Ma fille, cette héroïne

Voici une autre belle histoire, rien que pour vous…

C’était le mardi 26 mai 2009. Je me souviens parfaitement de cette journée. Le ciel était bleu, le soleil brillait de mille feux et j’avais rendez-vous pour mon échographie de 20 semaines.

C’était ma première grossesse et j’étais fébrile de découvrir enfin si je portais un garçon ou une fille. Allongée sur la table, je serrais la main du papa pendant que la radiologiste prenait et reprenait les mesures.

– Votre bébé a une anomalie, a-t-elle fini par dire.

J’ai lâché la main de mon amoureux pour mettre les miennes sur mon ventre. Le médecin parlait de malformation au diaphragme, d’organes de l’abdomen qui migraient vers le thorax, de compression pulmonaire, mais ses mots étaient lointains, tel un écho.

Mon premier réflexe a été de tenter de comprendre pourquoi cela m’arrivait alors que j’avais fait tellement attention depuis le début de ma grossesse. « À cette étape, l’important est de bien comprendre la situation. Il ne faut pas tomber dans la recherche d’un ou d’une fautive et encore moins blâmer un des parents », dit la psychologue Nicole Jeanneau. Ce jour-là, la terre s’est ouverte sous nos pieds, mais l’équipe de la clinique GARE (grossesse à risque élevé) ne nous a pas laissés nous y engouffrer. Rapidement pris en charge, les tests et les rendez-vous se sont succédé. « Plus les parents sont bien informés sur les étapes à venir et comment les choses se passeront concrètement durant le séjour de leur bébé à l’hôpital, plus ils seront rassurés et se sentiront soutenus », ajoute Nicole Jeanneau.

Je gardais espoir, même si l’on nous avait expliqué que certains bébés souffrant d’une hernie diaphragmatique ne survivaient pas à la naissance. Ma fille était forte, je le sentais et, malgré mon immense inquiétude, je devais l’être aussi pour elle. On a déclenché mon accouchement à 40 semaines et tout s’est passé très rapidement, Je n’ai aperçu Éléonore que quelques secondes avant qu’elle parte avec l’équipe de spécialistes qui devaient l’intuber et stabiliser sa pression pulmonaire.

Je l’ai revue que quelques heures plus tard, sans pouvoir la toucher avant plusieurs jours. « Ne pas pouvoir prendre son bébé dans ses bras n’est que temporaire, mais c’est une attente supplémentaire. Le lien sera toujours aussi fort même s’il n’est pas possible aux parents d’avoir leur bébé immédiatement dans leurs bras », explique la psychologue.

L’hospitalisation, qui a duré 37 jours, a été ponctuée de hauts et de bas. Laisser son bébé âgé seulement d’un jour partir en salle d’opération et voir ce si petit être souffrir et se battre pour sa vie sont bien sûr des souvenirs difficiles à oublier. Mais ce que je retiens de cette épreuve, c’est la force de ma fille. À quelques jours à peine, la battante qu’elle était se laissait deviner. Aujourd’hui, du haut de ses dix ans, sa résilience et sa grande détermination demeurent ses plus grandes forces. Je ne saurais exprimer à quel point ce petit bout de femme m’inspire. Elle m’a fait grandir à travers toute cette histoire. Elle est une force de la nature et, comme dans la chanson de Pierre Flynn que je lui chantais à l’hôpital, elle est et restera toujours « Ma petite guerrière ».

Emmanuelle Ghersi est maman d’une fille de dix ans et d’un garçon de sept ans.

Source : Revue Coup de Pouce, juin 2020. Par Emmanuelle Ghersi. Illustration : Anne Villneuve/c.

Une réflexion sur “Ma fille, cette héroïne

  1. Carole rhéaume

    Il y a toujours une lumière au bout du tunnel. Il faut seulement ouvrir bien grand les yeux pour
    la voir. Longue vie à cette petite Eléonore.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s