Le service en français, c’est sans compromis et non-négociable au Québec!

Triste réalité vécue par Gilles Proulx dernièrement, alors qu’attablé dans un Ben & Florentine de Verdun, il a été confronté à l’unilinguisme anglophone et arrogant. Voici son aventure telle qu’il l’a raconté dans le journal. Un autre pas vers l’assimilation!

TOUJOURS EXIGER LE FRANÇAIS… TOUJOURS!

Mon Verdun natal est malheureusement l’un des coins les plus colonisés du Québec! Laissez-moi vous raconter une scène survenue dimanche dernier.

Dans le restaurant Ben & Florentine de l’Île des Sœurs, plein à craquer d’une clientèle majoritairement francophone, l’accueil se fait par un employé incapable de dire un mot en français. Tout le monde, en bons « CF » (Canadiens-français), avale la couleuvre.

Des gens, qui me reconnaissent, m’incitent à me plaindre de la situation; donc, je prends le bâton et j’y vais. Laissés à eux-mêmes, ils auraient laissé tomber.

ENGUEULADE

Une collègue du préposé english only prend sa défense. Elle me dit qu’il vient d’arriver au pays et qu’il suit des cours de français. Oui, mais ne peut-on pas lui apprendre le mon « bonjour »? Pourquoi l’employer à l’accueil? Je le sais trop bien : parce que les gens de Verdun vont plier l’échine et se laisser faire… Par ailleurs, ce restaurant affichait deux semaines plus tôt qu’il serait fermé pour la « fête de la Reine » (au diable, les Patriotes).

Le ton monte. Engueulade avec le patron qui invoque le bilinguisme canadien pour défendre le droit de parler juste l’anglais… On ne me reprendra plus à manger là.

INTÉGRATION… MON ŒIL!

J’ai conscience que bien des gens dans le restaurant en question ont assisté à la scène en se disant : « Quel extrémiste! » Au contraire, c’est le fait de mettre au service à la clientèle une personne qui ne s’exprime pas en français qui est extrémiste. Je vous encourage à faire exactement comme moi partout où une situation similaire se présente. Ne vous gênez pas.

À l’heure où les trois partis politiques se démènent pour nous rassurer comme quoi ils vont tout faire pour franciser les néo-Québécois, il faut se rappeler qu’avant tout, pour que l’intégration fonctionne, il faut toujours exiger le service en français… toujours!

Une réflexion au sujet de « Le service en français, c’est sans compromis et non-négociable au Québec! »

  1. Tout à fait en accord. Il m’est arrivé à quelques reprises d’être accueillie en anglais dans des boutiques à Montréal et j’ai immédiatement demandé à la personne si elle parlait français. Dans tous les cas la réponse a été positive mais je leur ai dit qu’au Québec elles devraient d’abord s’adresser en français au client et utiliser l’anglais au besoin seulement. Je dois avouer que la suggestion n’a jamais été reçue avec enthousiasme mais le message était passé…Roll

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s