Les Francos en anglais… Un non-sens !

La Une

C’est pourtant ce qui se passe. Et après certaines personnes doutent du déclin du français au Québec. Combien de temps encore va-t-on endurer ces affronts ?

Je vous propose l’article de Sophie Durocher, publié dans les pages du Journal de Montréal d’hier. Ça en vaut vraiment la peine.

SPEAK WHITE AUX FRANCOS

« Inacceptable et irrespectueux », a dit le ministre Jolin-Barrette.

« Pas acceptable », a dit la mairesse Plante.

« Exaspérant et inexcusable », a dit la présidente de la société Saint-Jean-Baptiste.

« Navrant », ont dit le chef du Bloc Québécois et celui du Parti Québécois.

« Troublant », a dit la libérale Christine St-Pierre.

« Voyons donc, calice », a dit Guy A. Lepage.

De quoi parle-t-on ? Du fait qu’aux Francos de Montréal, des employés sont forcés de travailler en anglais. L’anglais… aux Francos, c’est vraiment le monde à l’envers !

THE FRANCOS OF MONTREAL IN ENGLISH

Au début, quand j’ai vu le titre de l’article de Thomas Gerbet de Radio-Canada, j’ai pensé que c’était une blague : Des employés des Francos se plaignent de devoir utiliser l’anglais au travail.

Ça se peut pas, ils n’ont pas osé ! Il semble que « travailler pour l’Équipe Spectra ne serait plus pareil depuis qu’elle appartient à evenko (Groupe CH) et Live Nation ».

J’ai cru pendant un instant qu’on était de retour en 1950 quand j’ai lu que « certaines réunions se tenaient en anglais, même s’il n’y avait qu’un seul anglophone parmi la vingtaine de personnes autour de la table ».

J’ai été estomaquée quand j’ai lu que « des consignes écrites ou orales sont données en anglais uniquement ». Un employé a raconté : « Les gens d’evenko m’ont fait les gros yeux quand j’ai parlé en français, en réunion ».

Mais là où ma mâchoire à vraiment décroché, c’est quand j’ai lu que l’organisateur des Francos, le groupe Spectra, a plaidé « la diversité et l’inclusion » pour esquiver les critiques. Heu, pardon ? Quelle explication stupide ! Le petit catéchisme woke pour justifier que « nous on est ouvert à toutes les langues » ? Misère !

Sur le coup, j’étais déprimée et, pour tout dire, humiliée de voir que ce Festival qui célèbre le fait français soit le symbole de la colonisation de l’anglais. Mais quand j’au vu le sursaut d’indignation que cette nouvelle a provoqué dans la société civile, je me suis dit qu’il y avait encore une lueur d’espoir.

Sentez-vous que le vent tourne ? Depuis que mon collègue Pierre-Olivier Zappa a posé la question fatidique au PDG d’Air Canada sur sa capacité de vivre en anglais à Montréal, on sent une prise de conscience.

Quand on voit la réaction épidermique de certains anglophones à la loi 96 (« au secours, on nous demande de parler la langue commune de la province où on vit »), on se désole. Mais quand on voit la réaction des décideurs face à l’anglais aux Francos, on se console.

Selon Radio-Canada, « le gouvernement Legault a mandaté l’Office québécois de la langue française pour faire des vérifications et s’assurer du respect de la Charte de la langue française dans le milieu de travail des Francos de Montréal ».

BOU HOU HOU

Il y a une chose qui me frappe dans toute cette controverse. Elle met en relief une contradiction flagrante.

Au Québec, la seule province francophone dans le « plusse meilleur pays du monde », quand on veut forcer des anglos à parler français, on se fait dire qu’on est intolérant, despote.

Mais quand une grande entreprise impose l’anglais comme langue de travail à ses employés francophones, ça fait partie de l’ordre des choses, on devrait se fermer la boîte et se résigner, au nom de l’inclusion et de la diversité ?


172e jour de l’année

Mardi, 21 juin 2022

On célèbre aujourd’hui…

LA JOURNÉE NATIONALE DES PEUPLES AUTOCHTONES

LA FÊTE DE LA MUSIQUE


À la douce mémoire de…

PIERRE LALONDE 1941-2016, chanteur de charme québécois et animateur de Jeunesse d’aujourd’hui durant de nombreuses années.


Une année de plus sur le chemin de la vie pour…

Olivier RegnaudAnnette Nantel

Bon anniversaire !


On jase là…

Installer des chaises hautes, style bar, dans l’émission l’Après Match, à TVA Sports, ne sont pas une bonne idée. On voit souvent les animateurs et analystes bouger constamment, semblant inconfortables, pour se réasseoir correctement sur leur chaise. Il me semble que des fauteuils ou un décors plus convivial serait de mise. Une question de bon goût.


Pensée et citation du jour

Par notre manière de penser et notre attitude, nous construisons notre bonheur ou notre malheur.

Paul Verlaine


Ça s’est passé un 21 juin…

(1971) Démarrage des travaux d’aménagement hydroélectrique de la Baie James. Au cours de ces travaux, la Baie James devient le plus vaste chantier d’ingénierie au monde employant quelque 18 000 travailleurs. Sa réalisation demande un investissement de 146 milliards de dollars canadiens.

(2008) C’est le pire accident dans l’histoire du métro de Washington, neuf personnes sont mortes et soixante-seize sont blessées, à la suite d’une collision entre deux rames de métro à 17 h 02 dans la capitale américaine; le métro de Washington transporte en moyenne 800 000 personnes chaque jour sur quatre lignes reliant la capitale aux banlieues de Virginie et du Maryland voisins.

(2021) Un homme perd la vie après qu’une tornade a balayé un quartier résidentiel de Mascouche, endommageant sur son passage une cinquantaine de maisons en plus de causer bien des dégâts.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :