Rapport de « snowbird »

Ça fait maintenant deux semaines que nous sommes en territoire floridien et à la lumière de ce que j’entends, vous apprécieriez avoir de nos nouvelles. Alors je prends quelques instants pour vous mettre au courant.

Nous sommes arrivés dans une chaleur frisant les 30°C et lentement nous nous sommes installés et surtout se familiariser avec notre caravane; se rappeler où on mettait nos choses, vider les valises, en fait, reprendre le beat de camping.

Nous avons également fait l’inventaire de ce qui nous manquait. Seulement faire la première commande d’épicerie, demande une certaine discipline… il manque toujours des items qu’on a oublié. Parlant d’oubli, on a laissé la sauce aux prunes au condo… ils n’ont pas ça ici ! Alors, nos amis Carole et Marcel arrivent demain avec la sauce.

Pour garder un certain confort, des articles nous manquait, dont une laveuse toute mignonne qu’on s’est procuré sur Amazon. Une mini toute menue qui fait parfaitement le travail; la madame est bien contente. Deuxième élément; une remise. Encore là, Amazon a été sollicité pour une remise de toile, 8 x 6, qui fait parfaitement le travail. Il faut garder en mémoire que lors de notre retour au Québec, il faut d’abord tout ranger dans les coffres de la caravane avant l’entreposage. Il faut viser COMPACTE.

Une bonne nouvelle; on dort comme des bébés, d’un sommeil des plus réparateurs. Important vous me direz ? Très important en effet et on se sert d’un cadran pour se réveiller, c’est tout dire. Qui dit sommeil réparateur dit journée productive.

Côté météo, quelques nuits fraîches et beaucoup de soleil. Un tout petit peu de pluie, sans plus et à une seule brève occasion. Par contre, les deux derniers mercredis étaient frais. Je mentionne les mercredis parce que je joue 3 heures de musique avec des musiciens, chanteurs et chanteuses du coin, sous le tiki, ces jours-là. Et bizarrement, les deux derniers se sont avérés froids. 15-18°C avec un vent nordique… mais c’est mieux que la neige.

Louise savoure ses victoires au bingo et ma foi, elle est très chanceuse. Le fric U$ remplit son petit sac à cagnotte. Deux fois par semaine elle est au rendez-vous et savoure ces instants précieux. Les vendredi soir, c’est le Poker Texas Hold-em à la salle de cartes et la chance m’a souri la semaine dernière.

La plage ? N’étant pas très friand, on n’y va pas. D’abord nous sommes sensibles au soleil et je l’avoue franchement, ce n’est pas la principale raison de nos hivers ici. C’est définitivement le froid et la neige qui en est responsable, du moins tant que cela durera. L’été à l’année n’est pas du tout désagréable et il semble que les statistiques prouvent qu’on prolonge notre vie de cette façon. Comme nous voulons vivre vieux et en santé… on en profite.

Et ces deux semaines sont passées en coup de vent, tellement on ne les voit pas passer. Il me semble que nous sommes arrivés hier. Parents et amis qui nous accompagnent vont bien et leur teint prend des couleurs à rendre jaloux. Ici ce n’est pas le dépaysement total. C’est le prolongement de l’été du Québec.

Nous en sommes à notre quinzième hiver au pays de l’Oncle Sam et on se sent comme chez nous… sauf pour le pognon qui nous prend 38 sous par dollar. Que voulez-vous, tout n’est pas parfait et c’est à nous de demeurer sélectif et prudent dans nos dépenses. Et malgré le taux de change, il en coûte moins cher qu’au Québec pour faire le plein d’essence. Ici, la taxe de vente n’est que de 6%.

À la prochaine…

14 réflexions au sujet de « Rapport de « snowbird » »

  1. Merci pour se résumé , il est agréable à mes souvenirs de passer l hiver en Floride .Bien qu on l a vécue j avoue qu on s ennuie de la chaleur , la plage,la piscine et surtout dans mon cas le golf. Oui c est vrai selon certains experts que le climat est favorable à une plus longue vie physique et psychologique malgré un portefeuille plus mince.Donc profiter au maximum, et que le bonheur vous accompagne .

    • Il est vrai que le portefeuille, si mince soit-il, ne nous accompagne pas dans l’au-delà ! Au moins, vous avez déjà goûté à ce mode de vie et j’imagine, à tes commentaires, une larme nostalgique couler doucement sur ta joue. Vite, un 6/49 !

  2. Bonjour Normand,

    Ton petit récit fût une joie à lire et ceci me rappel de bons souvenirs. J’aimerais que tu aloute une petit paragraphe sur le nombre de kilomètre parcouru et le coût total des dépenses pour ce rendre à votre petit coin de paradis…

    Continu ton bon travail, ceci nous réchauffe et agréable à lire, ce qui fait changement de nos petites douleurs avec les mauvaises nouvelles négatives qui meubles notre quotidien malheureusement incontrôlable…

    À bientôt,

    Amitié,

    Claude

    • Voici pour les renseignements additionnels ; le kilométrage, de La Prairie, donne 2790 km.

      Pour les hôtels, on couche deux nuits et notre préférence est pour les Holiday Inn autour de 150$ CDN la nuit, petit déjeuner inclus. Cependant, il en existe des moins chers mais ma dernière expérience dans un hôtel plus économique m’a valu une dizaine de piqûres d’araignées. Fini pour moi !

      Maintenant, la bouffe en transit. Bon, les déjeuners c’est réglé avec l’hôtel. Les dîners, on les prend dans l’auto, en roulant ; des bons sandwichs au beurre d’arachides et confitures, comme à l’école, avec l’avantage qu’on n’a pas besoin de frigo. Et aussi une bonne réserve de bouteilles d’eau.

      Pour le souper, c’est au restaurant, tout juste après avoir pris possession de notre chambre, qu’on bouffe. Encore là, les restaurants sont nombreux et on y va selon notre appétit… et notre fric.

      Globalement, le taux de change se situe entre ,35 et ,38 sous par dollar. Le camping pour 6 mois tourne autour de 3 600 U$ (600 U$ par mois). Pour le reste, c’est comme vivre au Québec et en faisant les bons choix, on s’en sort avec des couleurs qui font l’envie de nos voisins et amis en rentrant à la maison le temps venu.

      J’espère avoir répondu à tes questions et t’avoir donné le goût… sait-on jamais. Si tu en as d’autres, n’hésite pas. On se revoit avec la verdure printannière autour d’un café Tim.

      Amitié,

  3. Notre arrivée ressemble à la vôtre. Sauf que pour nous presque tout est nouveau: descendre en auto (une petite HRV qui a transporter un quadriporteur et un velo électrique) coucher dans les hôtels et surtout la caravane à sellette de 27 pieds alors qu’on avait un classe B de 21 pieds! Mais les voisins nous aident beaucoup. Et on ne se décide pas à acheter sur Amazon. Pour l’instant c’est Goodwill et Walmart.
    Bon hiver.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s