Le couvre-feu… quelle bonne idée !

La meilleure initiative du gouvernement Legault est bien de décréter un couvre-feu. Depuis le temps qu’on l’attend, c’est le glaçage sur le gâteau depuis les tout débuts.

Avez-vous seulement pensé aux chiens qui retiennent leur sphincter depuis mars dernier ? Enfin, ils peuvent laisser sortir la crotte après 20 heures. Pas en matinée ou en après-midi… après 20 heures. C’est l’heure où leur système d’évacuation est le plus performant. On vient de découvrir cela. Ouf ! il était temps. En plus, pas besoin de ramasser ce tas de merde parce qu’il n’y a pas un chat… oh, pardon, un humain, pour nous prendre en défaut. Dans la neige, cette déjection durcie subitement, alors la nature va s’en charger.

Autre bienfait, économique celui-là, ce sont les amendes salées, à payer par nos hurluberlus qui s’amusent à défier l’autorité, provoquant le système en défiant les consignes. À 1 546 $ la sortie, il aurait été préférable que ces « poches pleines » fassent un don équivalent aux œuvres caritatives qui en ont toujours besoin.

Autre bienfait de ce couvre-feu; la société profitera d’une bonne marche après 20 heures. En boni, ils peuvent marcher dans les rues désertes. Avant 20 heures, c’est risqué de se faire frapper. Beaucoup plus réparateur qu’en matinée ou en milieu de l’après-midi, c’est prouvé qu’une bonne randonnée pédestre demeure un beau défi, pendant un couvre-feu. Et si c’était la guerre ???

Les lignes ouvertes se font aller. Souvent le fait que les écoles soient encore ouvertes devient le sujet de conversation favori. Les parents sont inquiets du rendement d’apprentissage des enfants. Leur année académique est désastreuse parce qu’ils risquent d’échouer. Et puis ? De tout temps, certains élèves devaient « doubler » sans que ce soit un drame. Le beau côté de cette pandémie est qu’ils apprennent à se débrouiller, à faire face à des situations tragiques et contraignantes de la vie. À sortir de la ouate dans laquelle on les enferme constamment.

Quand on regarde tout ça, on constate que toute décision que prend le gouvernement est contestée par une minorité qui ne se gêne pas pour leur faire savoir. Très souvent, ce sont des peccadilles, des doléances de personnes gâtées par la vie et qui préfèrent conserver intact leur petit bonheur. Dès qu’on les sort de leur routine, ils deviennent dépressifs et manquent d’imagination pour profiter de la situation qui, je le répète, n’est la faute de personne.

Aussi bien prendre cette épreuve du bon côté puisque, qu’en faisant le tour de la terre en une seule journée, les virus sont appelés à nous contaminer encore plus.

Tout le monde est tanné de cette pandémie persistante mais dans le fond, pourquoi en sommes-nous là après 10 mois ? Vous êtes-vous posé la question ? J’ai l’indiscutable réponse : beaucoup de personnes N’ÉCOUTENT PAS LES CONSIGNES ! Tant qu’il en sera ainsi, le virus règnera en roi et maître.

Heureusement, les vaccins sont arrivés… et la contestation se met en branle, encore et encore.

Devant les enfants récalcitrants, nos parents de jadis, nous envoyaient dans le coin où dans nos chambres pour réfléchir. Papa Legault ne fait simplement que poursuivre la tradition. Pensez-y !