Récentes données sur la richesse des bébéboumeurs

Deux évidences sur cette génération qui se situe entre la génération silencieuse et la génération X, soit la population née en 1946 et 1964, après la Deuxième guerre mondiale; Ils sont toujours attachés à leur maison unifamiliale et ils sont moins riches au Québec que dans le reste du Canada.

Je ne prends pas une décision en matière d’immobilier sur la foi d’un résultat d’un sondage Léger mené pour le compte de Royal LePage, mais il y a des données dans cette enquête qui ne laissent pas de place à l’interprétation : on confirme le taux de propriété moins élevé au Québec

AU CANADA

Selon les données du sondage, 75 % des bébéboumeurs sont propriétaires

AU QUÉBEC ET AILLEURS

Les proportions au Québec sont de 67 % dont Montréal à 62 %. À Toronto, on parle de 74 %, alors qu’à Vancouver il se situe à 73 %.

AUTRES DONNÉES PROBANTES

Les bébéboumeurs québécois sont plus hypothéqués qu’ailleurs. Plus de 40 % n’ont pas réglé leur hypothèque, contre 34 % dans le Canada dans son ensemble.

Le fait d’être ou non propriétaire et de traîner ou non une dette hypothécaire ne rend pas quelqu’un nécessairement plus riche, mais c’est un bon indice.


Source : Daniel Germain, Journal de Montréal, 30 juin 2021, p28