Price entre dans la légende

Le match d’hier soir entre les Canadiens et les Red Wings était captivant. C’était le genre de match qui vous tient sur le bout de votre fauteuil et vous porte à vous ronger les ongles. En fait, aussi intense qu’une partie des séries éliminatoires. Pour les deux équipes, l’enjeu était très important; Les Red Wings ne sont pas assurés de participer à la ronde printanière, alors que chez le Canadien, la première position dans la division Atlantique est toujours l’objectif à atteindre.

PriceCette victoire signifiait également beaucoup pour le gardien Carey Price qui venait d’entrer dans la légende du club, éclipsant la marque de 42 victoires détenue jusque-là par Jacques Plante et Ken Dryden. Si Michel Therrien décide de le garder dans l’alignement pour le dernier match de la saison ce samedi à Toronto, et qu’il le gagnerait, il mettrait la barre à 44 victoires en une saison. Il demeure le seul gardien à atteindre cette marque dans cette campagne. Personne ne met en doute l’échange d’Halak. C’était le bon choix! On n’a pas fini d’entendre «Carey! Carey! Carey!» résonner au Centre Bell.

Avec la parité qui existe dans cette ligue, c’est tout un exploit qui demande constance et régularité. Même constat chez les équipes; C’est tout même étonnant qu’il faille un dernier match pour déterminer les équipes qui s’affronteront en séries de la Coupe Stanley. Tout aussi surprenant qu’une équipe ayant cumulé 95 points soit éliminée des séries alors que les Rangers de New York ont remporté le Trophée du Président avec 111 points. Avec une telle compétition, bien malin qui pourrait prédire l’équipe qui mettra la main sur la fameuse Coupe Stanley. Autre preuve de cette égalité entre les formations, les Kings de Los Angeles, derniers récipiendaires de la Coupe, sont éliminés de la course.

Partout on parle de la formidable saison du Lightning de Tampa Bay, des Rangers de New York, des Ducks d’Anaheim. Mais douze équipes sur trente, finiront ou auront la possibilité de terminer la saison avec 100 points et plus. C’est 40% de toute la ligue. À cet égard, le Canadien, avec ses 108-110 points, a autant de chances de mettre la main sur la 25e coupe Stanley de son histoire, que toutes les autres équipes. Le jeu des séries c’est un jeu hermétique où les erreurs et l’indiscipline font la différence entre défaite et victoire. On dit que c’est LA vraie saison. Celle qu’on se souvient.

Une certitude demeure; le printemps sera fébrile et captivant, nous transportant aussi loin que notre équipe nous amènera. Je suis confiant pour nos Canadiens. Et peu importe l’issue, ils nous auront fait passer de merveilleux moments. Et avec cette bande de jeunes affamés, on peut dire que Montréal sera hockey pour plusieurs années encore. Il fallait voir l’entartage de Carey Price à la fin du match, pour se rendre compte de la camaraderie qui anime cette équipe. Tous les espoirs sont permis.