Pas de semaine de relâche en 2016

Relâche18 000 élèves de la Montérégie n’auront pas droit à la semaine de relâche en 2016, suite à un conflit entre la Commission scolaire et ses 1 600 enseignants. Vous m’en voyez ravi et je me suis toujours interrogé sur la pertinence d’une telle semaine. Au fait, on ne se souvient même plus comment on en est arrivé à l’obtention de ce congé. Si je me rappelle bien, sauf erreur, cette semaine de relâche coïncidait avec une fin de période d’examens des étudiants universitaires. Au fils du temps, tout le monde en a bénéficié. Même quelques garderies se tapent ce congé également. Faut l’faire!

Avec des classes qui se terminent à 15 heures et des étudiants qui ont une foule de congés pédagogiques, un long congé dans la période des Fêtes, un congé de Pâques et de longues vacances qui dépassent deux mois chaque été, j’ai de la difficulté à comprendre qu’ils soient à bout de souffle. Ces jeunes débordent d’énergie au point où ils sont constamment impliqués dans toutes sortes d’activités sportives à l’extérieur de l’école. Il faudrait une meilleure raison pour justifier pareille pause.

Cette semaine de relâche amène son lot de difficultés pour les parents à s’organiser parce que, qu’on le veuille ou non, ça chamboule les habitudes. Ce congé permet surtout aux centres de ski et de divertissements, ainsi qu’aux attraits touristiques de générer de bonnes affaires. Donc, l’essoufflement ne tiens plus la route et il faudrait trouver autre chose de plus convaincant.

Quand un parent affirme qu’il donnera quand même congé à son enfant pour cette occasion, il fait preuve de désobéissance à l’égard de l’école et envoi un drôle de message à son enfant. Dans la ligne d’autorité, on retrouve l’enseignant puis l’élève, pas le contraire. Et au final, les élèves en sortiront gagnants avec des cours réguliers et sans interruption entre janvier et juin. De quoi réussir son année scolaire.

J’espère et je souhaite que les autres Commissions scolaires emboîtent le pas dans les années futures pour faire disparaître cette semaine de relâche absolument inutile, surtout quand on connaît un taux élevé de décrochage.

Crédit image : Municipalité Saint-Damien-de-Buckland

Le souper des départs

2015-03-28 003C’est ainsi qu’on peut traduire le farewell diner, dernier souper de la présente migration au pays des gougounes. Hier soir, pour cette occasion, la salle était complète. Sold Out comme on dit! D’une capacité de 473 personnes, 468 convives prenaient place dès 16 heures pour ce traditionnel dernier repas communautaire.

Il reste une autre activité, le Ice Cream Social Bingo en avril, mais par la suite les hordes de snowbirds reprendront la route du nord. Déjà, on peut voir quelques emplacements épars dégarnis, abandonnés jusqu’au prochain automne. Inlassablement, le premier jour d’avril marque le début du grand déplacement.

Contrairement à l’année dernière, notre groupe est toujours sur place. Personne n’a encore quitté pour le Québec, sauf Johanne et Claudio, qui ont mis le cap vers le Québec. À ce qu’on peut observer via facebook, leur retour à la maison semble très bien se dérouler et les dernières images nous provenaient de South Of The Border, à la frontière des deux Carolines.

Mais pour revenir à notre souper, c’était noir de monde. Imaginez, une généreuse portion de spaghetti avec de délicieuses boulettes de viandes un peu plus grosses qu’une balle de golf, précédé d’une salade en entrée et d’un dessert glacé vanille et 2015-03-28 005chocolat, pour la modique somme de 5$… Ça déplace du monde en simonac ça M’sieur Dame. Et s’ajoutait à cette aubaine, le duo Deb and Ray, mes préférés, pour la portion musicale endiablée, où le plancher de danse devenait soudainement trop étroit pour qui voulait se trémousser.

