La leçon de français (53)

LE PARTICIPE PASSÉ EMPLOYÉ AVEC L’AUXILIAIRE AVOIR

Règles

Le participe passé employé avec l’auxiliaire « avoir » ne s’accorde jamais avec le sujet du verbe.
Simon a franchi les obstacles / Simon et Dylan ont franchi les obstacles.

Le participe passé employé avec l’auxiliaire « avoir » s’accorde avec le complément d’objet direct (COD) du verbe, seulement s’il est placé avant le participe passé.

Des obstacles étaient sur le parcours, Simon les a franchis.

Simon a franchi quoi ? « les » (mis pour les obstacles) = accord au masculin pluriel.

Astuce ! Lorsqu’il est placé avant le participe passé, le COD est le plus souvent un pronom. Il faut donc chercher quel nom il remplace pour bien accorder le participe passé.

Les épisodes que Gladys a vus plusieurs fois l‘ont vivement intéressée.

  • « que » est un pronom relatif (mis pour les épisodes)
  • « l’ » un pronom personnel (mis pour Gladys).

Attention ! Il ne faut pas confondre le COD avec le COI (complément d’objet indirect).

  • COD : Le professeur a posé une énigme difficile, mais Éva l’a résolue.
  • COI : Le professeur a posé une question difficile, mais Éva lui a répondu.

Exercices

1- Complétez la phrase avec le participe passé qui convient.

M. Blain avait une puissante moto, mais il l’a … à ses voisins

A) revendue – B) revendu – C) revendus – D) revendues

2- Quelle forme verbale complète cette phrase ?

Les élèves que le principal … se rendront au secrétariat.

A) a convoqué – B) avait convoqué – C) a convoqués – D) ont été convoqués

3- Quelle est la réponse correcte à cette question ?

L’imprimeur a-t-il numéroté les pages de ces livres ?

A) Oui, il les a numérotés. – B) Oui, il les a numérotée.

C) Oui, il les a numéroté. – D) Oui, il les a numérotées.

4- Quel groupe sujet complète cette phrase ?

… ont présenté un exposé sur les vaccins; le professeur les a félicités

A) Fabien et Laura – B) Des infirmières – C) Amandine et Laura – D) Un groupe d’élèves

5- Complétez la phrase avec les participes passés qui conviennent.

Des virus s’étaient … dans l’ordinateur; le technicien les a … .

A) introduit / supprimé – B) introduits / supprimé

C) introduits / supprimés – D) introduit / supprimés

6- Quelles formes verbales complètent cette phrase ?

Cette organisation … aux pays touchés par la famine toutes les provisions qu’elle … réunir.

A) a envoyée / a pu – B) a envoyé / ont pu –

C) a envoyé / a pu – D) avais envoyé / avais pu

7- Quelles formes verbales complètent cette phrase ?

Comme la passerelle …, les ouvriers l’… .

A) était mal fixé / ont consolidé – B) était mal fixée / ont consolidée

C) était mal fixé / ont consolidée – D) était mal fixée / ont consolidé

Réponses à la fin de l’article.

Source : LAROUSSE, 1000 exercices d’orthographe.

Réponses : 1) A* – 2) C** – 3) D*** – 4) A**** – 5) C – 6) C***** – 7) B******
* Le participe passé s’accorde avec le pronom personnel « l’ » (mis pour une puissante moto), placé avant le verbe.
** Accord du participe passé avec « que » (mis pour les élèves) placé devant le verbe. D’autre part le sujet du verbe de la proposition subordonnée « le principal » est au singulier.
*** Le pronom personnel « les », avec lequel le participe passé doit s’accorder, remplace « les pages », féminin pluriel.
**** Le participe passé « félicités », accordé avec « les » est au masculin pluriel; seule la première réponse convient puisque sur les deux prénoms, il y en a un au masculin.
***** Les deux verbes sont à conjuguer à le 3e personne du singulier. Les COD de chacun des verbes sont post-placés, donc pas d’accord.
****** Le premier participe passé st employé avec l’auxiliaire « être », donc accord avec le sujet. Le second doit s’accorder avec « l’ », mis pour « la passerelle ».

