La rigolade

Un couple arrive dans un hôtel. Le valet monte leurs bagages dans la chambre et demande au monsieur :

– Avez-vous besoin de quelque chose?

– Non merci.

– Et pour votre femme?

– Ah vous faites bien de m’y faire penser! Montez-moi une carte postale et un timbre…

———————————————————

Un homme en voyage d’affaires téléphone chez lui dans l’après-midi. C’est son petit garçon qui répond :

– Bonjour papa.

– Bonjour mon chéri. Passe-moi ta maman.

– Elle est couchée dans sa chambre.

– Elle est malade?

– Je ne sais pas. Il y a un monsieur qui est venu la voir.

– Le docteur?

– Non, papa, je crois que c’est un malade.

– Ah bon? Pourquoi?

– Il s’est couché avec elle.

———————————————————–

Un couple est en pleine action, la pression commence à monter…

Elle : Vas-y sauvagement !

Lui : Oui, Oui !

Elle : Continue! Continue !

Lui : Oui, Oui !

Elle : Ne soit pas timide !

Lui : Oui! Oui !

Elle : Montre que tu es un homme !

Lui : Oui! Oui !

Elle : Dis-moi des choses sales !

Lui : La cuisine, la salle de bain, le salon, la bagnole.

————————————————————–

Pierre : Dis-moi, si je couche avec ta femme, on est amis?

Paul : Non !

Pierre : On est copains ?

Paul : Non !

Pierre : On est ennemis ?

Paul : Non !

Pierre : On est quoi alors ?

Paul : On est quitte !

————————————————————-

Trois jeunes secrétaires discutent, à la pause, des tours qu’elles ont déjà joués à leur patron.

– Moi, dit la première, j’ai découpé toutes les photos dans son Playboy, et il n’a jamais trouvé qui avait fait le coup…

– Ha! Ha! Ha! moi, dit la deuxième, il y a quinze jours, j’ai trouvé des préservatifs dans son tiroir, et je les ai tous percés avec une épingle…

La troisième, elle, s’évanouit.

————————————————————-

À l’hôpital, une superbe jeune femme attend dans le couloir sur sa civière avant d’être conduite au bloc opératoire pour subir une petite intervention. Elle s’inquiète un peu quand même, d’autant plus que l’heure tourne… Un type en blouse blanche s’approche, relève le drap qui la recouvre et examine son corps nu. Il rabat le drap, s’éloigne vers d’autres blouses blanches et discute. Un deuxième en blouse blanche s’approche, relève le drap et l’examine. Puis il repart.

Quand le troisième blouse blanche approche, lève le drap et la scrute, la jeune femme s’impatiente :

– C’est bien beau toutes ces auscultations… mais quand allez-vous m’opérer ?

L’homme en blouse blanche hausse les épaules :

– Je n’en ai aucune idée… nous on repeint le couloir !

————————————————————

A la porte du ciel, un type furieux se présente devant saint Pierre.

– Mais bon sang, qu’est-ce que je fais là ? hurle-t-il. Regardez-moi : j’ai 35 ans, je suis en pleine forme, je ne bois pas, je ne fume pas, hier soir je me couche bien sagement dans mon lit et voilà que je me retrouve au ciel! C’est certainement une erreur !

– Eh bien! Ça n’est jamais arrivé, mais enfin je vais vérifier, répond Saint-Pierre, troublé. Comment vous appelez-vous ?

– Dupré. Robert Dupré.

– Oui… Et quel est votre métier ?

– Garagiste.

– Oui… Ah, voilà, j’ai votre fiche. Dupré, Robert, garagiste… Eh bien, monsieur Dupré, vous êtes mort de vieillesse, c’est tout.

– De vieillesse ? Mais enfin ce n’est pas possible, je n’ai que 35 ans…

– Ah moi je ne sais pas, monsieur Dupré. Mais on a fait le compte de toutes les heures de main d’œuvre que vous avez facturées, et ça donne 123 ans.