Quand va-t-on trancher définitivement?

Et voilà, le débat est relancé; madame Sondos Lamrhari veut garder son hijab lorsqu’elle deviendra policière au Québec. Combien nous a coûté Bouchard-Taylor il y a une dizaine d’années? Il me semble que cette commission a été claire; pas de signes religieux pour les personnes en autorité, notamment les policiers. Il me semble que ce soit transparent et surtout l’évidence même.

Les Libéraux n’ont jamais tranché la question… manque de couilles. Et quand j’entends Philippe Couillard mettre au défi les chefs de l’opposition de rencontrer madame dans les yeux pour lui dire qu’elle ne pourra réaliser ses rêves, c’est le démagogue qui parle.

La mairesse de Montréal est d’accord et elle le dit avec son sourire fendu jusqu’aux oreilles. Heureusement pour la CAQ et le PQ c’est clair et c’est NON! Si madame veut exercer sa profession de policière elle n’a qu’à aller voir ailleurs, comme la GRC qui a désavoué son uniforme pour plaire à l’infime diversité canadienne. Ils ont bafoué leur propre image. Il y a aussi Edmonton qui pourrait lui ouvrir ses portes. Aussi bien l’envoyer ailleurs parce que c’est nous qui payons ses études.

Pourquoi en sommes nous rendus là? C’est tellement imbécile que j’ai trouvé sur Facebook, la photo qui accompagne cet article et qui extrapole le conflit. Ces policiers naturistes réclament eux aussi de porter ce qu’ils veulent… Ce n’est pas merveilleux ça, comme projet de société. Ce sont des absurdités de la sorte qui ridiculisent l’existence d’un uniforme quand on se met à le contester.

En conclusion, le Petit Robert défini ce qu’est un uniforme :

1- Costume militaire dont la forme, le tissu, la couleur sont définis par un règlement.

2- Vêtement déterminé, obligatoire pour un groupe.

C’est on ne peut plus clair… sauf pour notre gouvernement et quelques « ouvert d’esprit ».