Résultats d’un sondage pancanadien sur l’endettement

L’ENDETTEMENT, UN PROBLÈME MOINS AIGU AU QUÉBEC QU’AILLEURS AU PAYS

TORONTO | (Agence QMI) Il n’est pas toujours facile de joindre les deux bouts en cette ère de consommation effrénée, alors que les dépenses du tiers (33%) des Canadiens augmentent plus rapidement que leurs revenus. Mais les Québécois semblent mieux placés que le restant des Canadiens pour gérer leur endettement.

C’est ce qu’indique un sondage sur l’endettement commandé par la Banque Manuvie.

Ce coup de sonde révèle toutefois de bonnes nouvelles pour les Québécois, qui sont ceux (32%) étant les moins susceptibles d’avoir d’autres dettes qu’une hypothèque comparativement à leurs homologues du reste du Canada (51%).

Les trois principales dettes des Québécois sont l’hypothèque (57%), les cartes de crédit (46%) et le prêt automobile (41%).

Les priorités financières des citoyens de la Belle Province, selon le sondage, ont trait à l’épargne en vue des vacances (35%), l’épargne pour la retraite (33%) ainsi que la provision de sous pour ne pas être pris au dépourvu en cas d’urgence (30%).

VIVRE SELON SES MOYENS

Pour contrôler leurs dettes, les Québécois réduisent d’abord les dépenses pour le superflu – bijoux, jeux vidéo, spa, etc. – (52%), réduisent les dépenses de divertissement – cinéma, restos, concerts – (44%), analysent les dépenses familiales et consolident les dettes à haut taux d’intérêt pour un prêt à un taux moindre (29%), et consultent un conseiller pour les aider (7%).

Pour parvenir à freiner leur endettement ou même à l’enrayer, les Québécois affirment, toujours selon le sondage, vivre selon leurs moyens disponibles (49%), se faire à manger au lieu de recourir aux restaurants (47%) et payer le montant total de la carte de crédit à temps (43%).

Le sondage a été réalisé en ligne, du 17 au 22 avril 2019, par Ipsos, pour le compte de Banque Manuvie. Quelques 2003 Canadiens âgés de 20 à 69 ans ont été interrogés. Ceux-ci provenaient de toutes les provinces et leur ménage avait un revenu supérieur à 40 000$.

L’aide médicale à mourir; vous avez encore des doutes ?

Quand l’espoir n’est plus là !

Quand tout a été tenté !

Quand la souffrance devient insoutenable !

Quand nos forces sont épuisées !

Quand on attend que la mort nous délivre…

Il ne nous reste qu’une seule solution; l’aide médicale à mourir, afin de quitter dans la plus profonde dignité. Le respect ultime de ses dernières volontés.

Aujourd’hui, je veux partager avec vous cette touchante et émouvante histoire racontée par Patrick Lagacé, dans l’édition de La Presse + du 21 juillet dernier. Puisse-t-elle guider votre réflexion.

PETITE RÉVOLUTION À LA MAISON ADHÉMAR-DION Patrick Lagacé

En février, le chanteur Marc Hervieux a reçu un appel de Claudette Dion, de la célèbre famille Dion. Mme Dion avait une demande spéciale pour le ténor.

Pourrait-il venir rencontrer une de ses fans qui vivait ses derniers moments, à la Maison de soins palliatifs Adhémar-Dion de Terrebonne ?

Claudette Dion, porte-parole de la Maison qui porte le nom de son papa, a expliqué la situation : la jeune mère de famille devait assister à un spectacle de Marc Hervieux en janvier…

Mais la maladie s’est interposée.

Marc Hervieux a accepté sur-le-champ. Il a regardé son horaire. Par hasard, il s’en allait le lendemain à Las Vegas voir le spectacle de la plus connue des Dion, Céline.

– Si je passe demain matin, sur le chemin de l’aéroport, ça va ?

