L’affichage en français uniquement

Photo : Huffpost – édition Québec

Le congrès général du Parti québécois vient de se terminer et même si le chef Jean-François Lisée a reçu à près de 93%, un vote de confiance de ses délégués, je suis déçu. Déçu de deux propositions qui ont été rejetées par l’assemblée. La première; « Revenir aux dispositions initiales de la loi 101 sur l’affichage en français à l’intérieur et à l’extérieur des commerces. » La seconde; « Obliger les entreprises de 10 employés et plus à obtenir un certificat de francisation. Le seuil est actuellement de 50. »

Étant membre de ce parti politique, je suis d’avis que si on veut conserver et protéger notre identité francophone propre dans cette grande Amérique anglophone, ça doit obligatoirement passer par l’affichage et la francisation. J’ai de sérieux doutes, après ces échecs, que le PQ puisse faire le maximum pour préserver notre langue, une fois élu. Déjà qu’un référendum est reporté aux calandres grecques, advenant une victoire péquiste… C’eut été un minimum. Rappelons-nous Costco, qui a ajouté en grosses lettres sur ses entrepôts « WHOLESALE »… sans aucune conséquence.

Abondant dans le même sens, Denise Bombardier a publié son opinion sur ce sujet, mardi, dans les pages d’opinions du Journal de Montréal. Je m’en voudrais de ne pas le partager avec vous.

Ambiguïtés péquistes

Le soleil brillait durant le weekend. Ce serait mal connaître les militants du Parti québécois que de s’étonner de leur présence studieuse à l’intérieur du Palais des congrès de Montréal. Sous cet aspect, le PQ n’a pas changé depuis sa création. On prend la politique au sérieux et on y consacre tout son temps.

Hélas, compte tenu de la désaffection des électeurs pour l’article 1 du parti, à savoir l’indépendance du Québec, le PQ se cherche des thèmes qui toucheraient une proportion suffisante d’électeurs pour rêver de nouveau au pouvoir. Les sondages qui l’accréditent de 22% des voix plombent son moral.

Il n’y a plus de péquistes heureux, de nos jours. Même Jean-François Lisée, fort de ses 92,5% d’appuis de ses membres, doit cacher son inquiétude. Il est prisonnier de militants de toutes tendances. Le programme du PQ est donc devenu indéchiffrable. Car, c’est bien connu, on ne peut pas plaire à tout le monde.

AVENIR DU FRANÇAIS

Nous sommes donc devant des engagements contradictoires. Quelle place fera-t-on désormais à la langue française quand le chef du PQ se précipite au micro pour faire obstruction à une proposition visant à remettre l’affichage unilingue français à l’honneur?

Et que dire des débats sur le financement des cégeps anglophones transformés grâce à l’ajout de nuances pointues, empêchant ainsi de comprendre ce qui arriverait si le parti revenait au pouvoir.

La direction du PQ a consenti à appuyer une proposition qui réduirait le financement des écoles privées, un sujet hautement controversé. Or, cet article est inclus dans le programme depuis maintenant 43 ans sans qu’on ait osé l’appliquer.

Le programme révisé du PQ est davantage une fiction qu’une réalité, ce qui illustre la paralysie dont souffre le parti et qui le handicape depuis le second référendum de 1995.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s