Le don d’organes : redonner la vie

Je suis un inconditionnel convaincu du don d’organes et, vous pouvez me croire, à la minute où nous quitterons cette vie, mon épouse et moi, nous laissons notre corps aux médecins avec l’autorisation d’y prélever tout organe ou tissus sain, à quiconque les attend.

Récemment et par hasard, je suis tombé sur un documentaire à Télé Québec qui traitait de ce sujet. Mieux encore, on a pu suivre un fait réel et assister à tout le processus qu’un tel don requiert. Un reportage très émouvant où les intervenants hautement professionnels nous expliquaient de long en large ce que l’opération implique comme ressources. Tout est fait dans la douceur, le respect et l’admiration du donneur. Après un tel reportage, j’ai du mal à comprendre que des gens refusent encore ce geste d’une générosité sans limites qui redonne la vie à quelqu’un en attente de jours meilleurs.

C’était l’histoire d’une femme de 59 ans, décédée des suites d’un accident de la circulation où elle a été happée mortellement alors qu’elle traversait la rue. Dans son passé, elle avait fait don d’un de ses reins à sa sœur, démontrant ainsi sa grande générosité.

Dès son décès constaté et l’approbation de sa famille pour donner ses organes, toute une équipe s’est mise en branle pour les prélèvements. Il y a une foule de paperasse à remplir et tout se déroule en collaboration avec Transplant Québec, les services de police, les médecins et tout le personnel infirmier. Le personnel médical a branché la donneuse à une foule d’appareils qui maintenaient ses organes en fonction.

Il a été déterminé que ses poumons et son rein seraient prélevés. Au moment de procéder, toute l’équipe médicale s’est recueillie et observé une minute d’un silence le plus total en respect pour la donneuse. On a pu voir en direct le chirurgien procéder à leur extraction; deux jolis poumons tout roses, placés délicatement dans des sacs, sur de la glace, que les ambulanciers ont transporté à l’aéroport où un avion attendait les précieux organes. Puis ce fut autour du rein de quitter la donneuse en prévision de la transplantation. Je dois dire que c’est assez saisissant de voir ces organes comme ça… très impressionnant !

Dans les deux cas, les receveurs ont pu reprendre une vie tout à fait normale grâce au geste inestimable de cette dame. C’est là qu’on peut mesurer toute l’ampleur d’un tel geste d’altruisme.

À la fin de l’opération qui a duré cinq heures, on sentait l’immense satisfaction de l’équipe médicale, heureuse de ce miracle. Parce que, comme donner naissance, c’est aussi faire naître un sentiment de renaissance envers le receveur qui pourra, dans beaucoup de cas, profiter pleinement de sa nouvelle vie. Imaginez : une personne meurt et peut permettre à plusieurs autres d’espérer des jours meilleurs. Il n’existe pas plus grand don de soi que celui-ci.

La réalité plus sombre cependant est que malheureusement, plusieurs familles refusent le don d’organes, même si le donneur y a consenti. Les prétextes; la souffrance de la victime, la douleur de perdre un être cher, c’est contre leurs principes religieux, la peur que les médecins causent la mort pour pouvoir prélever des organes plus rapidement… le reportage démontre tout le contraire. Si tout le monde permettait le don d’organes, les listes de patients en attente diminueraient substantiellement tout en permettant de donner l’espoir à d’autres qui brûlent de vivre.

Ce reportage répondait à toutes ces questions. Mais s’il vous reste, ne serait qu’une toute petite crainte sur le don d’organes, je vous encourage hautement à le visionner en cliquant ce lien (via une application VPN cependant, si vous êtes à l’étranger).

En épilogue, ce reportage nous montrait la rencontre annuelle des familles reliées aux dons d’organes afin de rendre hommage aux donneurs avec des témoignages émouvants des receveurs qui, grâce à leurs donneurs, peuvent continuer leur vie dans l’allégresse. Voir quelqu’un revivre et en témoigner, c’est incommensurable. Les boîtes de papiers-mouchoirs se vidaient rapidement et sans retenue.

Il faut donner à ce geste tout son sens. Pensez-y; mourir et redonner la vie. C’est l’apothéose de l’espoir.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s