Salmigondis

SalmigondisCaution bidon
St-Clair Martin Armitage, accusé dans l’affaire des pots de vin de 22,5 millions, liés à la construction du CHUM, a été libéré après comparution, moyennant le dépôt d’une caution de 75 000 $. Rien que ça ! C’est deux ou trois millions de dollars qu’il aurait dû déposer pour recouvrer sa liberté. C’est la justice au Québec. Et la cerise sur le sundae est que ce gentil Monsieur a eu la permission de la cour de rentrer chez-lui, en Angleterre, en attendant la suite des procédures. C’est pas beau ça ? Un peu plus et on allait le reconduire à la maison.

Oups !
Le maire Denis Coderre a le feu au derrière, suite à la manifestation de mardi dernier impliquant ses employés et promet des conséquences. Il a dit, et je cite : – Quand on signe une convention collective, il faut la respecter. On va faire toutes les vérifications et oui, il y aura des conséquences. Tient tient… voilà un tout autre discours parce que, dans le projet de loi 3 sur les régimes de retraite des employés municipaux, il affirme tout le contraire en ne respectant pas les conventions collectives déjà signées par les parties et en toute légalité. Ça nous retombe sur le nez, à un moment donné. Mais il faudrait qu’il soit conséquent dans ses paroles.

L’affaire Pontbriand
Histoire abracadabrante de cette enseignante en attente de sentence pour agression sexuelle sur un de ses élèves de 15 ans. Je veux bien croire qu’elle était en état d’autorité mais ceci étant dit, je m’interroge sur l’agression comme telle, lorsqu’en deux ans, l’accusée et sa jeune victime ont eu plus de 300 relations sexuelles. Il me semble qu’une telle performance ne devait pas être trop agressante. Il doit sûrement y avoir autre chose; vengeance, frustrations ? L’accusée n’a pas témoigné, alors… Je n’ai pas assisté au procès mais cette cause a toujours laissé un doute dans mon esprit, même si ça implique une adulte avec un mineur qui, à son âge, était presqu’un adulte aussi.

Encore les régimes de retraite
C’est plus facile de frapper sur le clou des employés municipaux pour le gouvernement Couillard, que d’imposer des règles similaires aux juges et aux élus. Les rentes de ces notables de notre société sont versées à même le fonds consolidés de la province, n’étant pas capitalisés. Ce sont nous, les CONtribuables, qui en payons la majorité. Tout le contraire de ce que nos dirigeants démagogues se plaisent à répéter en défendant les pauvres CONtribuables. C’est aussi le même constat au fédéral. L’actuaire, qui désire garder l’anonymat, affirme que ces notables profitent de régimes de retraite rares et extrêmement généreux. Facile pour des élus de passer des projets de loi pour des employés municipaux, alors qu’ils s’en dispensent effrontément. Deux poids deux mesures. Ils nous l’ont caché celle-là !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s