Il faut souligner également l’effort du comité social à permettre une traduction sans reproches et appréciée, du mot de bienvenue jusqu’aux tirages, en passant par les instructions et le bénédicité. Denis Brault, avec son amabilité proverbiale s’est investi complètement dans cette tâche et toujours avec son sourire habituel.

Une très belle soirée réussie pour couronner adéquatement une autre agréable saison, loin de la neige. Par les temps qui courent, les applications météo sont à la mode, chacun préparant son départ en fonction de Dame nature. Mais soyez sans crainte, c’est le printemps également au Québec, passé le 15 avril il ne restera plus de neige dans la grande région de Montréal et on ne pourra sortir en bedaine avant la mi-juin. Alors autant faire contre mauvaise fortune bon cœur et enlacer de gros câlins, nos proches qu’on sera anxieux de retrouver. Le temps qu’on leur raconte notre hiver, l’été sera enfin là!

Un budget bidon

Budget Québec 2015La mascarade des souliers neufs se poursuit. Pas trop fort le gouvernement Couillard sur le budget. Pour trouver l’équilibre, Leitao et Couillard reportent de deux à quatre ans l’abolition de la taxe santé, promise pour se faire élire. Encore une façon de berner les CONtribuables. Il prend les revenus tout de suite et retarde les bénéfices pour le CONtribuable jusqu’aux calandres grecques. Il n’impose pas d’augmentations de tarifs mais celles déjà annoncées demeureront, comme la modulation des tarifs des services de garde en fonction des revenus et la hausse des tarifs d’électricité de 2,9%, probablement pour donner un coup de pouce à Thierry Vandal pour qu’il profite pleinement de sa retraite blindée sans qu’il déprime. Des taxes déguisées!

Ces mêmes CONtribuables retraités de moins de 65 ans qui pouvaient économiser un peu d’impôt en fractionnant leurs revenus de pensions, constatent amèrement qu’au moment de remplir leur déclaration provinciale de 2014, ils n’y ont plus droit, tant qu’ils n’auront pas atteint cet âge vénérable. Et n’oublions pas que l’an prochain, ce sera autre chose parce que des politiciens ne savent que jouer sur les chiffres sans vraiment avoir une boule de cristal; Les imprévus… Voilà! De plus, sous prétexte de bannir leurs primes de départ, ils se voteront prochainement de substantielles, généreuses et faramineuses augmentations de salaires.

Personne n’a encore pensé à taxer les gains de loterie. Trop simple! Quand tu empoches un énorme magot, l’état insatiable pourrait en garder une part. Ça se fait ailleurs et personne ne s’en plaint. À compter de maintenant, on devrait commencer à dépenser moins. À se concentrer sur l’essentiel. De toute façon, c’est tout ce qu’on peut se permettre avant qu’on nous siphonne de nouveau.

Il faut garder en tête que ce budget soi-disant équilibré, ne diminuera pas la dette qui dépasse toujours les 274 milliards de dollars au moment où on se parle et selon l’Institut économique de Montréal. L’an prochain, on reparlera d’austérité et on trouvera encore toutes sortes de raisons pour VANDALiser les CONtribuables. C’est toujours le même scénario qui se déroule. À la veille des prochaines élections provinciales de 2018, le déficit et l’austérité ne tiendront plus, et l’abondance reviendra à la mode dans le seul but de se faire réélire et endormir pour un autre terme, celui qui paie… Le CONtribuable!

C’est un secret de Polichinelle qu’un politicien est d’abord en poste pour les avantages que ça lui procure, et faire des promesses pour demain, mais qu’il ne pourra réaliser avant longtemps. Il demeure le personnage, dans cette société, ayant le moins de crédibilité. Un mal nécessaire pour la démocratie mais difficile à cerner. Et comme le chantait si bien Félix Leclerc en 1962 dans Attend-moé ti-gars :

« La veille des élections il t’appelait son fiston, le lendemain comme de raison y’avait oublié ton nom ». C’est encore vrai!

