Perles scolaires

Dès leur jeune âge, des élèves surdoués et perspicaces y vont de réflexions savoureuses. En voici quelques-unes…

Une petite fille parlait à son professeur des baleines.

L’enseignant a dit qu’il était physiquement impossible pour une baleine d’avaler un humain parce que même s’il s’agissait d’un très gros mammifère, sa gorge était très petite.

La petite fille a déclaré que Jonas avait été avalé par une baleine.

Irrité, le professeur a réitéré qu’une baleine ne pouvait pas avaler un humain; c’était physiquement impossible. La petite fille a dit :

– Quand j’arriverai au paradis, je demanderai à Jonas.

Le professeur a demandé :

– Et si Jonas allait en enfer ?

La petite fille a répondu :

– Alors tu lui demanderas.


Une enseignante de la maternelle observait sa classe d’enfants pendant qu’ils dessinaient. Elle se promenait occasionnellement pour voir le travail de chaque enfant.


En rencontrant une petite fille qui travaillait avec diligence, elle a demandé quel était le dessin.
La fille a répondu :

– Je dessine Dieu.


Le professeur a fait une pause et a dit :

– Mais personne ne sait à quoi ressemble Dieu.


Sans manquer un battement, ni lever les yeux de son dessin, la fille a répondu :

– Ils le sauront dans une minute.


Une enseignante de l’école du dimanche discutait des dix commandements avec ses enfants de cinq et six ans. Après avoir expliqué le commandement d’honorer votre Père et votre Mère, elle a demandé :

– Y a-t-il un commandement qui nous enseigne comment traiter nos frères et sœurs ?

De l’arrière, un petit garçon, aîné d’une famille, a répondu :

– Tu ne tueras pas.


Les enfants avaient tous été photographiés et l’enseignante essayait de les persuader chacun d’acheter une copie de la photo de groupe.

– Pensez simplement à quel point ce sera agréable de le regarder quand vous serez tous adultes et de dire :

– Voilà Jennifer, c’est une avocate, ou, c’est Michael, c’est un médecin.

Une petite voix au fond de la pièce retentit :

– Et voici la professeure, elle est morte.


Un enseignant donnait une leçon sur la circulation du sang. Essayant de clarifier les choses, il a dit :

– Maintenant, les enfants, si je me tenais sur ma tête, le sang, comme vous le savez, y coulerait et j’aurais le visage rouge.

– Oui, répond la classe, en choeur.

– Alors pourquoi est-ce que pendant que je me tiens debout dans les positions ordinaires, le sang ne coule pas dans mes pieds ? Un petit garçon a crié :

– Parce que vos pieds ne sont pas vides.