C’était parfait. Rendez-vous fut donc pris pour le lendemain matin, Marc Hervieux allait arrêter chemin Saint-Charles, à Terrebonne, en route vers l’aéroport.

« Une heure plus tard, me raconte Marc Hervieux, Claudette me rappelle : la dame avait demandé l’aide médicale à mourir et elle venait d’avoir sa réponse. Elle allait la recevoir le lendemain matin, à peu près au moment où je pensais passer la voir… »

La suite à la fin de cette chronique.

****

Ce qui frappe dans le bout de l’histoire que je viens de commencer à vous raconter, c’est bien sûr la générosité de cœur de Marc Hervieux. Comme d’autres, sans faire de selfie ni de communiqué de presse, Hervieux fait des gestes semblables. Je note que c’est moi qui l’ai sollicité, quand j’ai eu vent de cette histoire.

Mais socialement, je vous dirais que ce qui est frappant, pour ne pas dire révolutionnaire, c’est qu’une maison de soins palliatifs offre l’aide médicale à mourir (AMM).

Dans le spectre des années 2012 à 2015, au cœur du débat sur la fin de vie, les Québécois ont envoyé un signal clair à leurs élus : nous voulons avoir accès à l’aide médicale à mourir. Le Québec s’est doté d’une telle loi, suivi par le fédéral (qui a été forcé par la Cour suprême).

Des Québécois étaient (et sont encore) réticents. Parmi les récalcitrants : les maisons de soins palliatifs. Quand Québec préparait sa loi, les maisons de soins palliatifs avaient été catégoriques : jamais l’aide médicale à mourir ne serait administrée sous leur toit.

Ce raisonnement était en phase avec celui de la communauté des soins palliatifs : la douleur, ça se soulage, c’est notre métier, notre mission. Mettre fin à la vie n’est pas notre mission. Ça n’arrivera jamais chez nous…

La mission particulière des maisons de soins palliatifs – tenues à bout de bras par les communautés où elles sont ancrées, à coup de bénévolat et de campagnes de financement – a convaincu le gouvernement du Québec de ne pas forcer ces institutions à offrir l’aide médicale à mourir.

Quelques années plus tard, le réel a rattrapé les maisons de soins palliatifs. Sur 34, elles sont désormais 7 à offrir ce soin. La réflexion est en cours dans plusieurs autres maisons de soins palliatifs, m’a dit Marie-Julie Tschiember, de l’Alliance des maisons de soins palliatifs : « Le temps qui passe et les témoignages rassurants des maisons qui donnent l’AMM contribuent à la réflexion des dirigeants des autres maisons. »

***

La première fois qu’une résidante de la Maison Adhémar-Dion a demandé l’aide médicale à mourir, ce soin était disponible et légal au Québec… Mais la Maison ne l’offrait pas.

On a donc transporté la femme à l’hôpital, pour qu’elle puisse y recevoir ce soin.

Nicole Vaillancourt, DG de la Maison Adhémar-Dion, se souvient du cas avec émotion : « Les infirmières de la Maison étaient tellement attachées à cette femme qu’elles ont refusé de la lâcher. Elles l’ont accompagnée à l’hôpital pour ses derniers moments. »

N’empêche : il y avait quelque chose de troublant dans le fait qu’une résidante en fin de vie, avec l’épuisement que cela suppose, doive subir le bouleversement de monter dans une ambulance pour aller à l’hôpital afin de recevoir un soin parfaitement légal. L’épisode avait secoué bien des artisans de la Maison Adhémar-Dion.

Nicole Vaillancourt a plaidé pour un changement, devant le conseil d’administration.

– Avec quel argument ?

– Que quitter la Maison Adhémar-Dion en ambulance pour aller mourir à l’hôpital, ce n’est pas de la dignité.

