Les émissions de fin d’année

« C’est mon dernier Bye Bye… »

Et puis… comment avez-vous apprécié vos émissions de fin d’année à la télé francophone ?

On avait décidé, contrairement aux années précédentes, de rester à la maison bien sagement et se taper une soirée télé. Ma conjointe, entre deux visionnements de son iPad, jetait un coup d’œil furtif au téléviseur, alors que moi, j’étais vivement intéressé par la confrontation entre nos Canadiens et les Stars de Dallas, nous étions aux aguets.

Durant les entractes, j’allais voir Dans l’univers de…, à Radio-Canada. Une émission pleine de mouvements et endiablée qui nous fait forcément battre la mesure. C’était festif et entraînant. Exceptionnellement d’une durée de 90 minutes, le temps s’est déroulé à la vitesse grand V. Je ne sais pas si la reprise a suscité le même intérêt, le lendemain soir, mais je n’en serais pas surpris.

Pour revenir à la partie de hockey, là encore ce fut enlevant. Anti Niemi avait des choses à se faire pardonner et il a livré la marchandise. Alors j’alternais entre le hockey et les émissions de fin d’année. Pitonne ici, pitonne là, et comble de malchance, nos Canadiens se retrouve en prolongation alors que le Bye Bye est commencé depuis cinq minutes.

Zut ! je suis indécis ! Heureusement la prolongation ne s’éternise pas et Paul Byron sert une magnifique passe à Jeff Petry qui dégaine rapidement devant Bishop qui n’y voit que du feu. La lumière rouge scintille et c’est dans la poche; victoire de nos Glorieux 3-2, et deux points de plus au classement. Quelle magnifique fin d’année.

Je peux maintenant concentrer mes énergies sur le Bye Bye… je rejoins ma douce au salon et on « zyeute » le résultat du travail de nos artistes, leur rétrospective de ce qu’a été 2018. Nous sommes à quelques minutes de changer de calendrier.

Les idées de parodies, dans l’ensemble, représentent les dominances de l’actualité. Les costumes et maquillages sont tellement bien faits que les comédiens et comédiennes qui incarnent les personnages sont difficiles à découvrir. Les ressemblances sont stupéfiantes.

Étant une caricature des événements, ces derniers ne sont pas toujours drôles et manque d’impact. Je ne peux pas dire que j’ai ri aux éclats… loin de là. La moquerie était discrète, sans grossièreté et de bon goût. Il faut croire que la dernière année a été plus moche qu’hilarante. Le numéro de la fin, impliquant Dominique Michel, était une bonne idée… depuis le temps que c’était son dernier Bye Bye, ça nous rappelait les belles années. J’ai aussi aimé les séquences des anciens Bye Bye, surtout celles en noir et blanc. Ça fait presque 50 ans et les souvenirs sont toujours bien présents. Vous vous rappelez Olivier ? Un classique qui ne se démode pas.

Par contre, les pauses commerciales ont définitivement brisé le rythme. Il y en avait beaucoup trop ! Je comprends qu’une émission du genre soit onéreuse et commande un budget colossal, mais il me semble que c’était exagéré. D’autant plus que c’était à Radio-Canada, une société d’état qu’on finance largement comme citoyen payeurs de taxes.

En gros, je suis resté sur mon appétit. En contrepartie, l’émission Les coulisses du Bye Bye a été pour moi, plus divertissante. La façon de produire une telle émission et toute la logistique que cela implique, nous montre ses rouages, l’organisation, le déploiement et le jeu des acteurs. On y apprend des choses et on voit nos artistes sous leur naturel.

Mais le Bye Bye reste une institution qui aura toujours sa place comme émission de fin d’année. Peu importe ce qui en résulte, c’est comme la bouteille de champagne, les bulles et les feux d’artifices pour le changement d’année; INDISPENSABLE ET INCONTOURNABLE ! Et un gros merci à toute l’équipe, la PME, derrière tout ça. Mission accomplie !