Une autre ponction fiscale sur le dos des CONtribuables montréalais

La chance qu’on a d’habiter la Communauté Métropolitaine de Montréal est vraiment exceptionnelle. On est proche de tout, même du traffic ! Nos dirigeants, dont la présidente de la CMM Valérie « sourire fendu jusqu’aux oreilles » Plante, trouvaient que 30$ de taxes perçues sur l’immatriculation de ses automobilistes CONtribuables depuis 2011 n’étaient pas suffisant, ils ont décidé, sans modestie aucune, d’y rajouter 50$ annuellement, pour encore financer le transport en commun.

Eux, ils ont une voiture de service tous frais payés. Pour Marc Demers, maire de Laval, « c’est juste une piastre par semaine ». Pour votre information Monsieur le maire, c’est 1,60$ par semaine, incluant celle qu’on paye déjà ! C’est tout de même une énième taxe pour les CONtribuables qui ont le malheur de posséder une bagnole.

En réalité, ils ne veulent pas de vos voitures sur les routes en vous proposant de vous servir uniquement des transports collectifs. Vous savez, ce type de transport efficace le matin et en fin d’après-midi… pour le reste, attend… mon petit mais généreux CONtribuable. Ce n’est pas tout le monde qui travaille de 9 à 17 heures. C’est pourquoi l’automobile devient indispensable.

Il n’est pas loin le temps où la SAAQ évaluera votre niveau de patience et votre capacité de payer avant de vous remettre votre immatriculation.

Avez-vous remarqué le fulgurant développement résidentiel autour de Montréal. C’est grandiose et incessant. Ça pousse, et en hauteur. Beaucoup de monde au pied carré. Des milliers de personnes vont occuper ces tours d’habitations; À Brossard, autour du Quartier Dix30, ils vont recréer un » centre-ville » urbain, où les véhicules ne pourront circuler.

Ils devront se stationner dans des endroits prévus et se promener à pied.

Dans quelques années, à Boisbriand, plus de 5000 habitations vont émerger d’une immense terre agricole. Ils en parlent, mais sans savoir ce que ce sera pour le moment. Du moins, ils ne le disent pas. Le grand Montréal deviendra l’agglomération la plus populeuse, et de beaucoup, du Québec. C’est à peine embryonnaire, que déjà le réseau routier déborde 24 heures par jour. Imaginez demain !

On développe l’habitation sans développer les infrastructures routières adjacentes.

L’autoroute 30, entre l’autoroute 20 et la route 132 est une zone où il ne se donne plus de contraventions pour vitesse excessive, tant c’est devenu un stationnement à ciel ouvert. Les vendredis, dès midi, c’est le bordel et personne n’annonce un élargissement de cette route surutilisée. Non ! Nos élus vous proposent les transports collectifs en contrepartie.

Laissez votre bagnole surtaxée à la maison ! Ce n’est pas votre bazou qu’on veut… mais son fric !

C’est ce qu’ils demandent avec cette nouvelle taxe. Toujours sur la 30, ils ont du terrain pour en refaire une route à 4 voies dans chacune des directions avec des voies supplémentaires d’entrées et de sorties… trop simple.

Dans quelques courtes années ils vont la refaire à neuf pendant trois ans et vous devrez prendre des détours pour rentrer chez vous, à deux pas de l’autoroute. C’est la façon de penser de nos dirigeants.

Nous sommes à la veille de la fin des travaux du pont Samuel-de-Champlain, l’échangeur Turcot et le REM dans deux ans, après quoi, l’orgie du tunnel Louis-Hyppolite-Lafontaine s’amorcera pour trois autres années.

Vous n’êtes pas écœurés ? Les élus, inactifs, pensent que non !

Je me souviens qu’il y a quelques années, au moment de demander une plus grande disponibilité du transport en commun, on nous affirmait qu’ils ne pouvaient répondre à la demande parce qu’ils n’avaient pas les équipements et les chauffeurs pour combler ces services.

Ce ne sera pas mieux avec le nouveau REM et tous ses attributs. Cela en a toujours été ainsi et le restera. Nous sommes au Québec, ne l’oublions pas.

Ce sera une taxe de plus. À ce qui parait, nous sommes les plus taxés en Amérique. Mais ça, les maires s’en balancent éperdument ! Heureusement que seul, le maire de Boucherville, a voté contre.

Et si on décidait, collectivement, de déménager à Trois-Rivières ???