Plastique : la solution facile

Encore une fois, les gouvernements ne veulent pas se salir les mains dans l’utilisation intensive du plastique et ont recourt à la solution la plus facile; en interdire son usage… dans 2 ans.

Un immense bouleversement semble inquiéter l’industrie mais ça, on s’en fout pas mal parce qu’en fin de compte ce sera encore et toujours nous, les CONtribuables, qui en paieront l’exorbitante facture. En dollars et en emplois perdus. Il faut faire notre mea culpa, étant responsable en grande partie de notre surutilisation.

On ne frappe définitivement pas le bon clou ! Les photos de la disposition des déchets sur les bateaux, en pleine mer est plus qu’éloquente. Il ne faut pas avoir une si minime conscience écologique pour jeter à la dérive des tonnes de déchets, avec les résultats qu’on connaît. Si on est capable de tourner pareilles scènes, qu’est-ce qu’on fait pour les faire cesser. Les gouvernements ont le devoir de sanctionner les fautifs sans aucune réserve, avec des amendes salées. Mais rien n’est fait !

Les dernières statistiques sur la disposition des plastiques sont décevantes; 9% sont recyclés, 12% sont incinérés et 79 % sont accumulés en déchetterie ou jetés dans la nature. C’est inconscient ! On nous a tant vanté le R-E-C-Y-C-L-A-G-E… Qu’est-ce qu’on fait ? Pourquoi on ne recycle pas plus ?

Pourquoi on ne le développe pas ? C’est là qu’il faut faire les efforts… pas sur l’interdiction. Tous le monde a une responsabilité dans l’usage du plastique. C’est facile de jeter et ne plus s’en soucier. Le plastique a ses côtés pratiques et principalement dans l’alimentation. Alors pourquoi tout chambouler pour l’interdire ? Il faut plutôt en faire un usage judicieux et conscientisé. Il faut en faire l’éducation !

Prenez les sacs d’épicerie à usage unique qui sont disparus depuis quelques années. On les a remplacés par d’autres, fourre-tout, plus « écologiques », mon œil ! Ils servent tellement à toutes les sauces qu’ils sont carrément souillés à longueur d’année. En connaissez-vous des personnes qui prennent soin de les laver régulièrement ? Pas facile hein ? Voilà ! On a remplacé la solution par un problème bactériologique. Aucun contenant en plastique ne devrait contenir moins de 4 litres de liquide. Les petites bouteilles oubliez ça. Cessez de vendre des caisses de 48 bouteilles d’eau. Un gros « 4 litres », ça tient mal dans les mains. C’est encombrant !

La solution, plus ardue cette fois, serait de mettre l’emphase sur la création de plastiques écologiques, biodégradables rapidement. Ça existe déjà ! Alors on attend quoi ? Il faut mettre toutes nos énergies là-dessus. Aussi, se responsabiliser pour cesser d’en faire une utilisation à outrance. Des gourdes à usages répétées peuvent facilement remplacer les petites bouteilles d’eau, vites jetées aux ordures. Il faut conscientiser l’industrie sur l’utilisation écologique des plastiques.

Chaque seconde ce sont plus de 6 600 bouteilles de boissons en plastique qui sont utilisées aux Etats-Unis, 400 000 par minutes et 210 milliards par an. Une montagne de plastique.

Trudeau, avec sa dernière politique sur le plastique, procède exactement de la même façon que lors de la légalisation du « pot ». Des phrases creuses, qui ne veulent rien dire. Rien de concret et il fera faire le sale travail par les autres. Toujours la solution facile. Dès que ça se corse, il s’éclipse ! Il nous reste encore trois mois pour y penser sérieusement… et se décider à lui montrer la porte de sortie.