Elle ne prononce pas le mot « dignité » à la légère : elle a accompagné dans la maladie son frère Alain, champion de sports équestres, qui s’est éteint par un soir d’éclipse en 2012. On devine que l’expérience fut marquante, à vie. Elle est entrée à la Maison Adhémar-Dion comme bénévole, d’abord aux cuisines, puis aux soins, où elle a donné des bains aux résidants et procédé à la toilette funéraire de ceux qui venaient de mourir. « C’est là, dit-elle, que j’ai compris que les soins palliatifs, c’est la dignité jusqu’à la fin. »

En janvier 2018, Nicole Vaillancourt, devenue DG, a donc présenté son plan au conseil d’administration. En mars, le C.A. tranchait : go. En juillet, une première femme a reçu l’aide médicale à mourir.

La première femme qui a reçu l’AMM a permis aux employés de la Maison Adhémar-Dion qui le désiraient d’assister à ses derniers moments. Michel Houle, intervenant social, a eu une épiphanie, si j’ose dire : « D’avoir pu assister à cela m’a permis de comprendre de quoi il s’agit. Maintenant, quand j’en parle, je parle en connaissance de cause. C’était serein, c’était beau. »

Depuis un an, ce soin qui est un ultime geste de liberté sur son destin a été prodigué cinq fois à la Maison Adhémar-Dion. Il demeure, là comme ailleurs, l’exception à la règle chez les gens en fin de vie.

La règle ?

Aller au bout de la dernière seconde de vie possible.

****

Quand Claudette Dion l’a rappelé, Marc Hervieux a donc compris en ce jour de février qu’attendre au lendemain matin pour aller rencontrer une fan en fin de vie n’était pas une option.

– Je vais être là ce soir, a-t-il promis à Claudette Dion.

Et ce soir-là, le ténor s’est pointé dans la chambre de la femme, qui était entourée de ceux qui l’aimaient et qu’elle aimait. Elle était contente de voir le ténor, mais ce dernier devinait sa douleur.

Il lui a tenu la main, ils ont bavardé.

Marc Hervieux lui a chanté deux chansons, Quand on n’a que l’amour et Caruso. Elle avait raté le concert de Marc Hervieux en janvier. Elle l’a eu pour elle, et ses proches, en concert privé.

La dame était jeune, trop jeune. Marc Hervieux a perdu son père jeune, trop jeune, lui aussi, quand il était ado. À sa fan souffrante, Marc Hervieux a donc parlé de Dollard, son père…

– Si tu vois Dollard, dis-lui allô, dis-lui que je m’ennuie de lui…

La femme s’est éteinte le lendemain, d’une maladie qu’elle n’avait pas choisie, mais au moment qu’elle avait choisi.

En apprendre sur les nuages

La météo c’est devenu un incontournable sur tout ce qui a de portable, téléphone, internet, télévision. Partout on veut savoir le temps qu’il fera afin de mieux planifier nos sorties à l’extérieur. Mais les nuages eux, comment les interpréter ? Comment savoir leurs significations, leurs prédictions, bref, ce qu’ils nous réservent.

Le dernier numéro d’août de la revue Camping Caravaning nous a donné réponses à ces questions, que je voudrais partager avec vous.

LIRE LES NUAGES Danielle Goyette

Ils s’étirent en longues enfilades fines, ils se moutonnent, ils se font lourds, ils se font voile… Les nuages prennent une multitude de formes, portent une multitude de noms et peuvent aussi nous prévenir du temps qui s’amène. Levons ensemble les yeux vers le ciel pour mieux les comprendre.

Les nuages hantent la troposphère, cette partie de l’atmosphère proche de la Terre. Ils se forment à partir de vapeur d’eau contenue dans l’air, qui s’élève, se condense, se refroidit et finit par se solidifier. Ils se composent alors de fines particules d’eau réunies à l’état liquide, qui se précipitent en pluie ou, à l’état solide, en grêle ou en neige.

