Humour endimanché

Un cardiologue meurt. Pour la circonstance, l’entrée du caveau a été ornée d’un énorme cœur de deux mètres de haut, fait avec des fleurs, et le cercueil est placé devant. Après le sermon et les adieux, le gigantesque cœur s’entrouvre, le cercueil est placé à l’intérieur puis le cœur se referme. C’est magique, et tellement beau, tout en étant si triste. Tout le monde est silencieux, triste, mais ébloui par cette démonstration très significative. Soudain, un homme éclate de rire. Son voisin le réprimande sérieusement d’un air sévère :

– Chut! Mais qu’est-ce qui vous prend de rire comme ça ?

Et l’homme de répondre :

– Je pense à mes obsèques. Je suis gynécologue !

————————————————————-

Jean souffre d’horribles maux de tête et se rend chez le médecin. Après un examen complet, le médecin lui dit :

– J’ai une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle est qu’il existe un traitement pour vos maux de tête.

Jean, soulagé, demande :

– Et la mauvaise ?

– La mauvaise, c’est que vos maux de tête sont causés par un rare problème: vos testicules sont coincés contre votre colonne vertébrale. La seule manière de vous débarrasser du mal, c’est de vous enlever vos testicules de manière chirurgicale.

Jean est atterré par cette nouvelle, mais tellement écœuré des maux de tête qu’il se résigne à subir la chirurgie. Quelques jours plus tard, il sort de l’hôpital et se sent comme un homme neuf. Pour la première fois en 18 ans, il n’a pas mal à la tête. Il est tout de même conscient du fait qu’une partie de lui n’est plus là, et décide donc d’aller faire les magasins pour se remonter le moral. Il entre dans une boutique et obtient l’aide d’une vendeuse âgée pour s’acheter un complet.

– Laissez-moi deviner, dit-elle… taille 48 ?

– C’est exact, répond Jean, surpris. Comment le saviez-vous ?

– J’ai plus de 40 ans d’expérience, explique la vieille dame.

Le complet lui fait tellement bien que Jean décide d’acheter en plus une nouvelle chemise.

– Taille 39, dit la vieille dame.

Encore une fois, elle a deviné parfaitement. Tant qu’à y être, Jean décide d’acheter des sous-vêtements.

– Je vais vous en chercher… grandeur médium, dit la vieille dame.

– Ah ! enfin vous faites une erreur, dit Jean. Je porte des « extra small » depuis près de 20 ans.

La dame répond :

– Ah non… vous ne devriez pas. Cela va comprimer vos testicules contre votre colonne vertébrale et vous donner d’affreux maux de tête!

—————————————————————-

Deux femmes de 90 ans, Rose et Berthe avaient été amies durant toute leur vie. Quand il fut clair que Rose allait mourir, Berthe la visitait chaque jour. Un jour, Berthe lui dit :

– Rose, nous avons toutes les deux aimés jouer à la balle molle pour femmes toute notre vie et nous avons joué durant toutes nos années scolaires. S’il vous plaît, fais-moi une faveur. Quand tu seras au Ciel, d’une façon quelconque, laisse-moi savoir s’il y a des femmes qui jouent à la balle molle là-haut. Rose regarda Berthe de son lit de mort et dit :

– Berthe, tu as été ma meilleure amie durant plusieurs années. Si cela est possible, je te ferai cette faveur.

Peu après, Rose mourut. Quelques nuits plus tard, Berthe fut réveillée d’un sommeil profond par un éclat de lumière blanche aveuglante et une voix l’appelant :

– Berthe, Berthe…

– Qui est-ce? demanda Berthe, en s’asseyant soudainement. Qui est-ce ?

– Berthe, c’est moi, Rose…

– Vous n’êtes pas Rose. Elle vient tout juste de mourir.

– Je te le dis, c’est moi, Rose, insista la voix.

– Rose ! Où es-tu ?

– Au Ciel, répondit Rose. J’ai vraiment de bonnes nouvelles et une petite mauvaise nouvelle.

– Dis-moi les bonnes nouvelles en premier, dit Berthe.

– Les bonnes nouvelles, dit Rose, il y a de la balle molle au Ciel. Encore mieux, toutes nos vielles copines qui sont mortes avant nous sont ici aussi. Mieux encore, nous sommes toutes jeunes ici. Encore mieux, c’est toujours le printemps, ni pluie, ni neige. Et le meilleur de tout, nous pouvons jouer à la balle molle tant que nous voulons et nous ne sommes jamais fatigués.

– C’est fantastique! dit Berthe. C’est au-delà de mes rêves les plus fous. Alors, quelle est la mauvaise nouvelle ?

– C’est toi qui lances mardi prochain…!

—————————————————————-

C’est toujours le même fermier qui rapporte le plus de lait à la fromagerie. Pourtant tout le monde sait dans le village que ce fermier ne possède que quelques vaches. Alors comment fait-il ? Intrigués, les autres fermiers décident d’aller lui poser la question :

– Mais comment fais-tu pour obtenir tant de lait avec si peu de vaches ? C’est quoi ton truc ?

– Oh ! C’est tout simple…

– Je le savais ! Tu utilises des produits spéciaux.

– Mais non… où vas-tu chercher ces idées. Des produits spéciaux pour les vaches, mais non !

– Alors comment ?

– Bien c’est simple, le matin quand je vais traire mes vaches, pour les motiver je leur pose toujours la même question :

– Alors mes petites, ce matin qu’est-ce que vous me donnez ? Du lait ou du steak ?

—————————————————————-

Un homme dit à sa femme qu’il prend une douche et part aussitôt pour un dîner d’affaires de dernière minute. Sa femme a un doute et profite qu’il est sous la douche pour lui faire les poches. Elle y découvre un petit mot: « Mon amour, je t’attends ce soir. Je te cuisinerai ton canard en sauce, celui dont tu raffoles tant… »

L’épouse ne se décourage pas et décide de sortir le grand jeu; déshabillé sexy, maquillage et parfum envoûtant accompagné d’une posture plutôt engageante. Le mari, stupéfait, se jette immédiatement sur sa femme et lui fait l’amour avec une passion oubliée depuis longtemps et renouvelle même son exploit à 2 reprises.

Tout à coup, il se souvient de son mensonge et comprend qu’il est obligé d’aller à son soi-disant repas d’affaires afin d’éviter de mettre la puce à l’oreille à son épouse. Épuisé, il se rend chez sa maîtresse et lui annonce d’entrée qu’il est éreinté par une journée de travail et qu’il va juste manger et repartir tôt.

Le repas terminé, il s’endort et la jeune femme vexée et douteuse fouille dans ses poches et découvre son petit mot doux sur lequel l’épouse a ajouté ceci : « Je vous envoie le canard, mais je crains qu’il n’ait plus de sauce… »

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s