Restreindre les accès

Avec les mauvaises nouvelles que nos données personnelles et confidentielles, que nous donnons à ces grandes, voire énormes, entreprises et gouvernements, sont excessivement fragiles, il faudrait trouver un moyen d’en restreindre les accès. On parle d’entreprises qui emploient des milliers d’employés parmi lesquels il est difficile de trouver les pommes pourries.

On l’a vu, dès que l’annonce est diffusée sur les réseaux sociaux et bulletins de nouvelles télévisés, c’est la panique. Tout le monde se précipite pour savoir s’ils sont victimes… et c’est le bordel. Quoi faire ? Rien ! Arrêtez de vous étendre partout et soyez vigilants. Ce n’est pas tout le monde qui va voir les problèmes survenir. La responsabilité revient en entier à ces grandes entreprises qui laissent leur monde fouiller dans vos données. Il suffit d’une personne malhonnête pour tout piller.

Vos données doivent être disponibles qu’à un groupe très fermé d’employés. Des protocoles sophistiqués doivent être imposés. Des barrières informatiques doivent rapidement filtrer une personne avec des idées criminelles. En bout de ligne, c’est à nous de se protéger en ne fournissant que le minimum de renseignements nous concernant. N’hésitez pas à poser des questions sur la pertinence de dévoiler vos données personnelles sensibles. Ne soyez pas vulnérables et principalement sur les réseaux sociaux.

Parlons-en des Facebook et autres du genre. Ils font des affaires d’or en vendant NOS données personnelles, qu’on sème tout azimut.

Richard Martineau en a fait le sujet de son article dans l’édition du 1er août du Journal de Montréal. Une opinion que j’endosse entièrement et que je partage avec vous aujourd’hui.

UN PACTE AVEC LE DIABLE Richard Martineau

Il y a trois certitudes dans ce monde.

Un : nous allons tous mourir.

Deux : le crime organisé va toujours exister, car il y aura toujours des gens qui vont vouloir acheter des produits ou s’offrir des services interdits par la loi.

Et trois : Rien n’est gratuit.

Rien.

On finit toujours par payer.

DONNANT DONNANT

Prenez les médias sociaux – les Twitter, Instagram et Facebook de ce monde.

Sans oublier Google.

Vous croyez que c’est gratuit ?

Non : tous les jours, nous payons pour utiliser ces gadgets.

Mais nous ne payons pas en argent sonnant. Nous payons avec notre vie privée.

C’est ça le deal : tu me donnes accès à certains aspects de ta vie privée, et je te permets d’utiliser le gizmo que j’ai développé à fort coût.

Comment pensez-vous que les gens derrière Facebook et compagnie font autant d’argent ? En vendant vos données à des entreprises qui veulent vous vendre des cossins ou des idées.

C’est aussi simple que ça.

Quand tu ouvres Google tu donnes la permission à ses propriétaires de fouiller non pas dans ton portefeuille, mais dans ta vie, dans ton intimité.

Tu leur dis : « Prenez mes photos et mes données personnelles, et vendez-les au plus offrant, ça ne me dérange pas, pourvu que vous me permettiez de publier des vidéos de mon chat en train de flusher ma toilette… »

AUCUNE SÉCURITÉ GARANTIE

Chaque fois que je vois des gens s’offusquer du fait que leurs données personnelles ont été vendues, j’ai envie de les prendre par les épaules et de leur dire : « Réveille, mon pit !

Tu ne le savais pas ?

Tu pensais vraiment que Google, Twitter, Facebook et Instagram étaient gratuits ? Coudonc, tu vis où, toi ? Au pays des licornes avec Justin ? Rien n’est gratuit ! Rien !

Comment penses-tu que ces gens font des gonzilliards de dollars ? Tu as vu la valeur de leurs entreprises ?

Ces entreprises ne fabriquent pas des objets. Elles vendent des données personnelles. TES données personnelles. C’est ça leur nature. C’est pour ça qu’elles ont été conçues. Gadoua fait du pain. Molson fait de la bière. Facebook vend des données personnelles. Allume ! »

Et lâchez-moi avec la protection des données personnelles ! Il n’y en a pas.

Tu as beau ériger le « mur » le plus sécuritaire, il y a toujours un hacker qui va réussir à le contourner.

C’est même la quatrième certitude dans ce bas monde.

Pendant que tu es en train de créer le système de sécurité le plus hot au monde, un hacker assis dans son 2½ avec un sac de Doritos entre les cuisses est en train de créer un logiciel qui va rendre ton système obsolète.

Et tu devras tout recommencer.

LA QUESTION QUIZ

Donc, la question est simple.

La protection de ta vie privée est la chose qui t’importe le plus au monde ? Si oui, débranche-toi.

Cache ton fric sous ton matelas ou dans tes bobettes et va vivre dans le bois.

Parce que chaque fois que tu cliques, tu ouvres toutes grandes les portes de ton intimité.

Bienvenue au XXIe siècle.