On ne saurait mieux analyser une intervention policière

La police de Laval a procédé à une arrestation musclée récemment. Arrestation abondamment commentée partout sur les réseaux sociaux.

L’analyse de la situation que j’ai trouvé objective et juste, est celle de Joseph Facal, publiée dans le Journal de Montréal d’hier. Opinion que je seconde et que je veux partager avec vous.

ÊTRE FLIC EN 2020

Ce n’est pas mon cas, mais vous réagiriez comment si votre fils (ou votre fille) vous disait : je serai flic ?

Le salaire et le régime de retraite sont intéressants, mais…

La scène se passe à Laval et a fait la une de votre Journal favori, hier.

À la sortie d’un bar, les policiers interpellent un groupe de jeunes. L’un d’entre eux est menotté pour non-respect des conditions imposées par la loi pour rester libre, dont le respect du couvre-feu.

IMAGINEZ

Après vérification, ces conditions (car c’est un ange, voyez-vous) sont échues depuis la fin de juin.

Il est relâché. L’affaire est filmée par un de ses amis. La police dit à celui-là de reculer.

L’autre refuse et se fait immobiliser au sol. Il avait une arme blanche illégale, ce qui lui vaut une amende se 1000 $. Un autre ange, quoi.

Je n’étais pas là, vous non plus.

Le journaliste souhaite en parler puisque c’est d’intérêt public. Mais qui va commenter ?

On peut toujours compter sur une de ces militantes quasi professionnelles qui n’a pas besoin de connaître les faits pour pérorer.

La directrice de la Ligue des Noirs nouvelle génération dit : « Juste le fait qu’on tabasse quelqu’un, peu importe la couleur de la personne, je crois qu’il doit se passe quelque chose avec ces policiers ».

Elle n’était pas là, n’a rien vu, mais « il doit se passer quelque chose avec ces policiers ».

Un témoin anonyme parle de « violence » et de « profilage ».

Ce témoin est au goût du jour : il place des mots clés, « violence » et « profilage », mais il refuse de s’identifier. Un courageux…

Les images, elles, ne permettent pas de tirer des conclusions claires.

Bienvenue dans la réalité policière de 2020.

Vous avec quelques secondes, dans une situation à haut stress, pour décider si vous usez de force ou pas, si vous plaquez au sol ou pas.

Et vous êtes désormais filmé…

Y a-t-il une formation qui peut vous préparer à 100 % pour ce genre de situation ?

Tout cela dans un contexte où, pour beaucoup, le policier est présumé coupable, et où tous les interpellés deviennent des George Floyd en puissance.

Et une fois par année, lors de la journée pour dénoncer la « brutalité policière », les brutes fascistes déguisées en anarchistes lui lancent des pierres avant de piller quelques magasins chics.

VÉRITÉ

Je défends la police ? Oui, ce qui ne veut pas dire qu’elle ait toujours raison ou ne puisse faire mieux.

Imaginez être flic quand toute remarque qui vous déplaît devient une « microagression »…

Quand les faits sont ce que vous voulez qu’ils soient, et comptent moins que vos sentiments…

Quand votre uniforme fait de vous, pour certains, le bras armé du pouvoir « blanc et capitaliste ».

C’est lorsque la police n’intervient pas que la criminalité augmente, et ce sont les pauvres qui sont le plus souvent victimes de crimes. Voilà la vérité.

Jeune homme, tu songes à être flic ? Je dirais : y as-tu bien pensé ?

Une réflexion sur “On ne saurait mieux analyser une intervention policière

  1. Rollande vézina

    En effet, ce sera de plus en plus difficile pour les policiers d’intervenir auprès de groupes car les accusations de racisme et de profilage racial pleuvent facilement.

    J'aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s