LE POIDS D’UN NUAGE

Bien qu’il puisse avoir l’air doux et léger comme de la ouate, le nuage peut peser étonnamment lourd. Un cumulonimbus qui s’étend sur une surface de 1 000 km3 avec une densité d’eau de 0,8 g/m3 pèse quelque 800 000 tonnes ! Et il peut flotter dans le ciel ? Les gouttelettes demeureront en suspension dans le nuage tant et aussi longtemps que l’air pourra soutenir leur poids. Mais lorsque ces gouttelettes s’agitent soit par le mouvement des courants d’air ou des tourbillons dans le nuage et qu’elles fusionnent, prenant ainsi de plus en plus de poids, elles finissent par former de « lourdes » gouttes de pluie.

DES NUAGES MORTELS

Les nuages qui entourent les planètes Jupiter et Saturne sont remplis d’ammoniac alors que ceux qui flottent autour de Vénus sont gorgées d’acide sulfurique. Ces deux composés chimiques sont extrêmement toxiques et il vaudrait mieux ne pas se retrouver sous une averse de l’une ou l’autre de ces planètes au risque d’y laisser sa peau… dans tous les sens du terme !

OÙ VOIT-ON LE PLUS DE NUAGES ?

Selon les données météorologiques, on trouverait plus de nuages sur la ceinture entourant la Terre près de l’Équateur, les zones océaniques de ce secteur étant plus touchées par une haute densité d’humidité. La zone des 50es parallèles de latitude dans les hémisphères nord et sud, plus sensible aux dépressions atmosphériques, serait aussi sujette aux formations nuageuses plus fréquentes.

POUR LES RECONNAÎTRE DANS LE CIEL

Voici quelques-uns des types de nuages que l’on peut observer dans le ciel.

LES STRATUS

Flottant à basse altitude entre le sol et deux kilomètres d’altitude, ces nuages dont le nom signifie « couches » sont bas, uniformes et souvent gris. Ils apportent des précipitations plutôt faibles et peuvent être générateurs de brouillard.

LES NIMBOSTRATUS

Très bas dans le ciel, ces gros nuages sombres, gris, aux formes épaisses et imprécises, annoncent souvent la venue imminente de bonnes précipitations de pluie ou de neige.

LES CUMULONIMBUS

Ces gros nuages denses souvent en forme de dômes, qui s’étirent verticalement sur des altitudes de plusieurs kilomètres, sont souvent gris ou même noirs et annoncent de forts orages ou des tempêtes de grêle.

LES CUMULUS

Les cumulus, mot qui signifie « amas », forment des groupes de petits ou gros nuages denses en figure verticale boursoufflée et d’une blancheur éclatante. Ils se distinguent souvent par leur base plate. Ils peuvent s’étendre à la verticale sur plusieurs kilomètres d’altitude. Les gros cumulus annoncent souvent des averses.

LES ALTOSTRATUS

Plutôt grisâtres, ces nuages en longue nappe s’étendent aussi dans le ciel à une altitude allant de deux à sept kilomètres. Ils cachent le soleil ou laissent filtrer un soleil blanchi.

LES ALTOCUMULUS

Ces amas de grosses boulettes blanches collées les unes aux autres ou en forme de galets plats peuvent se regrouper dans une zone du ciel ou s’étaler en une longue bande. Ils flottent à une altitude de deux à sept kilomètres et laissent parfois tomber quelques précipitations passagères. Ses rayons.

LES CIRROSTRATUS

Nuage unique, il peut s’étendre en un grand voile fin dans tout le ciel, ou en partie, et ce, à quelques 4,5 à 12 kilomètres d’altitude. Il cache très peu le soleil et laisse souvent filtrer ses rayons.

LES CIRROCUMULUS

Ces nuages en nappes de petits moutons tout blancs collés les uns aux autres présagent l’arrivée d’un front froid ou chaud.

LES CIRRUS

Ils s’étirent comme de longs cheveux et affichent un aspect fibreux de filaments blancs. Ils gravitent entre 5 et 13 kilomètres d’altitude.

