Salmigondis

MÉTÉO EXÉCRABLE
Mis à part deux décès survenus à des proches au cours de 8 dernières années, nous n’étions jamais revenus au pays avant la mi-avril. Cette année, avec la prise de possession du nouvel appartement, on s’était dit qu’à la fin de mars, les grands froids sont maintenant chose du passé… et bien non!

Il fait un froid glacial avec un -17°C la nuit dernière, jumelé à des vents violents persistants et la météo ne prévoit vraiment rien de chaud avant une autre dizaine de jours. Décidément, on l’a notre baptême. En tentant d’ouvrir la portière de ma voiture en matinée hier, la portière était presque gelée. On avait perdu l’habitude.

WALMART REVIENT SUR SA DÉCISION
Est-ce que pour une fois, la multinationale a tenu compte de l’opinion publique, celle de sa nombreuse clientèle, pour faire volteface et réembaucher le personnel vulnérable qu’elle venait de mettre à la porte? Déjà qu’à l’origine, cette décision n’aurait jamais dû être prise, la réaction spontanée et négative de la population avait provoqué un sentiment de dégoût envers Walmart.

À quelque part, la vision économique de l’entreprise aura eu gain de cause dans la décision de faire marche arrière. C’est définitivement une grande victoire pour cette classe de travailleurs qui ne demande qu’à valoriser leur propre existence par le travail.

CANADIENS DE MONTRÉAL ; UNE SAISON À OUBLIER
Triste fin que cette saison 2017-18 des Canadiens de Montréal. Les victoires, les défaites n’ont plus aucune signification. Un fait demeure cependant; il n’y a plus de place à l’erreur et toute l’équipe de direction doit prendre le blâme pour l’évaluation erronée qu’ils ont fait de leurs effectifs. Oublions les blessures qui sont le quotidien de toutes les équipes. Ça fait partie du jeu.

Mais je m’interroge sur le fait qu’il n’y a pas beaucoup de joueurs de la Ligue de Hockey Junior Majeur du Québec, au sein des espoirs de futurs Canadiens. Pourtant, on les voit grandir, et de brillante façon, chez d’autres équipes. C’est quoi que nos dépisteurs ne voient pas. C’est l’heure de vérité. Ça passe où ça casse.

LA LENTEUR DES GOUVERNEMENTS
Le camion benne qui s’est encastré dans une passerelle toute neuve avant-hier à Repentigny, n’était pas le premier incident du genre. En 2015, à Longueuil, un incident semblable s’était produit avec un résultat identique. Tout le monde se demande comment est-ce possible de rouler « benne ouverte » et à tombeau ouvert sans que le conducteur ne s’en aperçoive. Incompréhensible! Aux dires des spécialistes, c’est à peine si un voyant lumineux s’actionne ou clignote et encore là, il n’est jamais placé dans le champ de vision du conducteur.

En 2015, le gouvernement promettait d’agir. Trois ans plus tard, on attend encore la refonte du Code de la Sécurité Routière et rien n’est ressorti de concret des événements de 2015. Qui est privé de ces belles passerelles? Le citoyen ordinaire qui enfin, profite de nouvelles installations espérées depuis longtemps et qui la perd par l’immobilisme d’un gouvernement qui n’a pas d’excuses. L’imposition d’un avertisseur sonore sur le tableau de bord de ces camions, il me semble que ce soit une solution simple et logique… et ça prend une éternité pour en décider.