Couper dans le gras

Philippe CouillardÇa brasse au Québec avec la décision du gouvernement Couillard de moduler les frais de garde en fonction des salaires des chefs de familles. Personnellement je ne suis pas contre une telle mesure qui aurait due toujours exister. J’ai toujours penché pour le principe de l’utilisateur payeur, et selon ses revenus lorsqu’il obtient un service subventionné.

Là où je m’interroge est sur la manie qu’ont les gouvernements de toujours chercher des revenus supplémentaires chez les CONtribuables, alors qu’ils ne coupent jamais dans leur propre cour. Les libéraux sont passés maîtres dans cet art. Du gras autour de l’os il y en a beaucoup dans l’administration publique. Tout ce qu’ils savent affirmer c’est que le Québec est dans le rouge, même le rouge foncé et jamais on entend parler d’imposer un régime minceur de leur côté. Leurs budgets ne cessent d’augmenter.

Je vous rappelle que, mis à part la courte séquence minoritaire de 18 mois du gouvernement Marois, les libéraux en détiennent une bonne part du déficit puisqu’ils étaient au pouvoir depuis 2002. C’est aussi sous leur règne que la Caisse de dépôt a été dépouillée de 40 milliards de dollars et que la corruption a été dévoilée au grand jour. Alors expliquez-moi comment il se fait que ces mêmes personnes, qui ne salivent qu’à fouiller dans nos poches, ont été reportées au pouvoir majoritairement l’hiver dernier? Les libéraux au pouvoir, les manifs reprennent vie. C’est viscéral!

Et pour finir sur une note triste, ils nous ont déjà fait la promesse que ce sera pire en 2015. Les «miettes» que les garderies leur rapporteront seront insuffisantes. Et entre vous et moi, dans votre propre quotidien, si vous êtes pris à la gorge est-ce que vous planifiez des projets coûteux? Je ne crois pas. Vous attendez que votre situation financière s’améliore et c’est une très sage et logique décision car il y va de VOTRE fric. La vision d’un gouvernement est de VOUS satisfaire avec VOTRE argent, même par des projets farfelus, pour le reprendre ensuite en impôts et en taxes, quand ce n’est pas de laisser la dette aux générations futures. C’est toute la différence et collectivement, on va tous mourir endettés.