Ne faites pas ce que je dis

Assez réaliste et criant de vérité, l’article de Richard Martineau dans le Journal de Montréal, de dimanche dernier.

J’y ajouterai aussi mon grain de sel en mentionnant une phrase devenu célèbre de Justin Trudeau : « Ceux que désirent voyager, on vous demande de renoncer d’aller à l’étranger » par esprit de solidarité pour ceux et celles qui observent scrupuleusement les consignes.

C’est comme le papa qui dit à son fils : « Ne va pas jouer dans le gros trou d’eau en face du garage… ». Le petit sort de la maison, avec ses bottes de pluie, et le premier geste qu’il pose, est de se mettre les deux pieds dans l’eau. Un portrait assez clair de ce qui se passe présentement avec nos voyageurs.

L’ami Justin n’avait simplement qu’à fermer les frontières aériennes, point à la ligne. C’est simple, limpide et efficace. Non, trop mou l’ami Justin… et les élections fédérales qui, probablement s’en viennent, alors autant mettre les Canadiens de son bord. Comme son laxisme envers les fraudeurs de PCU.

Que penser des compagnies aériennes qui ont baissé leurs forfait vers le Sud de près de 60 %, afin d’inciter les gens à voyager. Ces compagnies sans solidarité sociale qu’on subventionne à tour de bras. Le fric a parlé. 

Vous avez vu la UNE du Journal de Montréal du 28 décembre ? Éloquent ! Ces amants du soleil nous criaient;  » On s’en va dans l’Sud, mais on va faire attention…  » Menteurs pas à peu près. Les consignes sont restées dans l’avion !

Quoi qu’il en soit, voici le texte de Martineau.

————————————————-

QU’ATTENDEZ-VOUS POUR FERMER LES FRONTIÈRES ?

Donc, si je comprends bien, aujourd’hui je ne peux pas aller bouquiner dans une librairie ou manger en tête à tête avec ma blonde dans un restaurant, mais je peux sauter dans un avion et aller faire la fête dans le Sud avec mes amis.

Suis-je le seul à trouver ça absurde ?

« LA POLICE VA LES SURVEILLER »

Vous me direz que les gens qui vont dans le Sud ne représentent aucun danger, car ils vont se mettre en quarantaine à leur retour.

Voue êtes sérieux ? Vous croyez vraiment ça ?

Si ces gens sont assez irresponsables pour partir, je ne vois pas pourquoi ils changeraient leurs comportements à leur retour…

À moins qu’à partir d’une certaine quantité, le Pina Colada ait un effet miraculeux sur le jugement.

« Oui, mais la police va les surveiller », me répondrez-vous.

Regardez-moi dans les yeux deux secondes.

Nos corps policiers n’arrivent pas à surveiller les pédophiles quand ils sortent de prison.

Ils ne réussissent pas à empêcher les hommes violents en libération conditionnelle de tuer leurs enfants et leur ex-conjointe.

Nos experts en sécurité nationale perdent la trace des jihadistes qui reviennent au pays après être allés combattre aux côtés de l’État islamique en Syrie.

On a de la difficulté à protéger nos frontières et à endiguer l’immigration illégale.

Nos gouvernements donnent des contrats et des subventions à des individus qui ont été condamnés pour fraude.

Et là. On pourrait savoir si un bozo qui est revenu du Sud avec un sombrero sur la tête reste bel et bien chez lui pendant 14 jours ?

Alors qu’on n’est même pas foutu de surveiller des terroristes potentiels ? Et que nos autorités permettent à des tueurs de femmes de fréquenter des travailleuses du sexe à leur sortie de taule ?

Wow.

Si vous croyez ça, vous êtes vraiment naïfs…

DIX MINUTES

Je ne peux pas croire que, malgré tout ce que les travailleurs de la santé nous racontent depuis deux semaines, les infirmières qui pètent au frette, les opérations chirurgicales reportées, ces adultes malades qu’on a envoyé dans un hôpital pour enfants faute de place, les hôpitaux qui envisagent d’appliquer un protocole de triage des patients aux soins intensifs (quels patients on va laisser mourir, lesquels on va soigner), il y ait encore des gens qui haussent les épaules et s’envolent pour Cayo Coco.

Quel manque total de civisme…

Je l’ai dit et redis.

Si un pays nous déclarait la guerre, on ne tiendrait pas dix minutes.

On se coucherait plus rapidement que l’Association des libraires devant une plainte d’un étudiant de l’UQAM.

Quoi ? Respecter un couvre-feu ?

Fermer les lumières après une certaine heure ? Se cacher dans un bunker ? Rationner l’essence et les denrées alimentaires ? Porter un masque à gaz ?

Mais c’est une attaque contre nos droits et libertés !

Vite, citoyens, levez-vous !

Résistez !

Pas contre l’envahisseur, mais contre votre gouvernement !

Comme disait Tocqueville, fervent admirateur de l’Amérique et grand défenseur des droits individuels, « À la longue, l’individualisme attaque et détruit toutes les autres vertus et va s’absorber dans l’égoïsme… »

En d’autres mots : à force de ne penser qu’à lui-même, l’individu oublie qu’il vit dans une communauté.

C’est exactement ce qui nous arrive…

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :