Salmigondis

BOMBARDIER VEUT ENCORE NOUS SIPHONNER

Notre « fierté nationale » Bombardier a encore besoin de notre fric… et le gouvernement va leur donner. Ça donne des nausées ! Le gouvernement avec son ministre Fitzgibbon va s’empresser de dépouiller les CONtribuables pour satisfaire aux demandes d’Alain Bellemare et de son équipe de milliardaires.

Évidemment, une fois revigoré, les dirigeants de Bombardier en profiteront pour se voter de substantielles augmentations de rémunération. Et si c’étaient eux-mêmes qui fouillaient dans leurs poches pour remettre sur pied la compagnie ??? Tiens, voilà que je fabule !

L’EXIL DE NOS UNIVERSITAIRES

Nous sommes vraiment des cons. Nos étudiants universitaires québécois adorent s’instruire au Québec parce que c’est économique. Les tarifs sont modiques et après ils décident de s’expatrier pour profiter de plein d’avantages, se payer une belle vie et s’en mettre plein les poches. Le meilleur des deux mondes.

À les voir et lire dans le Journal de Montréal, qui publiait un dossier sur le sujet dernièrement, ils respirent le bonheur et la santé. Ah, ils ont l’intention de revenir… mais dans un avenir très lointain. Et le jour où ils tomberont malades, où pensez-vous qu’ils se feront soigner ? Au Québec, bien sûr, parce que c’est gratuit. Simple comme bonjour !

Pourquoi notre cher gouvernement n’obligerait pas un diplômé universitaire de travailler obligatoirement au Québec pour les 20 premières années de sa pratique ? À défaut de quoi, il devrait rembourser 25 000 $ annuellement, indexé, et pour la durée totale de leur exil. Une redevance parfaitement légitime, parce qu’il y a un peu de nous, CONtribuables, là-dedans.

UN BOYCOTT AU QUÉBEC POUR MOLSON ET BELL

C’est utopique que ça puisse se produire mais c’est ce que ces grosses compagnies mériteraient. On annonçait récemment que les conseils d’administration de Molson Coors et Bell avaient quitté le Québec. Pour Molson Coors, c’est à Chicago et Milwaukee qu’ils seront concentrés, alors que Bell c’est à Toronto que ça se passe.

Plus rien au Québec et pendant ce temps ils se moquent de leurs clients québécois. Ce serait bien de se foutre d’eux comme ils se complaisent à le faire. Mais nous sommes tellement égoïstes et blottis dans notre douillet confort, qu’aucun moyen de pression n’est envisageable. Pour ma part, je ne suis plus client de Bell depuis plusieurs années et ma bière, de retour au Québec, proviendra d’un brasseur québécois.

LA COMMISSION DES LIBÉRATIONS CONDITIONNELLES EN A ÉCHAPPÉ UN

Un de trop ! Et qui paiera pour cette mauvaise décision ? Personne ! Sauf que Marylène Lévesque y a laissé sa vie. Nous avons vraiment un système judiciaire plein de trous. On tue, on obtient une sentence et nous ne sommes pas foutus de la faire appliquer dans son intégralité.

Ça sert à quoi finalement. Eustachio Gallese a été condamné en 2006 à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 15 ans. Alors, que faisait-il dehors ? Quels crétins ont permis que se psychopathe se retrouve à l’extérieur après seulement 13 ans, soit depuis mars 2019 ?

Il me semble que quand un juge, se basant sur la preuve hors de tout doute, décide d’imposer une sentence, celle-ci doit être totalement respectée. Si mes cours de mathématique m’ont permis de savoir calculer, 2006 plus 15 donne 2021 comme résultat. Alors pourquoi ce maniaque était-il en semi-liberté et pouvait en profiter pour avoir des relations sexuelles à volonté et pour assouvir ses bas instincts ?

Il y a vraiment trop de questions sans réponses et comment croire aveuglément à notre système judiciaire dans son ensemble. Si vous voulez mon avis, les commissaires qui ont accordé cette libération devraient être congédiés sur le champ. Il n’y a pas de place pour des incompétents du genre.

ON AURA TOUT VU

Il faut vraiment séjourner aux États-Unis, précisément en Floride, pour constater de visu des invraisemblances. L’autre fin d’après-midi, ma conjointe et moi attendions, dans le stationnement d’un restaurant, les autres invités à un souper d’anniversaire, bien assis dans notre véhicule.

À un moment donné, deux jolies jeunes filles, dont une avec une poitrine plantureuse, sortent du restaurant et se dirigent vers leur véhicule de type « pickup » garé dans le stationnement. La passagère prend place à l’avant et la plantureuse du côté conducteur. Soudain, toujours à l’extérieur, celle-ci ouvre sa porte, ainsi que la porte arrière comme pour faire des paravents.

Immédiatement, je dis à Louise, que cette fille va se mettre en position d’uriner à l’extérieur. Sans attendre, elle descend son pantalon et sa petite culotte, s’assoit sur le bord du marchepied et urine. Une fois sa drôle de besogne accomplie, elle expose son poil pubien, remonte ses vêtements et s’installe au volant pour quitter, laissant sa grande trace d’urine sur son emplacement.

Moins de 5 minutes avant, elles étaient dans le restaurant, loin d’être bondé, et dont les toilettes fonctionnaient parfaitement. C’est quoi le trip ? Allez savoir…

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s