L’elfe de la couronne de l’Avent

Lelfe de la couronne de lAvent001« Ho! Hisse! Ho! Hisse! » Paul, Virginie, avec l’aide de Papa, sciaient une branche de sapin dans le jardin pour la couronne de l’Avent.

« Ça ne va pas, non? dit une voix fluette. Vous êtes fous!

– Qui a parlé? Demanda Papa.

C’est toi, Virginie? C’est toi, Paul? »

Les deux enfants firent non de la tête.

« C’est moi qui parle, reprit la petite voix. Vous êtes en train de couper la branche sur laquelle j’ai construit ma maison. Un peu plus et vous coupiez ma maison en deux! »

Papa, Paul et Virginie se penchèrent vers la branche, intrigués, et, en écarquillant les yeux, ils finirent par apercevoir un petit elfe ailé, rouge de colère, les poings sur les hanches.

« Excusez-nous monsieur l’elfe, dit Papa, mais nous ne savions pas que vous aviez élu domicile dans notre sapin. Pour nous faire pardonner, nous vous invitons à préparer et passer Noël à la maison! »

Cette idée plut beaucoup au petit elfe : passer quelques semaines au chaud, cela lui ferait des vacances. Il fit son baluchon, ferma à double tour sa maison et suivit la petite famille. On lui installa un petit lit dans une coquille de noix au salon. Mais l’elfe avait bien l’intention de mettre l’aile à la pâte dans la préparation de Noël. Il aida à décorer, et c’était bien pratique d’avoir un elfe qui savait voler pour mettre l’étoile tout en haut du sapin! Il fit des sablés, tricota des chaussettes de Noël, bref, il s’activait toute la journée!

Le soir de Noël arriva enfin. Alors que les enfants dormaient sagement dans leur chambre, le petit elfe, dans sa coquille de noix, fut réveillé par un grand bruit et un nuage de suie : un vieux monsieur, tout de rouge vêtu, avec une énorme barbe blanche, venait d’entrer dans la pièce par la cheminée.

« Ils auraient pu ramoner leur cheminée, ici, nom d’un renne! J’ai eu du mal à passer avec ma hotte! Et tonnerre de bougies de Noël, j’ai cassé mes lunettes! Je n’y vois pas plus loin que le bout de mon nez! Si seulement quelqu’un pouvait m’aider », ronchonna dans sa barbe le vieil homme.

Le petit elfe s’approcha : « Moi, je peux t’aider, si tu veux! »

Le Père Noël (car c’était bien lui) regarda ce petit elfe, pas plus haut qu’une bougie : « Toi? Tu es si petit, comment pourrais-tu m’aider?

– Je pourrais d’abord te lire les listes, puisque tu as cassé tes lunettes. Ça t’évitera des erreurs. Et je pourrais passer avant toi dans les cheminées et ramoner un peu, si cela n’a pas été fait. Et plein d’autres choses encore! »

Le Père Noël est épaté.

« Mais c’est super! Nous allons faire une fine équipe, toi et moi. »

Et le Père Noël ragaillardi par cette rencontre, partit avec le petit elfe.

Et c’est depuis ce jour que les elfes sont entrés pour toujours au service du Père Noël, qui est très content de leur travail et de leur aide précieuse. Tellement content qu’il ne ronchonne plus jamais, enfin presque!

Histoire de Gaëlle Dubourdieu
I
llustrations par Marianne Dupuy-Sauze
Source : 24 nouvelles histoires pour attendre Noël, Groupe Fleurus 2004