Enfin le printemps

L’hiver 2017-2018 sera officiellement terminé aujourd’hui, vers 10h15! Ce 20 mars marquera en effet l’arrivée du printemps. De quoi étonner lorsqu’on est habitué à lier cet équinoxe avec la date du 21 mars. L’équinoxe a en effet lieu ce mardi 20 mars. Mais pourquoi donc si tôt alors qu’on nous a bien souvent appris que la date de début du printemps était le 21 mars?

L’équinoxe désigne ce moment où le soleil est à la verticale de l’équateur. Le jour et la nuit ont alors la même durée. Après l’équinoxe de printemps, les jours sont plus longs dans l’hémisphère nord que dans le sud. C’est l’inverse au moment de l’équinoxe d’automne.

UNE RÉVOLUTION DE LA TERRE TROP COMPLEXE POUR NOTRE CALENDRIER

Mais cet événement ne tombe pas exactement au même moment. Tout d’abord parce que l’orbite de la Terre n’est pas parfaitement circulaire. La distance Terre-Soleil varie de 147 à 152 millions de kilomètres. Aussi, les saisons ne commencent pas à date fixe et n’ont pas la même durée : dans l’hémisphère nord, l’hiver dure ainsi 89 jours et l’été 93.

Autre raison : notre calendrier ne correspond pas exactement à la durée de la rotation de la Terre autour du soleil. Il faut 365,2422 jours pour que notre planète finisse son tour autour de l’astre alors que notre calendrier compte 365 jours. Pour ajuster cela, on a les années bissextiles comme 2016. Mais cela compense trop.

Résultat : l’équinoxe tombe régulièrement un jour plus tôt, comme c’est le cas cette année, tout comme ce fut d’ailleurs le cas l’an passé et comme cela le sera encore en 2019. En 2044, elle tombera même le 19 mars!

Les températures vont graduellement augmenter et les arbres et plantes vont reprendre leurs parures. C’est la saison où la fraîcheur s’installe et que la nature sort de son hibernation. Toute cette symbiose a pour effet de voir des sourires partout. Tout le monde est beau, tout le monde est gentil. Le printemps, c’est la résurrection.

Profitons-en! Et pourquoi pas ce poème de Théophile Gautier, pour débuter;

Tandis qu’à leurs œuvres perverses
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit, malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.

Pour les petites pâquerettes,
Sournoisement lorsque tout dort,
Il repasse des collerettes
Et cisèle des boutons d’or.

Dans le verger et dans la vigne,
Il s’en va, furtif perruquier,
Avec une houppe de cygne,
Poudrer à frimas l’amandier.

La nature au lit se repose;
Lui descend au jardin désert,
Et lace les boutons de rose
Dans leur corset de velours vert.

Tout en composant des solfèges,
Qu’aux merles il siffle à mi-voix,
Il sème aux prés les perce-neiges
Et les violettes aux bois.

Sur le cresson de la fontaine
Où le cerf boit, l’oreille au guet,
De sa main cachée il égrène
Les grelots d’argent du muguet.

Sous l’herbe, pour que tu la cueilles,
Il met la fraise au teint vermeil,
Et te tresse un chapeau de feuilles
Pour te garantir du soleil.

Puis, lorsque sa besogne est faite,
Et que son règne va finir,
Au seuil d’avril tournant la tête,
Il dit : « Printemps, tu peux venir! »

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s