Action-réaction

Immensément tristes les événements incluant des policiers lors d’interventions. Des personnes ont perdu la vie, alors que facilement, un tel dénouement aurait pu être évité.

Prenez les deux cas au États-Unis, à Minneapolis. En mai 2020. George Floyd est décédé sous le genou du policiers Derek Chauvin. Ce policier dans cette affaire, subit présentement son procès et est passible d’une peine d’emprisonnement de 40 ans, s’il est trouvé coupable.

L’autre cas, récemment dans cette même région et avec quelques similitudes, à la suite d’un contrôle de police lié à des plaques d’immatriculation non-valides. Le jeune conducteur Noir de 20 ans qui a résisté et voulu s’enfuir avec sa voiture, a été abattu par une policière. Celle-ci avait confondu son arme de service, croyant que c’était son pistolet à impulsion électrique. Elle a remis sa démission et devra faire face à la justice.

Évidemment, on connait la suite; manifestations violentes de la communauté Noire principalement, et saccages partout, forçant le couvre-feu. Des escalades de violence qui sont monnaie courante.

Plus près de nous, il y a quelques jours à peine, à Longueuil, dans le secteur LeMoyne, un forcené incontrôlable et en pleine crise, menaçait l’entourage en pleine rue, armé de couteaux. Il a finalement été arrêté, sans effusion de sang, après que la sergente eue tiré à quatre reprises vers le suspect, sans l’atteindre.

Chaque fois qu’un policier use d’une certaine force, la population le condamne d’avance :

« On sait bien, c’est un Noir, les policiers sont des racistes. »

« Pourquoi le policier ne lui a pas tiré dans les jambes ? »

« Pourquoi le policier ne s’est pas servi de son pistolet à impulsion électrique ? »

Et beaucoup d’autres questions visant toujours les policiers. Dans ces moment, l’action-réaction doit être rapide.

FORMATION

On ne naît pas policier. Ce n’est pas un travail qui convient à tout le monde. De plus, le policier reçoit une formation de plusieurs mois pour le préparer à son futur quotidien, à pouvoir régler toutes sortes d’événements.

Aujourd’hui, on en demande beaucoup à ces agents de l’ordre; ils doivent user de psychologie, être des travailleurs sociaux et toutes les professions qui traitent de maladies mentales. On téléphone à la police quand ça va mal, pas quand ça va bien.

Dans les cas impliquent des armes, il se doit d’agir rapidement, sans avoir droit à l’erreur qui est souvent fatale.

Promptement, il doit prévoir l’imprévisible et son temps de réaction est immensément court.

Plusieurs ne font pas plus de cinq ans et décident de changer d’emploi.

AUX ÉTATS-UNIS

C’est encore pire chez nos voisins du Sud, où les armes abondent. Pour revenir aux cas mentionnés précédemment, un aspect de ces interventions n’a pas été analysé, ou du moins, est souvent passé sous silence. Parce que c’est de ça qu’on parle… de l’analyse de l’événement. On prend des heures, des jours voire des semaines à trouver si le policier a bien agi. Le policier lui, n’avait que quelques secondes pour intervenir et étouffer la menace.

Pourquoi on ne parle jamais de l’attitude de la personne qui se fait interceptée ? De sa réaction à résister à son arrestation ? À la lumière des vidéos tournés dans les événements tragiques de Minneapolis, George Floyd était un colosse qui a résisté à son arrestation. Même réaction pour le jeune de 20 ans; au moment de se faire passer les menottes, il est revenu dans son auto pour s’enfuir.

Ce sont deux situations où, si la personne obtempère sans opposer de résistance, la possibilité qu’il soit abattu est nulle.

Quelle serait votre réaction devant cette agressivité injustifiée ?

Il y a quelques années, au Tribunal de la jeunesse, j’ai été témoin d’un adolescent de quinze ans, de taille normale pour son âge, qui refusait la sentence qu’on venait de lui imposer. Il a réagi si violemment que les intervenants se sont mis à 6 personnes, dont un pesait certainement plus de 300 livres, pour le maîtriser après de très longues minutes agressives. Un incident que je me rappellerai toute ma vie.

Avec toutes les interventions policières, que ce soit pour une infraction au Code de sécurité routière ou autre raison, la personne interceptée n’est pas en position de force et doit collaborer de façon civilisée. Rarement, un comportement exemplaire n’incitera à la violence. C’est vrai ici et aux États-Unis. Par contre une résistance déclenche une action-réaction rapide des policiers et, par le fait même, tourner l’intervention en tragédie. On ne fuit pas sans raison.

LONGUEUIL

L’événement de Longueuil a suscité aussi des commentaires douteux sur les lignes ouvertes. On questionnait le travail de la policière :

« Quatre balles et elle n’a même pas réussi à l’atteindre… »

« Une balle perdue aurait pu tuer quelqu’un d’autre. »

« Pourquoi n’a-t-elle n’a pas visé les jambes ? »

« Pourquoi n’ pas avoir utilisé son pistolet à impulsion électrique ? »

Fermez les yeux, placez vous dans la peau de cette policière à ce moment précis et imaginez le scénario dans votre tête, avec les conséquences possibles, en vous demandant ce que vous auriez fait, vous, dans les mêmes circonstances… ?

Moi, au contraire, je dis que cette policière a agi avec professionnalisme, un courage admirable et un sens du devoir exemplaire. Un travail sans bavure à souligner et à féliciter.

Quand un forcené, en crise, fonce vers vous, votre temps de réaction doit se compter en secondes et même en fraction de secondes.

SERVIR ET PROTÉGER

C’est la devise première d’un policier. Lors d’une arrestation ou d’une interception, vous devez agir de façon civilisée. Votre agressivité et votre résistance peut vous coûter très cher. Vous éveillez alors des soupçons. Au Québec, nous pouvons être fiers de notre force policière dans son ensemble. Loin d’être raciste, leur travail nous permet de se promener dans la rue sans crainte de recevoir une balle, comme on le voit trop souvent chez nos voisins du Sud.

 

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s