Il y a 50 ans aujourd’hui, l’homme foulait la lune

C’est fou comme le temps passe. Il y a 50 ans aujourd’hui, l’homme foulait la lune pour la première fois. Un événement historique que je ne peux effacer de ma mémoire alors que je me revois, devant notre téléviseur noir et blanc, très attentionné à visionner ces images quelque peu floues, ce que la race humaine tentait de conquérir depuis toujours.

La terre était à l’écoute de ce moment exceptionnel. Ce que les bandes dessinées, dont Les aventures de Tintin avec « Objectif Lune » et « On a marché sur la lune » nous avaient fait rêver, devenait réalité !

Mais, saviez-vous qu’il y avait un peu de nous autres là-dedans? Eh oui, l’entreprise Héroux-Devtek de Longueuil, où mon père a travaillé, a fabriqué les pattes du module lunaire. Toute une fierté du génie québécois que vous découvrirez.

Pour souligner la conquête de la lune, La Presse + a publié un excellent reportage sur le sujet le 13 juillet dernier, et c’est le texte que je vous propose aujourd’hui, pour rafraîchir vos mémoires.

EXPLORATION SPATIALE

LA LUNE, 50 ANS PLUS TARD Philippe Mercure et Mathieu Perreault

Samedi prochain, cela fera 50 ans que Neil Armstrong a fait ses premiers pas sur la Lune. Quel est le bilan du programme Apollo ? Et pourquoi la Lune suscite-t-elle un regain d’intérêt depuis quelques années ?

TOUJOURS LE MÊME RÊVE

Impossible de surestimer la force du symbole. Il y a 50 ans, l’être humain a foulé pour la première fois le sol d’un autre monde que la Terre, marquant un jalon de l’histoire humaine. Si bien qu’un demi-siècle plus tard, on rêve de rééditer l’exploit.

La conquête de la Lune est une prouesse technologique indéniable. Elle a servi de catalyseur scientifique à toute une nation. Elle a tellement frappé l’imagination qu’elle fait encore rêver aujourd’hui.

Mais quand Neil Armstrong a posé le pied sur la Lune, le 20 juillet 1969, c’est un geste ni scientifique ni même purement symbolique qu’il a accompli. C’était avant tout une déclaration politique.

« La science a fait du pouce sur la conquête de la Lune. On a découvert plusieurs choses très intéressantes et utiles. Mais ce n’était pas l’objectif. Le mandat était d’atteindre la Lune pour battre les Russes », rappelle Roger Launius, historien de l’espace et auteur du livre Apollo’s Legacy – Perspectives on the Moon Landings (« L’héritage d’Apollo – Perspectives sur les atterrissages sur la Lune »).

Au début des années 60, les Américains se font en effet outrageusement dominer dans la course à l’espace. En 1957, l’URSS lance Spoutnik 1, le premier satellite à entrer en orbite autour de la Terre. En 1961, le Soviétique Iouri Gagarine devient le premier homme dans l’espace. John F. Kennedy réplique l’année suivante avec son fameux discours dans lequel il annonce que des Américains iront sur la Lune.

« Nous avons choisi d’aller sur la Lune au cours de cette décennie et d’accomplir d’autres choses encore, non pas parce que c’est facile, mais justement parce que c’est difficile », dit le président américain de l’époque.

Le 20 juillet 1969 marque donc une victoire des États-Unis sur l’Union soviétique en pleine guerre froide.

« En 1969, le message des États-Unis, c’est : je suis le plus gros, je suis le plus fort. C’est « Make America Great Again ». »

— Yves Gingras, historien des sciences à l’UQAM

Pour l’historien de l’espace Roger Launius, c’est en fait « la culmination de l’histoire à succès classique américaine ».

« C’est exactement l’histoire que nous adorons raconter, dit-il. C’est comme l’attaque de Pearl Harbor pendant la Seconde Guerre mondiale. Nous avons été surpris, nous avons tiré profit de l’occasion pour montrer le meilleur de nous-mêmes et nous avons gagné la guerre. »

Quand il porte sa casquette de scientifique rationnel, Robert Lamontagne, astrophysicien et coordonnateur du Centre de recherche en astrophysique du Québec, ne peut que déplorer cette démonstration de force.

« On est allés sur la Lune en grande partie pour les mauvaises raisons », dit-il. M. Lamontagne, est pourtant le premier à reconnaître l’irrésistible puissance symbolique de ce premier pas fait sur un autre astre que la Terre. Un geste qui a changé sa vie… et celle de milliers d’autres personnes.