UNE RARETÉ

LE NUAGE LENTICULAIRE

Parmi les nombreux aspects que peuvent adopter les nuages, la forme lenticulaire constitue certainement celle qui étonne le plus. Sa consistance laiteuse et ses ovales peuvent même rappeler une soucoupe volante. Ce nuage demeure souvent immobile au sommet d’une onde stagnante provoquée par un vent pulsé vers le ciel le long du flanc d’une montagne, par exemple.

C’EST NOUVEAU !

LE VOLUTUS

Une toute nouvelle espèce de nuage a été intégrée en 2017 à l’Atlas international des nuages ! Ce volutus ressemble à un long rouleau de nuage.

L’ASPERITAS

Autre nouveauté en 2017 dans l’Atlas, l’asperitas se dessine dans le ciel comme une grosse vague de mer qui se soulève. Rare, il est inoubliable quand on l’aperçoit dans le ciel, dit-on.

CE QUE L’HISTOIRE EN DIT

Dans son traité des Météorologiques, diffusé en Occident au 12e siècle, Aristote décrivait les nuages comme des météores aqueux qu’il avait baptisés « hydrométéores ». À la même époque, certains croyants prétendaient qu’ils étaient plutôt une manifestation mystique du « voile de Dieu » alors que l’éclair dévoilait la lumière du paradis !

C’est à partir du 13e siècle que les encyclopédistes se penchent sur l’étude naturelle de ces formations qui pourraient se composer d’air et d’eau. Au 19e siècle, les montées en ballons permettent d’approcher ces formations dans le ciel et de mieux comprendre leur composante en vapeur d’eau.

Si un certain Jean-Baptiste de Lamarck, naturaliste français, élabore une première ébauche de classification des nuages en 1802, c’est le scientifique et météorologiste britannique Luke Howard qui, en 1804, se servira du latin, alors la langue de la science, pour publier une classification par noms des différentes formations nuageuses. Il fut même baptisé le « parrain des nuages ».

En septembre 1986, une version enrichie de la nomenclature d’Howard sera finalement publiée dans le premier Atlas international des nuages.

Trois gouttes de lumière…

SIGNIFICATIONS PROFONDES

La prière n’est pas une roue de secours dont tu fais usage, quand tu as un souci… mais elle est le volant qui donne la bonne direction, tout au long de la vie !

Pourquoi est-ce que le pare-brise d’une voiture est-il si large et les rétroviseurs sont si petits ? Parce que notre passé n’est pas aussi important que notre futur ! Alors, regarde vers l’avant et avance !

L’amitié c’est comme un livre. Ça ne prend que quelques secondes pour brûler, mais ça prend des années à s’écrire !

Toute chose est temporaire dans la vie. Si elles sont bonnes, profites-en, elles ne dureront pas pour toujours ! En revanche, si elles sont mauvaises, ne t’en fais pas, elles ne dureront pas non plus.

Les vieux amis sont de l’or ! Les nouveaux amis, sont du diamant ! Si tu trouves un diamant, n’oublie pas l’or ! Car pour que le diamant tienne, tu as besoin d’une base en or !

Souvent quand nous perdons espoir et pensons que c’est la fin… Dieu sourit depuis là-haut et dit « Du calme, bien aimé(e); c’est juste un virage, pas la fin !

Quand Dieu règle tes problèmes, tu as alors foi dans ses capacités; quand IL ne règle pas tes problèmes, c’est qu’IL a foi dans tes capacités.

Une personne aveugle demanda à Dieu : « Y a-t-il quelque chose qui soit pire que de perdre la vue » ? Dieu a répondu: « Oui, perdre ta vision » !

Quand tu pries pour les autres, Dieu t’écoute et les bénit, et parfois, quand tu es en sécurité et dans la joie, rappelle-toi, que quelqu’un a prié pour toi.

Se soucier, n’enlève pas les soucis de demain; ça ne fait qu’enlever la paix d’aujourd’hui !

Un médicament polyvalent

La metformine est un médicament polyvalent que les diabétiques de type 2 connaissent depuis le début de leur maladie.

Aussi, conséquemment à de récentes recherches, il pourrait atténuer les symptômes du syndrome de l’X fragile, forme héréditaire de déficience intellectuelle à l’origine de certains cas d’autisme. 