In Memoriam – Marie-Berthe Riendeau – 4e anniversaire

CroixBonjour Tante Berthe. Quatre années se sont écoulées depuis ton départ. Aujourd’hui, tu meubleras nos pensées.

C’est une façon et une occasion pour te remercier pour ces souvenirs inoubliables qui habitent nos cœurs à tout jamais.

 

La force de l’espérance est ce qui nous permet de se remémorer les souvenirs de ceux qui ont marqué notre vie.

Pour bien se porter, rions un brin

RireQuel est le point commun entre :

Une pizza brûlée,

Une bière congelée,

Une femme enceinte…?

Dans les trois cas, il y a un gars qui ne l’a pas sortie à temps!

————————————————————————————–

Un accoucheur s’occupe d’une femme qui attend des jumeaux. Le premier bébé sort, c’est un superbe garçon : une tape sur les fesses et il pousse un cri vigoureux.

Mais le deuxième bébé tarde à vouloir sortir. Une heure passe, deux heures… L’accoucheur dit à la sage-femme qu’il part manger et de l’appeler quand il y aura du nouveau.

Dès qu’il est parti, la sage-femme entend :

– Psssst psssssst!

Elle distingue une petite main qui passe entre les jambes de la patiente et qui lui fait signe de venir! Elle se rapproche de la femme et voit une petite tête qui pointe à l’orifice qui lui dit :

– Il est parti le monsieur qui donne les fessées?

————————————————————————————–

Une maîtresse d’école demande à ses élèves de faire une phrase dans laquelle il y a l’expression «je présume». Une petite fille dit :

– Hier, maman lavait la vaisselle à la main, je présume que le lave-vaisselle était en panne.

– Très bien, dit la maîtresse.

Un autre dit :

– Ce matin, papa est sorti du garage avec la Volkswagen, je présume que la BMW ne voulait pas démarrer.

– Bravo!

Un p’tit gars au fond de la classe lève la main et dit :

– Hier, j’ai vu grand père sortir de la maison et se diriger vers le bois avec le journal sous le bras, je présume que…

– Je t’arrête, dit la maîtresse parce que là, tu ne savais pas du tout ce que ton grand père allait faire et tu ne peux rien présumer.

– Maîtresse, laissez-moi terminer ma phrase, dit le petits gars.

– Très bien, vas-y, dit-elle.

– Donc, comme je viens de vous le dire, j’ai vu mon grand-père sortir de la maison et se diriger vers le bois avec le journal sous son bras… Je présume qu’il allait chier car il ne sait pas lire!

—————————————————————————————-

Un brave garçon est venu faire la connaissance des parents de sa fiancée. Le repas tire à sa fin lorsque la jeune fille se plaint de migraine. Le jeune homme l’accompagne jusqu’à sa chambre… et ne redescend qu’une heure plus tard. Le papa de la jeune fille lit son journal dans le salon. En voyant revenir le fiancé, il s’informe :

– Vous êtes restés bien longtemps auprès d’elle, mon garçon?

– Oui! Elle n’était pas bien. Je lui ai donné un petit médicament.

Alors, le père observe le jeune homme, sceptique, puis lui lance :

– Bien, bien! Maintenant que c’est fait, refermez donc votre armoire à pharmacie!

—————————————————————————————-

Un gars ben saoul dans un bar dit à son voisin de tabouret :

– Calice, ma femme va me tuer en arrivant quand elle va voir que j’ai vomi sur ma chemise neuve!

Son chum y répond:

– Mets 20$ dans ta poche de chemise et dis-lui que c’est un autre gars qui t’a vomi dessus et qu’il t’a donné 20$ pour le nettoyage!

– Oui, oui, pas fou ça!

Le gars arrive chez lui et sa femme voit sa chemise :

– Gros porc, t’es pas capable de boire comme du monde, il faut que tu te vomisses dessus!