L’ÉTINCELLE

Robert Lamontagne a 12 ans lorsqu’il voit Neil Armstrong descendre du module lunaire d’Apollo 11 pour marcher dans la poussière lunaire.

« Quand on les a vus débarquer, à la télévision, à travers ces images un peu fantomatiques… Je suis convaincu que je ne suis pas le seul à être sorti dehors pour regarder la Lune et me dire : il y a quelqu’un là, maintenant ! », raconte-t-il.

Il évoque une « sensation qu’on est promis à des choses plus grandes, que l’humanité peut quitter son berceau ». À cette époque, le jeune Lamontagne joue avec les figurines de Major Matt Mason, jouet-astronaute fabriqué par Mattel. Ce n’est pas un hasard si, plus tard, il se retrouve à étudier les étoiles et à diriger un observatoire astronomique, l’Observatoire du Mont-Mégantic.

« L’étincelle [s’est produite] à ce moment-là, témoigne-t-il. Et je ne suis pas le seul : j’ai des collègues de mon âge et on a tous vécu à peu près les mêmes choses. Il y a toute une flopée de carrières scientifiques qui ont germé dans les années 70. »

UN CATALYSEUR

C’est sans doute le grand paradoxe de la conquête lunaire : si celle-ci a été motivée par des raisons politiques, elle a été un véritable catalyseur pour les sciences et les technologies. Il faut dire que les Américains ont mis le paquet.

En 1966, trois ans avant l’alunissage d’Apollo 11, la NASA monopolisait une proportion astronomique de 4,41 % du PIB américain, contre environ 0,5 % aujourd’hui.

Panneaux solaires, défibrillateurs, outils sans fil, ordinateurs de bord, montres au quartz : le développement de nombreuses innovations a été propulsé par les besoins du programme Apollo. Yves Gingras, historien des sciences, souligne à quel point le lancement de Spoutnik par les Soviétiques, en 1957, a été un « coup de tonnerre » qui a amené le gouvernement américain à bonifier l’enseignement des sciences aux enfants.

« Ça a changé l’éducation scientifique aux États-Unis », affirme-t-il.

UN RETOUR ?

En science et en technologies, les avancées d’il y a 50 ans paraissent habituellement ridiculement désuètes aujourd’hui. La conquête de la Lune fait exception. En 2019, tant les Américains que les Chinois échafaudent des plans pour ramener des êtres humains sur la Lune. Et, malgré les progrès technologiques réalisés depuis, c’est loin d’être simple.

« Dans les années 70, aller sur la Lune, c’était devenu la routine. On y était allés six fois. Aujourd’hui, il faut pratiquement repartir à zéro parce que l’expertise s’est perdue. Il y a plein de savoir-faire non codifié qui n’est plus là. »

— Yves Gingras, historien des sciences à l’UQAM

Selon lui, ce retour sur la Lune est motivé par les mêmes raisons que celles qui avaient provoqué la course à l’espace dans les années 50 et 60. « Les Chinois viennent d’aller sur la face cachée de la Lune et les Américains sont obligés de réagir en montrant à nouveau leur puissance », analyse l’historien.

Il se montre personnellement très critique du projet. « Sur le plan scientifique, il n’y a aucune maudite raison d’aller sur la Lune. C’est pour se péter les bretelles. C’est un symbole, mais quand on y réfléchit, c’est un symbole de déclin. Parce qu’il s’agit pour les Américains de refaire ce qu’ils ont fait il y a 50 ans », dit-il. Même l’idée d’utiliser la Lune comme base pour conquérir Mars ne convainc pas l’historien des sciences, qui juge qu’on devrait envoyer des robots et non des humains dans l’espace.

L’historien américain Roger Launius admet qu’il y a de la « gloire et de la géopolitique » dans l’idée de retourner sur la Lune. Il estime toutefois que la possibilité d’extraire un jour des ressources joue un rôle. Il compare le projet à la conquête des Amériques, au XVIe siècle, alors que les nations européennes exploitaient les richesses des colonies conquises.

M. Launius observe également que la symbolique a changé depuis 1969. La NASA a déjà annoncé qu’une femme foulerait le sol lunaire en 2024, et il s’attend à ce que les minorités visibles soient représentées. « Vous pouvez être sûr que les astronautes qui seront choisis seront représentatifs de tous les Américains », dit-il.