Cependant, il pourrait également prévenir le cancer, selon des observations cliniques. Richard Béliveau, Docteur en biochimie en a fait le sujet de son article, le 15 juillet dernier, dans les pages du Journal de Montréal, que je veux partager avec vous aujourd’hui.

L’EFFET ANTICANCÉREUX DE LA METFORMINE, UN MÉDICAMENT CONTRE LE DIABÈTE Richard Béliveau

En plus de ses propriétés hypoglycémiantes utilisées pour le traitement du diabète de type 2, plusieurs observations suggèrent que la metformine pourrait également exercer une action anticancéreuse. Selon une étude récente, ce potentiel anticancéreux serait considérablement augmenté en affamant les tumeurs par la restriction calorique.

SENSIBILITÉ À L’INSULINE

La metformine est un médicament de la classe des biguanidines utilisé comme traitement de première ligne pour réduire la glycémie chez les patients diabétiques ou qui sont en voie de développer la maladie (prédiabétiques).

L’effet hypoglycémiant de cette molécule est dû à une réduction marquée de la production de glucose par le foie, de même qu’à une amélioration de la sensibilité périphérique au signal de l’insuline qui permet d’améliorer la capture du glucose par différents organes (les muscles, en particulier) et de réduire ainsi la glycémie.

Même si cette action ne permet pas de guérir le diabète, elle permet néanmoins d’atténuer les dommages aux vaisseaux sanguins causés par l’hyperglycémie chronique et par le fait même de réduire le risque de maladies cardiovasculaires.

EFFETS ANTICANCÉREUX

Plusieurs études ont montré que les patients diabétiques traités à la metformine avaient un risque de cancer significativement réduit comparativement à ceux qui étaient traités à l’aide d’autres médicaments hypoglycémiants.

Par exemple, une méta-analyse de 11 études qui ont examiné cette association montre une réduction de 31% de l’incidence globale de cancer chez les patients qui reçoivent la metformine, un effet protecteur observé pour plusieurs cancers très communs comme ceux du côlon, du pancréas, du sein et du poumon.

La réduction de l’incidence de cancers liés à l’obésité comme ceux du côlon et du sein est biologiquement plausible, car la metformine diminue les taux d’insuline et prive donc ces cancers d’un facteur très important pour leur progression.

Le rôle de la metformine dans le traitement du cancer suscite donc énormément d’intérêt, avec environ 200 essais cliniques randomisés qui sont en cours pour évaluer plus précisément son potentiel anticancéreux seul, ou en combinaison avec d’autres traitements.

AFFAMER LE CANCER

De plus en plus d’études suggèrent qu’il est possible de sensibiliser les cellules cancéreuses à l’action de certains agents anticancéreux en restreignant l’apport énergétique de façon à forcer les cellules à ralentir leur croissance. Par exemple, il a été montré que le jeûne retarde la croissance tumorale et augmente les effets de la chimiothérapie contre plusieurs types de cellules cancéreuses, tout en améliorant la capacité du système immunitaire à empêcher la progression tumorale.

Il semble qu’un phénomène similaire pourrait augmenter le potentiel anticancéreux de la metformine. En utilisant des modèles d’animaux auxquels on avait greffé des mélanomes prélevés à partir de patients traités à leur clinique, une équipe de chercheurs a récemment montré qu’un jeûne intermittent de 24h permettait de réduire considérablement les niveaux de glucose présents à l’intérieur des tumeurs.

Ce phénomène n’est pas suffisant en tant que tel pour freiner la progression du cancer, mais ils ont observé que l’addition de metformine au traitement provoquait une diminution marquée de la croissance tumorale.

Les mécanismes impliqués dans cette synergie sont très complexes, mais disons simplement qu’en conditions de carence en glucose, la présence de la metformine active une cascade moléculaire qui va mener à l’activation du processus d’apoptose et donc à l’élimination des cellules cancéreuses

L’impact de la restriction calorique sur le traitement du cancer est intéressant, mais il faut souligner que la recherche en est encore à un stade précoce et qu’il est important que les patients n’entreprennent pas un jeûne sans en discuter avec leur oncologue traitant.

