Poiline

Péniblement, Poiline traversait l’allée asphaltée qui menait au jardin de madame Lafleur. Ouf ! Quelle chaleur ! Elle se demandait bien pourquoi le Créateur avait commis l’erreur de recouvrir de fourrure, au beau milieu de l’été, d’innocentes petites chenilles comme elle. Cependant, curieuse et têtue, elle refusait obstinément d’aller se réfugier à l’intérieur du cocon comme l’avaient fait ses cousines afin de se transformer en magnifiques papillons et pouvoir s’envoler vers des pays plus chauds. Non ! Elle ne voulait rien manquer de ce qui se passait dans la nature. L’automne venue, elle s’entêta à rester dehors.

– Je ne veux pas m’endormir pour l’hiver ! Moi je veux voir la nuit de Noël. Il paraît que dans la forêt, tout devient féérique. Bizebize, l’abeille, et Roucoucou, la sittelle, me l’ont raconté. Selon elles, les sapins s’habillent de pompons blancs et les branches des arbres se parent de cristaux scintillants comme des diamants. Si on écoute bien avec son cœur, on peut entendre les anges chanter des cantiques de Noël, accompagnés par le vent qui joue des airs de violoncelle. Elles racontent même que, cette nuit-là, une étoile plus brillante que les autres illumine le paysage. Pas question de manquer ça ! Après tout, avec mon manteau de fourrure jaune et blanc, je suis assez chaudement vêtue pour résister au froid, c’est certain !

Hélas ! Poiline ignorait que l’hiver s’amuse à mordre cruellement les chenilles imprudentes. Une fois la saison froide venue, elle se mit à frissonner sans arrêt et grelotter de tous ses poils. Comme elle regrettait sa témérité ! Ah ! elle aurait dû écouter ses cousines et s’installer bien au chaud dans un cocon. Au lieu de cela, elle souffrait, abandonnée à elle-même sous la branche d’un arbre et sauvagement attaquée par le froid. Tour ça pour voir Noël qui tardait à venir ! Elle n’en pouvait plus.

Un bon matin particulièrement glacial, elle sentit qu’elle allait bientôt mourir. Agrippée de toutes ses dernières forces à l’écorce d’un grand érable, elle pleurait à fendre l’âme.

– Au secours, quelqu’un ! Au secours !

Mais une chenille n’a pas de voix, et personne ne l’entendit. Alors la pauvre Poiline perdit connaissance. Les poils de sa fourrure se raidirent comme des aiguilles et son corps devint rigide comme un glaçon.

Ce jour-là, la sittelle Roucoucou, passant dans les parages, se mit à picorer l’écorne d’un arbre avec son bec, à la recherche de graines et d’insectes gelés. Son regard fut soudain attiré par une étrange tache jaune et brune qui pendouillait sur le bout d’une branche.

– Tiens ! on dirait un bonbon. Miam ! Miam ! Mais… mais, ma foi du ciel, c’est Poiline ! Oh ! mon Dieu ! Que lui est-il arrivé ? Dire que j’ai failli la manger… Vite ! Il faut faire quelque chose ! Peut-être est-elle encore vivante ? Ianc ! Ianc !

Les cris de Roucoucou retentirent dans toute la forêt. En entendant cet appel de détresse, la chorale entière des sittelles à poitrine blanche en train de répéter ses chants de Noël, ce matin-là, s’élança dans les airs. À peine quelques minutes plus tard, une trentaine de sittelles se retrouvèrent perchées sur les bras du vieil érable, tout ému de recevoir autant de visiteurs à la fois. On tint alors un grand conseil.

– Si on transportait la chenille sous la charpente du pont de bois enjambant le ruisseau ? proposa une sittelle au capuchon couleur d’acier.

– Elle se trouverait à l’abri des rôdeurs, renchérit un beau mâle à cou noir.

– Bonne idée ! approuva Roucoucou. Allons voir sur place pour nous assurer qu’aucun écureuil ou raton laveur ne puisse atteindre notre pauvre amie Poiline.

Voilà qu’une volée de sittelles se mit à tourbillonner autour du petit pont, en piaillant à qui mieux mieux.

– Chut ! taisez-vous ! fit soudain un autre oiseau, j’entends du bruit sous le pont. On dirait un étrange grésillement…

En peu de temps, les oiseaux découvrirent un nid d’abeilles à l’intérieur d’un cocon suspendu sous le pont. Et ça bougeait là-dedans !

– Eh ! les abeilles, vous ne dormez pas ?

Bizebize, la reine de la ruche, se montra sur le pas de la porte. Elle sautillait, tournoyait, ne tenait pas en place. Jamais Roucoucou ne l’avait vue aussi enjouée.

