Encore un affront

L’ami Justin n’en est pas à un affront près. La récente nomination de Mary Simon au poste de gouverneure générale en est un bel exemple. Une Autochtone qui, mis a part l’inuktitut et l’anglais… ne sait rien du français ! La routine canadienne quoi, dans ce pays qui a deux langues officielles !

Sophie Durocher a publié un article intéressant sur le sujet dans les pages du Journal de Montréal du 7 juillet et je veux le partager avec vous.


LE FRANÇAIS, WHO CARES ?

Je n’ai aucun intérêt pour la fonction de gouverneure générale.

C’est un poste de plante certes, de potiche, de représentant d’une monarchie désuète.

Mais comme ce poste (salaire et pension à vie) est payé grassement avec mes impôts, je m’y intéresse.

Quand j’ai appris que la prochaine gouverneure générale ne parlerait pas un mot de français, j’ai vu rouge. Comme le drapeau du « plusse meilleur pays du monde ». Si on doit payer des centaines de milliers de dollars pour une fonction de petits fours et de coupeurs de cordons lors de cérémonies officielles, que la personne qui occupe ce poste superfétatoire me parle au moins dans ma langue !

ROYALEMENT IGNORÉE

Mary Simon parle l’inuktitut et l’anglais. Elle a appris l’anglais dans un externat fédéral où le français n’était pas enseigné.

Je ne blâme pas Mme Simon… mais je blâme ceux qui n’ont pas mis comme critère d’embauche que le chef d’État d’un pays bilingue devait être… bilingue !

Je comprends la symbolique de nommer une femme et de nommer une Autochtone, bien sûr, dans le contexte actuel. Mais aux dernières nouvelles, il y avait deux langues officielles dans ce pays. Impossible de ne pas voir dans cette nomination de Justin Trudeau un aveu que pour les libéraux, la notion de « diversité » n’inclut pas la diversité linguistique.

Madame Simon n’avait qu’une phrase en français dans son discours officiel. Elle nous a dit qu’elle « pré trèze au sério » son rôle de « défenseur de la diversité culturelle et linguistique »… Personne au gouvernement n’a trouvé que c’était une gifle au visage des francophones, « a mari usque ad mare », d’un océan à l’autre ?

On sent de moins en moins que le français et les francophones sont respectés dans ce pays.

Vous voulez un autre exemple ? Radio-Canada a publié le 18 juin un texte de Daniel Leblanc intitulé : « Un PDG unilingue au Musée canadien de l’histoire ? »

On y apprenait que « Le candidat qui est favorisé par le gouvernement Trudeau pour prendre les rênes du Musée canadien de l’histoire à Gatineau suscite la controverse à l’interne, notamment en raison de craintes quant à sa connaissance du français. […] Le candidat favorisé par le gouvernement est loin d’avoir impressionné le CA du conseil d’administration du Musée en ce qui a trait à son niveau de bilinguisme ».

Et ce n’est pas tout.

Daniel Leblanc nous rappelait aussi qu’en 2019, le gouvernement avait choisi Sasha Suda (une unilingue anglophone) pour diriger le Musée des beaux-arts du Canada. Elle avait bien sûr promis qu’elle allait apprendre la français. « Mais l’an dernier, elle a suscité de nombreuses critiques en offrant une visite virtuelle du Musée des beaux-arts uniquement en anglais », nous dit Daniel Leblanc.

Quel beau pays que le Canada… Gouverneure générale ? Pas de français. Musée des beaux-arts ? In English only. Musée de l’histoire ? I don’t speak french !

Et vous voulez nous faire croire que l’on est des citoyens à part entière ? On s’en souviendra aux prochaines élections…

LA LANGUE DE CHEZ NOUS

Mme Simon, la nouvelle gouverneure générale, a déclaré : « Je me suis engagé à apprendre le français et je suis prête à commencer n’importe quand après mon installation à Rideau Hall ».

On salue l’effort. Mais pourquoi ai-je comme le sentiment que le français, encore une fois, est vu non pas comme une langue seconde mais comme une langue… de seconde classe ?

2 commentaires sur “Encore un affront

  1. Vous reflétez exactement ma pensée. Sommes-nous seulement deux à se tenir debout et encore en vie. L’assimilation est-elle si avancée que ça?

    Le laissé aller et l’acceptance de la situation me désole. Assistons-nous à la mort ou plutôt à la soumission et assimilation galopante d’un peuple?

    Les Trudeau père et fils auront été les mercenairesgmail.com à la solde des Red neck canadien. Des lâches et opportunistes. Je croyais bien que les génération nous suivant auraient porté le flambeau de la fierté de leurs racines mais je crois que nous n’avons peut-être pas assez transmit notre fierté collective.

    L’Histoire avec un grand  » H  » ne les intéresse pas et le multiculturalisme inclusif nous a coulé à pic. Parizeau n’a jamais tant dit la vérité le soir du dernier référendum.

    Aimé par 1 personne

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :