Metro ou Métro ?

En y regardant l’enseigne de plus près, j’ai remarqué que l’accent aigue n’était pas là. Depuis combien de temps ? Peut-être toujours et ça m’a beaucoup déçu. Je veux parler de l’épicerie metro, dont je suis client depuis longtemps.

Une entreprise québécoise qui sert tout le Québec, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick, avec une excellente qualité de produits et est aussi propriétaire des marques Super C, Marché Adonis et Metro Richelieu entre autres.

J’ai toujours écrit Métro, parce que selon moi, c’est de cette façon qu’elle doit s’écrire, du moins au Québec. De cette même façon qu’on le prononce. C’est français !

Mais voilà que la raison sociale est metro… sans l’accent. Pourquoi ?

Pourquoi cette raison sociale prend-t-elle une forme anglaise ?

Pourquoi c’est le « é » qu’on entend dans sa phonétique?

J’aimerais bien qu’on m’explique la raison de cette calligraphie.

Au moment où les raisons sociales anglaises pullulent dans notre marché francophone, il n’était pas nécessaire d’embarquer dans la parade.

Métro est une entreprise et un fleuron québécois avec des revenus annuels de plus de 16 milliards $, 90 000 employés dans 950 succursales et un PDG francophone en la personne de Éric Richer La Flèche.

En anglicisant ses marques de commerce et maison, Selection, elle impose l’anglais canadien sans se conformer à la langue d’affichage prédominante en français, au Québec, comme l’exige la loi 101.