– Ianc ! Ianc ! Que se passe-t-il donc chez vous, les mouches à miel ?

C’est Noël demain, mon amie ! Ne savais-tu pas que le 24 décembre, les abeilles se réveillent toujours ? Ce jour-là, le bon Dieu donne la permission spéciale aux animaux qui hibernent de sortir de leur sommeil afin de célébrer avec les anges, La marmotte dans son tunnel, l’écureuil dans son tronc d’arbre, l’ours dans sa tanière, tous se lèvent miraculeusement pour fêter, à minuit, la naissance du petit Jésus.

– Ah ! bon…

– Nous les abeilles, sommes en train de préparer notre nectar spécial, selon la recette de nos ancêtres. Tu comprends bien que madame l’Ourse a hâte d’y goûter ! Serais-tu venue pour m’apporter tes bons vœux du temps des Fêtes, ma chère Roucoucou ?

– Ianc ! Ianc ! Je… hum… c’est-à-dire… Pour être franche, non ! En fait, nous cherchons un endroit pour cacher la pauvre chenille Poiline. Nous la voulons en sécurité et à l’abri des prédateurs et des tempêtes pour le reste de l’hiver. Imagine-toi que je viens de la trouver gelée et inanimée sous une branche de l’érable. Que vais-je en faire ? Aurais-tu une idée ?

– Bien sûr ! Emmène-la ici, dans notre nid. On trouvera bien un coin où l’installer. Après tout, les abeilles et les chenilles ont toujours fait bon ménage. Et puis, on ne va pas abandonner notre amie la veille de Noël, tout de même !

On se mit immédiatement à l’œuvre. Roucoucou s’empara délicatement de la pauvre chenille toute raide et toujours inanimée, et on la transporta jusqu’au pont. Avec mille précautions, les abeilles tentèrent de l’introduire à travers le minuscule orifice de leur nid. On se bousculait, chahutait, culbutait, tirait, poussait. Finalement, on réussit à la faire basculer à l’intérieur.

– Ianc ! Ianc ! Bravo ! lancèrent les sittelles en chœur. Merci et joyeux Noël à vous, les amies !

– Zzzzzzz ! saluèrent les abeilles dans un gigantesque bourdonnement.

Ravis d’avoir sauvé Poiline, les oiseaux repartirent à grand coups d’ailes vers leur sapin afin d’achever les derniers préparatifs de Noël. Poiline, quant à elle, bien au chaud dans le nid d’abeilles, se mit à dégeler. Son poil sécha et redevint soyeux en quelques minutes.

– Où suis-je ? Que m’arrive-t-il ? Et quel est cet étrange bourdonnement autour de moi ?

– Salut ! C’est moi, ton amie Bizebize. Sois la bienvenue chez nous ! Mes sœurs et moi, nous t’offrons l’hospitalité pour tout l’hiver. C’est notre cadeau de Noël.

Noël ! Le mot magique acheva de ramener Poiline à tous ses esprits. On lui fit boire un grand bol du fameux nectar au miel de Noël et elle commença rapidement à prendre du mieux. Elle se sentit au centre de la fête et, même sans voix, elle mêla sa joie aux cris joyeux et aux chants de Noël qui remplirent la ruche durant toute la nuit. Par l’orifice du cocon, Poiline put apercevoir l’étoile mystérieuse au milieu du firmament et le merveilleux manteau de neige recouvrant la forêt.

Une fois la fête terminée, les abeilles et leur amie la chenille, épuisées de plaisir et ivres de nectar, replongèrent dans un sommeil profond jusqu’au printemps, serrées bien au chaud les unes contre les autres.

Cette année-là, quand avril se pointa à l’orée du bois, un miracle se produisit secrètement sous les poutres du vieux pont : un magnifique papillon jaune et brun sortit de la ruche. Il se mit à batifoler çà et là, sautillant de fleur en fleur, battant l’air de ses grandes ailes et tournoyant en dessinant des arabesques folles.

Un jour, il rencontra une sittelle bavarde qui vint lui piquer une jasette.

– Bonjour, papillon ! Comme tu es joli ! Je m’appelle Roucoucou. Et toi ?

– Moi, je suis Poiline. Ne me reconnais-tu pas, ma chère Roucoucou ? Je te cherchais partout pour te remercier. Regarde ce que je suis devenue. Je te dois la vie, tu sais !

Pour la première fois de l’histoire, on vit une sittelle et un papillon se donner des baisers dans l’air vif et bleu. Décidément, l’été qui venait serait heureux.

Contes de Noël pour les petits et les grands, de Micheline Duff, Éditions Québec Amérique 2012.