La loi du moindre effort

Fautes de français1C’est ce qu’a appliqué la direction de l’école l’Horizon de Repentigny, dans le message de la directrice accompagnant les bulletins des finissants, lequel était truffé de fautes d’orthographe. Pire encore, pour des raisons de délais et de coûts et s’apercevant de leur erreur, ils ont posté quand même les 1 500 copies. Bah ! Ce n’est pas grave, les colonisés n’en verront que du feu. Il me semble qu’avec un minimum de planification, on aurait pu rédiger le message à l’avance, au lieu de s’exécuter en catastrophe avec le résultat qu’on connaît.

Ce qui étonne aussi, c’est que les fautes sont simples. Pas d’orthographe compliqué mais un coup d’œil vérificateur aurait suffi à corriger le problème. Du travail bâclé, venant de milieu qui justement enseigne le français, c’est honteusement inacceptable. Je présume que la direction utilise des logiciels professionnels comme Word et Excel dans leur travail quotidien, alors si c’est le cas, ont-ils désactivé la fonction d’autocorrection ? Principalement Word, qui corrige instantanément la majorité des fautes orthographiques et la conjugaison par du soulignement d’une couleur particulière. Même si l’outil n’est pas infaillible, il est performant et juste dans 90% des cas.

Qu’on ait décidé d’aller de l’avant quand même en le postant, dénote un désintéressement total de la langue française écrite. Et le phénomène est de plus en plus courant. Le pire forum à citer en exemple pour ce laisser-aller, c’est Facebook. Cette poubelle à écriture me fait rougir chaque fois que j’y fais un tour. Des écrits d’analphabètes, sans un minimum de syntaxe et bourrés de fautes les plus élémentaires. C’est à croire que leurs auteurs n’ont jamais fréquenté l’école. Ils écrivent comme ils parlent et ils parlent comme ils marchent. C’est pathétique ! Et je vous fais grâce des propos haineux et diffamatoires qui pullulent.

Heureusement, il y a encore des gens qui s’appliquent à écrire un français de qualité. Qui ont le souci de produire des documents écrits sans fautes en prenant le temps de se relire plusieurs fois avant de publier un texte final. Moi c’est ce que je remarque toujours lorsque je lis; la qualité du texte, l’absence de redondance, l’aération des textes et la syntaxe. Alors que j’étais en première année du secondaire, mon professeur de français de l’époque m’avait appris trois règles fondamentales de l’écriture. Produire des textes dégagés pour en faciliter la lecture, utiliser des synonymes pour éviter les redondances, se relire plusieurs fois pour vérifier la construction des phrases. Ce sont des règles que j’applique toujours dans mes écrits. Elles sont tellement ancrées au fond de moi, que je les remarque lorsque je consulte les journaux, magazines et livres.

La langue française est une richesse inestimable parce qu’elle permet de communiquer, de faire passer ses émotions et de captiver le lecteur. C’est à nous de faire en sorte de la conserver et d’écrire à la mesure de nos capacités et de nos connaissances, sans fautes. Il n’est pas nécessaire de produire des textes avec un vocabulaire compliqué et littéraire, mais simplement et avec les mots justes. Parce qu’à la fin, il demeure un reflet de notre personnalité et en ce sens, on doit y mettre les efforts nécessaires pour le démontrer. Si les gens prenaient simplement la peine de se relire, des tonnes de fautes seraient corrigées.