Le gars répond :

– Non chérie c’est un autre gars qui m’a vomi dessus, fouille dans ma poche, il m’a donné 20$ pour le nettoyeur.

Sa femme fouille dans la poche de chemise :

– Hey, t’as 40$ dans tes poches!!!

– Oui je sais chérie… c’est parce que le gars a aussi chié dans mes culottes!!!

Un hommage bien mérité

2015-03-24 001Il y a de ces personnes qui s’impliquent dans leur communauté discrètement, sans faire de bruit, tout en étant efficaces. Ils ne recherchent pas les honneurs, sont souvent effacés, mais toujours passionnés. Ici à Pioneer Village, on a la chance de côtoyer une telle personne; Rosaire Desaulniers.

Depuis plusieurs années, c’est lui qui négocie les droits de jeux avec deux terrains de golf locaux, pour une joyeuse bande de golfeurs qui, semaine après semaine, consultent la liste de leurs départs respectifs. Il pense à tout ce Rosaire. Voyant que son prénom se prononçait mal en anglais, il a trouvé l’idée de se nommer Henry. Pourquoi pas! Après tout, les américains sont familiers avec ce prénom. À mes débuts dans le groupe, je ne voyais jamais son nom parmi les quatuors et ça m’intriguait. Mais quand on m’a informé de l’astuce, j’ai trouvé l’idée assez géniale.

Alors depuis quelque temps, Claude Gagnon et Pierre Turmel décidaient de prendre les choses en main, pour lui rendre hommage. Une reconnaissance pleinement méritée que Rosaire n’a jamais vu venir. Tous les golfeurs se sont rassemblés au Tiki Hut, pour réserver un chaleureux accueil à celui qui les a traités aux petits oignons. Dans une brève envolée oratoire, Pierre introduisait les spectateurs sur la raison de cet attroupement et Henry découvrait la raison de sa présence; Claude lui remettait une bourse contenant la contribution des golfeurs, en reconnaissance de son implication et de son travail pour tous ces mardis de golf.

Une belle dose d’amour que Rosaire a reçu émotivement tout en remerciant ses fans. Merci Rosaire, ou Henry, et comme l’a si bien souligné Pierre; derrière un grand homme il y a toujours une grande femme et indirectement, l’hommage revient également à Micheline. Pour immortaliser ce moment, Christian était là avec son appareil photo toujours prêt, pour prendre quelques clichés, dont ceux agrémentant cet article.2015-03-24 003

Trois gouttes de lumière…

ÂgeÂgé ou vieux?

Est-ce que vous êtes âgé ou vieux? Cette simple question existentielle nous porte à se demander comment on se décrit alors qu’on avance en âge. J’ai choisi de partager avec vous le texte qui suit, afin de prendre un moment de réflexion et de se poser LA question; Comment se fait-il qu’avec la retraite, certains deviennent simplement âgés, alors que d’autres deviennent vieux? Parce qu’être âgé, c’est tellement différent que d’être vieux. À preuve…

– Alors que la personne âgée pratique le sport, la découverte, les voyages, le vieux se repose.

– Alors que la personne âgée a de l’amour à donner, le vieux accumule les jalousies et les rancœurs.

– Alors que la personne âgée fait des plans pour son futur, le vieux n’a que la nostalgie du passé.

– Alors que l’agenda de la personne âgée comprend surtout des lendemains, le calendrier du vieux ne contient que des hiers.

– Alors que la personne âgée apprécie les jours à venir, le vieux souffre du peu de jours qui lui restent.

– Alors que la personne âgée en dormant fait des rêves, le vieux fait des cauchemars.

Il n’est pas question pour moi, d’être vieux! Âgé peut-être et encore… Mais pas vieux!

Car nous avons tant de rêves, tant de choses à faire, ne trouvez-vous pas? Le plus sérieusement du monde, je vous pose la question suivante;

En toute honnêteté… Êtes-vous âgé ou vieux?