En remettant sa casquette de scientifique, Robert Lamontagne estime, comme Yves Gingras, que les missions habitées ne sont pas essentielles à la science. Mais il ne peut s’empêcher de se rappeler le gamin qu’il était et qui a vu Armstrong faire son fameux « pas de géant pour l’humanité » sur la Lune.

« D’un point de vue social, de l’image qu’ils véhiculent, les humains dans l’espace ont leur rôle parce qu’ils sont des ambassadeurs, dit-il. Quand ces gens-là parlent, ils ont un vernis qu’aucun robot n’aura jamais. »

LE DESTIN DES 12 ASTRONAUTES QUI ONT MARCHÉ SUR LA LUNE Mathieu Perreault

Des 24 astronautes qui ont atteint la Lune avec le programme Apollo, 12 en ont foulé le sol. Voici qui ils étaient et ce qu’ils ont fait après ces pas historiques.

NEIL ARMSTRONG – Apollo 11 – 21 juillet 1969

« Un petit pas pour l’homme, un pas de géant pour l’humanité. » Cette phrase de Neil Armstrong, le premier homme à fouler le sol lunaire, est passée à la postérité. Par la suite, il a participé aux enquêtes sur les accidents d’Apollo 13 et de la navette Challenger en 1986. À sa mort en 2012, sa famille l’a qualifié de « héros américain malgré lui » (reluctant) en raison de sa réserve.

BUZZ ALDRIN – Apollo 11 – 21 juillet 1969

Contrairement à son confrère, Buzz Aldrin a été très actif sur la scène publique après son retour. Il est le seul astronaute à avoir communié sur la Lune. À partir des années 80, il a fait la promotion de missions habitées vers Mars, appuyant le concept d’une navette circulaire se rendant en continu de l’orbite terrestre à l’orbite martienne.

PETE CONRAD – Apollo 12 – Novembre 1969

Après sa mission lunaire, Pete Conrad a été l’un des neuf astronautes qui ont séjourné dans la station spatiale Skylab, en 1973. Il est mort en 1999 dans un accident de moto et, depuis, la NASA respecte ses dernières volontés en décorant de lumières multicolores un sapin de Noël en son honneur, chaque année à Houston.

ALAN BEAN – Apollo 12 – Novembre 1969

Alan Bean a lui aussi séjourné dans Skylab. Il a pris sa retraite tôt de la NASA, à 49 ans, pour se consacrer à la peinture de scènes spatiales. Sa spécialité était de peindre la Lune en couleur, notamment en utilisant de la poussière lunaire rapportée dans le cadre d’Apollo. Il est mort l’an dernier.

ALAN SHEPARD – Apollo 14 – Février 1971

Premier Américain dans l’espace en 1961, Alan Shepard a été le plus âgé des astronautes d’Apollo – il est né en 1923. Sa vie personnelle, professionnelle et publique est digne d’une hagiographie. Il est mort en 1998 d’une leucémie.

EDGAR MITCHELL – Apollo 14 – Février 1971

Deux ans après sa mission lunaire, Edgar Mitchell a fondé un institut de parapsychologie qui a miné sa réputation. Elle a souffert encore davantage peu avant sa mort en 2016, quand la NASA l’a poursuivi pour avoir mis aux enchères une caméra utilisée sur Apollo 14.

DAVID SCOTT – Apollo 15 – Juillet-Août 1971

La carrière de David Scott a été entachée par plusieurs décisions d’affaires malheureuses, à commencer par sa décision d’emmener avec lui vers la Lune des lettres affranchies qu’un commerçant allemand a par la suite vendues à prix d’or. La NASA l’a puni, et il a par la suite eu maille à partir avec des partenaires d’affaires en cour. En 2015, il a vendu pour 1,6 million US sa montre Bulova qu’il avait apportée sur la Lune en secret.

JAMES IRWIN – Apollo 15 – Juillet-Août 1971

Le séjour sur la Lune de James Irwin l’a mené vers un retour à la foi et il a consacré une bonne partie de sa vie par la suite à la recherche des restes de l’arche de Noé sur le mont Ararat, en Turquie. Il est mort d’une crise cardiaque en 1991.

JOHN YOUNG – Apollo 16 – Avril 1972

John Young est l’astronaute d’Apollo qui a été le plus fidèle à la NASA, volant deux fois à bord de la navette spatiale et ne prenant sa retraite qu’en 2004, à l’âge de 74 ans. Il est mort en 2018.

