Le chat sort du sac

Pour ceux et celles qui me lisent régulièrement, j’avais publié un article, en mars dernier, sur Hydro-Québec au sujet de leur campagne publicitaire où je questionnais le pourquoi d’une telle publicité.

Sans concurrent et en situation de monopole au Québec, en électricité, je me disais que cet argent dépensé inutilement pourrait servir à freiner leurs avides augmentations annuelles de tarifs à ses abonnés.

Voilà qu’en lisant mon Journal de Montréal d’hier, je tombe sur l’article de Pierre Couture, dont le titre répondait à ma question; « Combien ça coûte, une telle publicité ? » La réponse : 2,3 millions de dollars, dont je n’en vois toujours pas la nécessité.

Surtout que récemment, on apprenait que certains employés et les hauts dirigeants de cette société d’État s’étaient partagés de faramineux bonis de performance de 29 millions $ pour leur travail. C’est justement pourquoi on les paie grassement. Alors on en rajoute à même nos coûts d’électricité.

Lorsqu’ils arrivent pour demander des augmentations de tarifs, le gouvernement leur accorde. Pour faire baisser la grogne, on diminue leur demande. Ça m’écœure ! Qui paie pour ces débordements ? Les CONtribuables. Et c’est pas fini… À tout événement, je partage cet article avec vous. Ne le lisez pas en sirotant votre café, vous pourriez vous étouffer.

UNE CAMPAGNE DE PUBLICITÉ DE 2,3 M$ POUR HYDRO-QUÉBEC Pierre Couture, Journal de Québec

Pour ses 75 ans d’histoire, Hydro-Québec a décidé de se payer une campagne de pub de 2,3 millions $.

Depuis quelques semaines, la société d’État a déployé la campagne « Une énergie propre à nous » dans différents médias. La campagne se poursuivra jusqu’au 26 mai.

Hydro-Québec soutient que les coûts liés à cette nouvelle campagne de promotion font partie de ses budgets annuels de publicité et n’auront aucun impact sur les tarifs d’électricité de ses clients.

« Le budget de 2,3 millions $ comprend la production de messages télévisés, des panneaux d’affichage d’impact, de l’affichage dans plusieurs stations de métro, des publicités numériques dans différents médias québécois ainsi que du contenu pour les réseaux sociaux », a fait savoir un porte-parole d’Hydro-Québec, Louis-Olivier Batty.

En fêtant ses 75 ans, Hydro-Québec soutient que cette campagne dévoile sa vision et son savoir-faire auprès du grand public en plus de rappeler que la société d’État est un leader mondial en énergie propre. Cette année, Hydro-Québec prévoit dépenser 8 millions $ en publicités de toutes sortes.

LA FACTURE ÉLECTRONIQUE

Dans cette campagne publicitaire actuelle, Hydro-Québec tente également de passer un message à ses abonnés en leur rappelant que le service de la facturation électronique est disponible.

Actuellement, seulement 40% des clients résidentiels d’Hydro-Québec ont recours au service de la facturation électronique. Hydro-Québec ne cache pas qu’elle aimerait faire passer de taux à 60% prochainement.

L’envoi des factures à ses clients par la poste représente des coûts annuels importants pour Hydro-Québec. Chaque année, Hydro-Québec dépense plus de 10 millions $ lors de l’envoi de factures par la poste à plus de 1,8 million de clients résidentiels. La société d’État compte 3,1 millions de clients résidentiels.

AGENCE RECHERCHÉE

Par ailleurs, Hydro-Québec a lancé plus tôt cette semaine un appel d’offres pour retenir les services d’une agence de publicité. Alors que le contrat actuel entre Hydro-Québec et l’agence québécoise lg2 tire à sa fin, la société d’État vient de lancer un nouveau mandat de 36 mois.

Le budget pour ce nouveau mandat de trois ans est estimé entre 10 et 20 millions $. L’an dernier, Hydro-Québec avait choisi lg2 et Nurum parmi ses agences numériques officielles, et ce, pour de nombreuses années.

————————–

Et tout ça avec NOTRE argent, SANS CONCURRENCE AUCUNE, alors qu’on attend encore qu’ils nous versent NOS SURPLUS FACTURÉS DEPUIS DES ANNÉES. Tirez-en vos propres conclusions et exprimez-vous !