Dehors les fleurons !

Ce qu’on appréhendait, que dis-je, ce qu’on avait prévu c’est réalisé; Lowe’s fait le ménage dans RONA, acheté avec l’accord enthousiasme du gouvernement Couillard en 2016 pour se débarrasser d’un prestigieux fleuron.

Rien de surprenant… comme la Série-C de bombardier qu’on a donné à Airbus, puis le Cirque du Soleil, devenu propriété étrangère et les Rôtisseries St-Hubert, passées aux mains des Ontariens, sans oublier Netflix qui profite d’exemptions de taxes, gracieuseté du fédéral. Il me semble que ça fait beaucoup de mauvaises décisions. L’adage « né pour un petit pain », prend de plus en plus de place chez nous. En contrepartie, c’est aussi une belle manne d’or pour ces administrateurs avides de fric.

Et si on responsabilisait un peu plus les « décideurs politiques et financiers » qui prennent des mauvaises décisions du genre… tiens, voilà que je rêve. Leur punition se résume à les chasser du pouvoir… avec de généreuses primes de départ pour sécher leurs larmes de crocodile. En tout cas, j’ai bien aimé l’article qu’a pondu Josée Legault dans les pages du Journal de Montréal du 6 novembre sur le sujet, et c’est la lecture que je vous propose aujourd’hui.

CHRONIQUE D’UN FIASCO ANNONCÉ Josée Legault

C’était écrit dans le ciel. Après avoir mis le grappin en 2016 sur la chaîne québécoise de quincaillerie RONA, le colosse américain Lowe’s entreprend son grand délestage. Normal. Quand un crocodile s’offre un festin de grenouilles, difficiles pour elles d’échapper à l’inévitable.

Au Canada, Lowe’s fermera plus d’une vingtaine de magasins RONA, dont neuf au Québec. Prétextant une « réévaluation stratégique » – un grand classique des entreprises prédatrices –, Lowe’s
se défait sans broncher d’une partie de ce qui fut déjà un des fleurons de l’entrepreneuriat québécois.

Même si la chose était prévisible, Philippe Couillard et sa ministre de l’Économie, Dominique Anglade, s’étaient réjouis de la vente de RONA. « Ce n’est pas dans l’intérêt du gouvernement de bloquer la transaction », disait Mme Anglade. Ajoutant même que le Québec en sortirait gagnant. Mieux valait être sourd que d’entendre ça.

Parce que cette vente s’inscrivait dans un largage répété de grandes entreprises québécoises, j’ai analysé la vente de RONA sous toutes ses coutures. Ma conclusion : le maintien des sièges sociaux au Québec n’intéressait plus nos « grands décideurs » politiques et financiers.

ABANDON

Pour mieux le comprendre, il faut aussi lire Mise à niveau, la biographie de Robert Dutton, ex-grand patron de RONA, fraîchement publié chez Origo. Infatigable défenseur de RONA et de ce qui était son puissant écosystème québécois d’employés, d’expertise et de fournisseurs, M. Dutton y dénonce l’abandon de RONA par les pouvoirs publics :

« Lowe’s a bénéficié d’événements facilitateurs qui ont rendu l’acquisition de RONA non seulement plus réalisable, mais aussi plus attrayante. Avec la sortie d’Investissement Québec, la vente de Noble Trade, le rachat des francisés, l’aval de la Caisse [de dépôt et placement] et l’appui enthousiasme du gouvernement [Couillard], les difficultés et les complexités se sont aplanies comme par magie devant Lowe’s. […] On ne me convaincra jamais que Lowe’s a sauvé RONA. RONA a sauvé Lowe’s. »

Bref, nos « grands décideurs », dont le gouvernement Couillard et la Caisse de dépôt et placement, ont pavé la voie royale à Lowe’s. D’où la joie initiale de Mme Anglade devant la perte de RONA.

NATIONALISME ÉCONOMIQUE

En 2016, le Parti québécois de Pierre Karl Péladeau s’y était opposé. Idem pour la CAQ de François Legault. Ils avaient dénoncé la perte de plusieurs sièges sociaux québécois aux mains d’intérêts étrangers, dont RONA était le dernier à ce jour. Des pertes d’emplois, disaient-ils, suivraient.

Deux ans plus tard, le dommage est confirmé, mais François Legault est premier ministre. Contrairement à Philippe Couillard, le nationalisme économique est sa marque de commerce. Pour les prochaines fois, il lui incombera donc de stopper cet encan délétère pour l’entrepreneuriat québécois.

Car « encan » il y a. Comme le dit la chanson du même nom de Félix Leclerc : « Tiens, un Américain. C’est légal. Il est dans son droit. Une fois, deux fois, trois fois. Vendu ! Installez-vous monsieur. »

La chanson se termine toutefois sur un appel à tenir tête : « Il ne faut pas que mon histoire finisse là. » Espérons que ce sera entendu.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s