Les personnes touchées par le cancer ont souvent subi des pertes de poids importantes et il peut être dangereux qu’elles se privent de nourriture pendant des périodes plus ou moins prolongées.

Contrôle des entrées et sorties entre le Canada et les États-Unis

Récemment, l’Association canadienne des Snowbirds, dont je suis membre, nous faisait parvenir les dernières nouvelles en vigueur depuis le 11 juillet 2019, sur le contrôle des entrées et sorties entre le Canada et les États-Unis, de leurs citoyens respectifs. Voici la teneur de cette communication.

CONTRÔLE RÉCIPROQUE

L’Association canadienne des « snowbirds » (ACS) fait le point pour ses membres sur le système coordonné de données sur les entrées et les sorties entre le Canada et les États-Unis, aussi appelé initiative sur les entrées et les sorties. Ce système permet l’échange d’information, de telle sorte que la fiche d’entrée dans un pays puisse servir à établir la fiche de sortie de l’autre pays.

Auparavant, le Canada et les États-Unis échangeaient seulement aux points d’entrée terrestres des renseignements biographiques sur les ressortissants de pays tiers (autres que le Canada et les É.-U.), les résidents permanents du Canada qui ne sont pas citoyens américains, et les résidents permanents légitimes des É.-U. qui ne sont pas citoyens canadiens.

Depuis le 11 juillet 2019, l’initiative sur les entrées et les sorties englobe l’échange d’information aux points d’entrée terrestres sur tous les voyageurs, y compris les citoyens canadiens et américains.

Par conséquent, quand un Canadien entre aux États-Unis par un point d’entrée terrestre, ses données sont désormais transmises automatiquement à l’Agence des services frontaliers du Canada et il est considéré par cette dernière comme ayant quitté le Canada. À son retour au Canada, ces données sont transmises à l’agence américaine des douanes (CBP), qui crée alors une fiche de sortie. Autrement dit, les agents de la CBP sauront maintenant précisément quand vous êtes entré aux États-Unis et en êtes ressorti.

Les données biographiques ainsi échangées comprennent le prénom, le second prénom, le nom de famille, la date de naissance, la nationalité et le sexe du voyageur, de même que le type et le numéro de document de voyage utilisé (p. ex. passeport) ainsi que le pays émetteur. Outre les données biographiques présentement recueillies sur les voyageurs aux points d’entrée par le Canada et les États-Unis, la date et l’heure de l’entrée ainsi que le point d’entrée sont enregistrés par chacun des deux pays et ces données sont échangées pour la création des fiches de sortie.

RÈGLES D’IMMIGRATION ET DE FISCALITÉ

Rappelons que les règles d’immigration et de fiscalité touchant les snowbirds canadiens restent inchangées. Aux fins de l’immigration, à titre de citoyens canadiens voyageant aux États-Unis comme touristes, nous sommes limités à « six mois moins un jour » (182 jours) dans une période de 12 mois. Par exemple, si vous entrez aux États-Unis le 1er novembre 2019, votre période de 12 mois se conclura le 31 octobre 2020. Durant cette période, vous serez limité à 182 jours.

À des fins fiscales, tout Canadien qui passe à peu près quatre mois ou plus aux États-Unis chaque année civile, serait avisé de soumettre le formulaire 8840 de l’IRS afin d’être considéré comme un non-résident. Le calcul sur trois ans, connu sous l’appellation de critère de présence importante ou substantial presence test, permet de déterminer si vous devez ou non remplir le formulaire 8840. Si vous passez généralement au moins quatre mois par année aux É.-U., l’ACS vous recommande fortement de soumettre ce formulaire au plus tard à la date limite du 15 juin, pourvu que votre séjour ne dépasse pas 182 jours dans une année civile donnée.

Bon séjour !