Le père Noël a besoin d’aide

Le père Noël a besoin d'aideLà-haut dans le ciel, à mille lieues de la Terre, le père Noël se prépare à partir pour la grande tournée des jouets. Attelés au traîneau, ses huit fidèles rennes l’attendent dans la nuit glacée de Noël. Le père Noël coiffe son bonnet, chausse ses bottes, enroule son écharpe autour du cou, enfile son doux manteau rouge… Et soudain, il s’écrie :

– Saperlipopette, j’ai perdu mes gants blancs!

Il a beau chercher dans l’armoire, sur la table, sous les coussins du canapé et même dans la cheminée, pas moyen de les retrouver. Le père Noël peste :

– Si j’avais écouté les lutins, j’aurais attaché mes gants à mon manteau. Tant pis pour moi, je vais avoir bien froid!

Mais le temps presse! Le père Noël se hâte jusqu’à son traîneau et lance le départ :

– Mes amis les rennes, en voiture : les enfants nous attendent!

Guidée par le père Noël qui connaît la route par cœur, les rennes s’élancent droit devant, dans le ciel. Soudain, la neige se met à tomber à gros flocons et un vent glacial s’abat sur la nuit de Noël. Bien emmitouflés dans leur fourrure d’hiver, les rennes galopent courageusement dans la tempête. Mais sur le traîneau, c’est une autre affaire! Le père Noël a les mains rougies par le froid. Impossible de guider plus longtemps ses huit fidèles rennes!

À toute allure, ils se mettent à tournoyer dans le ciel, entraînant dans une folle farandole le traîneau, les cadeaux et le père Noël. Le père Noël a beau crier :

– Arrêtez-vous, arrêtez-vous!

Le vent souffle si fort que les rennes ne l’entendent pas. À force de tourner et de tourner encore dans le ciel, le père Noël et les rennes sont complètement étourdis! Mais rien ne peut les arrêter! Heureusement, la ronde infernale des rennes fait résonner les grelots du traîneau dans le ciel. Pelotonnés dans leur nid, les oiseaux de l’hiver se réveillent. Une famille de mésanges donne l’alerte :

– Tous à vos postes, le père Noël a des ennuis!

En un clin d’œil, tourterelles, mésanges, oies sauvages s’élancent à tire-d’aile jusqu’au traîneau. D’un adroit coup de bec, les tourterelles et les oies sauvages tirent sur les brides et freinent les rennes. Mais que font les mésanges? Toutes ensemble, elles ouvrent grand leur bec et soufflent, soufflent sur les mains du père Noël.

Le père Noël sent une douce chaleur lui réchauffer les mains. Enfin, il réussit à remuer un doigt, puis deux, puis trois… jusqu’à dix. Il bouge ses deux mains! Il fait repartir le traîneau, escorté par les mésanges, les oies sauvages et les tourterelles. La neige s’est arrêtée, la bise est tombée. Les rennes prennent de la vitesse et filent tout droit vers la Terre.

– Petits oiseaux, murmure le père Noël, nous allons atterrir sur cette maisonnette. Je vais me glisser dans la cheminée et la grande tournée des jouets va enfin commencer!

Histoire de Clotilde Cacheux
I
llustrations par Hervé Florès
Source : 24 nouvelles histoires pour attendre Noël, Groupe Fleurus 2004