CHARLES DUKE – Apollo 16 – Avril 1972

L’un des astronautes les plus secrets du programme Apollo, Charles Duke est devenu par la suite pasteur, affirmant que la foi avait sauvé son mariage après ses années d’astronaute. Il devait participer à la mission Apollo 13, qui n’a pas pu se poser sur la Lune, mais a attrapé la rubéole juste avant le décollage. Il a aussi posé sur le sol lunaire une photo de famille avec sa femme et ses deux fils, qu’il a ensuite photographiée.

HARRISON SCHMITT – Apollo 17 – Décembre 1972

Seul astronaute du programme Apollo ayant eu une carrière politique, Harrison Schmitt a été sénateur fédéral du Nouveau-Mexique de 1976 à 1982. Il a ensuite fait carrière en aérospatiale, travaillant notamment sur l’exploitation minière de la Lune, et s’est illustré à plusieurs reprises comme climatosceptique en mettant en doute le lien entre les activités humaines et le réchauffement de la planète.

EUGENE CERNAN – Apollo 17 – Décembre 1972

Dernier homme à avoir marché sur la Lune, il a connu du succès dans les affaires dans le pétrole avant de militer, dans la décennie qui a précédé sa mort en 2017, pour un retour des missions lunaires.

SOURCES : NASA, BBC, CNN

LE QUÉBEC, PREMIER SUR LA LUNE Philippe Mercure

« Thanks for your beautiful legs. » C’est en ces mots coquins que Buzz Aldrin a remercié des artisans québécois sans qui la mission Apollo 11 n’aurait pas été possible. En effet, ce premier contact historique entre l’homme et la Lune du 20 juillet 1969 a une dimension québécoise : les pattes du module, techniquement les premières à toucher le sol lunaire, avaient été fabriquées à Longueuil par l’entreprise Héroux (aujourd’hui Héroux-Devtek).

Gaston Bernier se souvient très bien des pièces d’aluminium en question. À l’époque, il était inspecteur chez Héroux.

« On ne savait rien de tout ça. Quand je les ai inspectées, je ne savais même pas ce que c’était », raconte l’homme, aujourd’hui âgé de 84 ans. M. Bernier confie que des rumeurs selon lesquelles l’entreprise avait décroché un important contrat relié à un voyage sur la Lune circulaient bel et bien au sein de l’entreprise. Mais les employés croyaient à une blague.

« Aller sur la Lune ! Voyons donc. On ne croyait pas à ça. Pour nous, c’était une affaire impossible. Ça ne nous rentrait pas dans la tête », raconte M. Bernier.

Gaston Bernier a néanmoins joué un rôle dans le succès du premier pas de l’être humain sur la Lune. Car les premiers morceaux qu’on lui a soumis, il les a rejetés ! Il s’agissait de tiges d’aluminium faisant 8 pouces de diamètre (environ 20 cm) et environ 170 cm de long.

« Il y avait des tolérances très strictes. Les cylindres devaient être parfaitement ronds. Sauf qu’à cause de la façon dont ils avaient été fabriqués, ils avaient des faiblesses et étaient un peu ovales. J’ai dit : « Ils ne sont pas bons, ils ne sont pas dans les tolérances » », raconte M. Bernier.

INGÉNIOSITÉ

Éric Therrien, gestionnaire de projet chez Héroux-Devtek, n’était pas là à l’époque. Mais il confirme qu’il a fallu bien des essais-erreurs pour accoucher de pattes parfaites. Le problème est que lors des premiers essais, on couchait les pièces à l’horizontale pour les usiner. Or, comme les parois d’aluminium étaient très minces, le poids de l’outil utilisé déformait légèrement les pièces. « Il a fallu changer la machine pour faire un usinage vertical », explique M. Therrien.

Fernand Michon, surintendant de l’outillage et de la machinerie chez Héroux, et responsable de cette délicate opération d’usinage, a trouvé la solution.

« Son rôle était de concevoir les machines servant à fabriquer les pièces qui leur était commandées. […] Il avait remarqué qu’un des problèmes était que le tour qui usinait les pattes réchauffait le métal et le déformait. Pour éviter le réchauffement, il a imaginé un système avec un simple engrenage de vélo qui contrôlait la vitesse de rotation de la patte, réduisait la chaleur, et évitait la déformation », raconte avec fierté Jacques Michon, le fils de Fernand Michon, disparu en 2008.

