Le cerf de Noël

Le cerf de NoelMartin et Clémentine sont en train de préparer le sapin de Noël. Ou plutôt, ils essaient… Car tandis qu’ils installent les boules et les guirlandes, ils sont sans cesse interrompus. Toutes les trois minutes, en effet, le vieux cerf Léonce vient cogner du sabot à leur porte, en pleurnichant. La truffe humide et basse, il leur dit :

– Les faons n’ont plus le temps d’écouter mes histoires, ils ne pensent qu’au père Noël.

Et puis encore :

-Les jeunes cerfs n’ont plus le temps de mâcher des écorces avec moi, ils ne pensent qu’au repas de Noël.

Et il pousse des brames tristes à pleurer.

Après deux heures de ce remue-ménage, Martin et Clémentine en ont assez. Martin sort sur le seuil de la chaumière, il prend sa plus grosse voix et il dit au vieux cerf :

– Écoute, Léonce, ça suffit. Tu vois bien que nous avons à faire. Ce n’est pas de notre faute si tu n’aimes pas Noël…

Et il claque la porte.

Maintenant, Martin et Clémentine ont terminé de préparer le sapin. C’est un arbre magnifique, avec une belle étoile dorée au sommet, de magnifiques boules qui rutilent à l’extrémité de chaque branche et des guirlandes de couleur qui égaient l’atmosphère.

Martin est satisfait. Ils ont bien travaillé. Mais au moment où il se retourne pour féliciter sa petite sœur, il voit deux larmes rouler sur les joues de Clémentine. C’est sûrement à cause du vieux cerf Léonce qu’on entend encore gémir dehors… Martin dit à Clémentine :

– Ne laisse pas ce râleur nous gâcher notre joie. C’est bien la seule personne que je connaisse, homme ou animal, qui n’aime pas Noël.

Mais Clémentine lui dit :

– Tu étais moins sévère avec lui quand il nous promenait sur son dos, cet été.

Et elle éclate en sanglots.

Martin sent également une grosse boule monter dans sa gorge. Au fond, il sait bien que sa sœur a raison et qu’il a été injuste avec leur compagnon. Que peuvent-ils entreprendre pour se faire pardonner? Martin a une idée. Les enfants enfilent leurs manteaux, sortent dans la nuit chercher le cerf et se mettent au travail. En se hissant sur la pointe des pieds, Martin fait courir une guirlande sur les bois de Léonce et épingle l’étoile dorée sur le haut.

Sa sœur y fixe les bougies et entoure l’encolure d’un beau ruban d’argent. Puis les enfants accrochent une grosse boule rouge au bout de chaque oreille de l’animal. Et Clémentine ajoute même un petit père Noël à l’extrémité de la queue du vieux cerf. Martin dit à Léonce :

– Décoré comme cela, tu serviras de sapin de Noël ambulant à tous les animaux de la forêt.

Léonce bondit de joie :

– Maintenant que j’adore Noël, est-ce que je pourrais goûter un peu de la dinde de Noël?

Histoire de Vincent Villeminot
I
llustrations par Hervé Florès
Source : 24 nouvelles histoires pour attendre Noël, Groupe Fleurus 2004