le rassure Louise, ce sera notre secret de Noël! Mais je reviendrai vous voir demain car, moi aussi, j’ai une surprise à faire à mes frères!

Histoire de Florence Cadier
I
llustrations par Madeleine Brunelet
Source : 24 histoires pour attendre Noël, Groupe Fleurus 2012