Cette réussite a valu à l’équipe de Héroux la gratitude des astronautes d’Apollo 11 lors d’une cérémonie en décembre 1969, au pavillon Hélène-de-Champlain à Montréal.

DE BELLES JAMBES

« Ma mère, qui accompagnait mon père à cette réception, avait un petit carnet d’autographes. Armstrong et Collins l’ont signé, mais Aldrin, qui avait plus d’humour, y a inscrit un message à l’intention non pas de ma mère, mais de mon père », rigole Jacques Michon.

« Thanks for your beautiful legs (merci pour vos très belles jambes) », y lit-on, en référence aux pattes du module lunaire. Un précieux document conservé dans les archives de la famille Michon.

Comment une entreprise canadienne s’est-elle retrouvée impliquée dans la course à la Lune ? M. Therrien explique que c’est l’entreprise américaine Northrop Grumman qui avait confié cet important contrat à la boîte de Longueuil. « On avait déjà des contrats d’entretien de trains d’atterrissage avec Northrop Grumman. Les sous-traitants qu’ils avaient utilisés n’avaient pas réussi à construire les pattes du module lunaire, alors ils se sont tournés vers nous », explique M. Therrien.

En tout, 60 pattes ont été construites pour l’ensemble du projet Apollo. Aujourd’hui, 24 de ces pattes se trouvent encore sur la Lune (celles des missions Apollo 11 à 17 à l’exception d’Apollo 13, qui a connu des problèmes et n’a jamais touché la Lune). Une patte est actuellement exposée au Centre des sciences de Montréal.

FIERTÉ

Gaston Bernier affirme ressentir une certaine fierté en pensant que les pièces qu’il a inspectées ont joué un rôle dans ce moment historique.

« Elles ont fait la job ! Elles n’ont pas cassé et il n’y avait pas de défauts », dit-il, précisant du même coup qu’il n’en fait pas grand cas. « Ce sont les gens qui m’en parlent, dit-il. Quand tu as vu de gros trains d’atterrissage, des pièces comme ça, c’est une affaire de rien. »

Chez Héroux-Devtek, en tout cas, on ne se prive pas de brandir encore aujourd’hui ce prestigieux contrat. « C’est une carte de visite assez importante qu’on met toujours au premier plan à chacune de nos présentations marketing, dit Éric Therrien. On dit un peu à la blague qu’on a été les premiers à toucher la Lune et ça fait rire beaucoup de gens. Mais il reste que c’est une entreprise du Québec qui a fabriqué ces pattes. »

— Avec la collaboration de David Santerre

LA COURSE À LA LUNE Philippe Mercure

À la fin des années 50 et tout au long des années 60, l’URSS et les États-Unis se livrent une course de tous les instants pour conquérir notre satellite naturel. Les Soviétiques dominent les premières manches. Mais ce sont finalement les Américains qui frapperont le coup de circuit qui marquera l’histoire quand Neil Armstrong posera le pied sur la Lune, le 20 juillet 1969.

JANVIER 1959

La sonde soviétique Luna 1, destinée à s’écraser sur la Lune, rate sa cible, mais devient le premier engin à atteindre les environs de l’astre.

SEPTEMBRE 1959

Quelques mois après le demi-échec de Luna 1, la sonde soviétique Luna 2 se fracasse sur la Lune, établissant le tout premier contact d’un engin construit par l’être humain avec le sol lunaire.

OCTOBRE 1959

La sonde soviétique Luna 3 envoie les premières photos de la face cachée de la Lune.

AVRIL 1961

Le Soviétique Iouri Gagarine devient le premier homme dans l’espace.

MAI 1961

Moins d’un moins après le vol de Gagarine, les Américains répliquent en envoyant l’astronaute Alan Shepard dans l’espace.

AVRIL 1962

La sonde américaine Ranger 4 est la première à se fracasser sur le côté sombre de la Lune.

FÉVRIER 1966

La sonde soviétique Luna 9 est la première à se poser sur la Lune sans s’y écraser.

AVRIL 1966

La sonde soviétique Luna 10 est la première à se placer en orbite autour de la Lune.

DÉCEMBRE 1968

La mission Apollo 8 envoie les premiers êtres humains en orbite autour de la Lune.

JUILLET 1969

Dans le cadre de la mission Apollo 11, Neil Armstrong devient le premier homme à poser le pied sur la Lune.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s