Paroles philosophiques

JE ME SENS BIEN VIVANT…

L’âge est important seulement si vous êtes un vin ou un fromage.

J’ai atteint la vieillesse en croyant à ma destruction. J’ai changé d’idée et j’ai décidé de me battre : le passé s’est en allé, sans possibilité de retour… mais je refuse de croire qu’il a emporté ma jeunesse, m’abandonnant malade, laid, vieux et obèse.

Moi, je crois que je vais bien : je ne suis pas malade même si j’ai des varices et une cheville enflée. Même si je me couche parce que j’ai mal aux reins, que le cœur e bat trop fort ou que les os me font mal. Mais malgré tout : je me sens vivant !

Chacun a ses problèmes, même si on ne l’imagine pas. Les cors et les oignons me font mal aux pieds. Quand j’ai un souci, je sens une forte douleur qui commence dans la poitrine en s’étendant jusqu’aux os. Mais malgré tout : je me sens vivant !

Je crois que je suis en forme et je vais le démontrer, même si après avoir marché, j’ai mal aux hanches. Et pour m’aider à marcher, j’ai besoin d’une canne pour éviter de glisser ou de tomber sur le trottoir. Mais malgré tout : je me sens vivant !

J’ai une bursite à un bras, une douleur à une côte. J’ai le genou mou à cause de mon arthrose. J’ai une phlébite à une jambe et le corps qui me pique partout. J’ai un tendon rétréci qui me raidit le cou. Et malgré tout : je me sens vivant !

Je ne veux rien savoir de mon vieux visage. Si je passe devant un miroir, j’évite de me regarder. Même si je ne veux pas l’admettre : ma face est un accordéon et mon corps est en ruine. Mais je me bats et je répète : je me sens vivant !

Et pour terminer, vous pouvez transmettre ces belles paroles philosophiques à vos jeunes et aux nouveaux adultes pour qu’ils réalisent ce qui les attend… afin qu’ils apprécient et en profitent pleinement dès maintenant.