Salmigondis

L’ALABAMA VA CASTRER LES PÉDOPHILES CONDAMNÉS
WASHINGTON | (AFP) L’Alabama s’apprête à rendre obligatoire la castration chimique avant la remise en liberté anticipée des personnes condamnées pour pédophilie, une mesure controversée déjà en vigueur dans plusieurs autres États américains.

Le parlement de l’Alabama, dans le sud des États-Unis, vient d’adopter une loi qui impose à tous les détenus âgés de plus de 21 ans et condamnés pour une agression sexuelle sur mineur de moins de 13 ans de prendre des médicaments diminuant leur niveau de testostérone avant toute remise en liberté conditionnelle.

Ce traitement, qui affecte la libido, devra se poursuivre jusqu’à ce qu’un tribunal juge qu’il n’est « plus nécessaire ». Si le condamné l’interrompt de son propre chef, il sera renvoyé derrière les barreaux. Sauf exception, le détenu devra payer les traitements, selon ce texte qui doit encore être promulgué par la gouverneure républicaine de l’État, Kay Ivey.

À quand au Québec ?

RÉPUGNANT ET IGNOBLE
On ne peut mesurer le niveau de cruauté de l’être humain quand on apprend une nouvelle de la sorte.

NEW DELHI | (AFP) L’Inde s’indignait hier du meurtre d’une fillette de deux ans en représailles, selon les autorités, d’une dette de 191$ non remboursée par son grand-père. La police de la ville d’Aligarh a arrêté deux suspects pour ce meurtre qui, d’après les enquêteurs, a été commis car le grand-père de la victime devait 10 000 roupies (191$) aux deux hommes.

La fillette a été enlevée le 31 mai et découverte trois jours plus tard. Son corps décomposé, enveloppé dans un tissu, a été retrouvé dans une décharge, mangé par les chiens errants. « Le grand-père de la fille devait de l’argent aux accusés et ils ont eu une dispute sur le retard du remboursement », a déclaré Aakash Kulhari, chef de la police d’Aligarh

QUAND L’IMPARTIALITÉ PREND LE BORD
Comment pouvez vous faire confiance à la justice quand on apprend que l’ancien juge responsable de la Cour municipale de Longueuil, Jean Hébert, a délibérément fait devancer la comparution d’une amie Facebook afin de l’acquitter, en moins d’une minute, lors de son dernier jour de travail le 4 février dernier. Comment voulez-vous ne pas se questionner sur les décisions que cet ex-magistrat a pu prendre sur le banc, tout au long de sa carrière. Mais le pire, il avoue avoir jugé et déplacé d’autres connaissances afin de leur rendre service. On parle même de facturation de salaire erronée, les heures payées ne correspondant pas aux heures réelles travaillées.

Évidemment, la Ville de Longueuil et d’autres instances vont faire enquête… pour se donner bonne conscience. Parce qu’en fin de compte, la Loi sur les tribunaux judiciaires prévoit une réprimande ou une suspension si la plainte s’avérait fondée. Monsieur le juge est à sa retraite. Bref, un gros coup d’épée dans l’eau. Pour moi, cependant, il ne mérite pas mon respect. Il a carrément abusé de son pouvoir.

ENFIN, LES LOIS SONT VOTÉES, N’EN DÉPLAISE À LA MINORITÉ
Le gouvernement actuel a rempli ses promesses sur la laïcité et l’immigration. Il a dû avoir recours au bâillon certes, m’ais c’est loin d’être une première. Quand les députés de l’opposition ne veulent honnêtement pas collaborer, c’est la procédure qui s’impose. Les libéraux, on le savait depuis 10 ans, n’ont jamais eu les couilles pour imposer Bouchard-Taylor, voilà que le nouveau gouvernement a mis ses culottes pour qu’on puisse passer à autre chose. Ceux et celles pour qui ça déplait, ont toujours le loisir d’aller travailler en Ontario.

Quant à Québec solidaire, rien de surprenant de ce côté. On connaît leur manque de sérieux et ils seraient même prêts à demander une loi pour que les maringouins s’abstiennent de piquer les pauvres gens cet été. Ça manque de sérieux et rien ne nous surprend. Bravo messieurs Legault et Jolin-Barrette d’avoir remplie deux de vos promesses. Le cirque avait assez duré. Bonnes vacances !