L’Académie des Étoiles

Certains diront que le mot STAR est dans le dictionnaire français. Certes, mais ça demeure un anglicisme.

L’autre matin, pendant que je prenais ma marche matinale, à l’aube d’un automne ensoleillé, l’autobus officiel de « STAR ACADÉMIE » est passé devant moi. J’ai immédiatement eu cette réflexion : STAR, c’est anglais et ACADÉMIE c’est français, du moins dans cette typographie ? Alors pourquoi il en est ainsi au pays du Québec ? Une émission à très forte cote d’écoute. On a perdu une chance de se révéler, comme nation, de s’affirmer pleinement.

Pourquoi on ne francise pas nos émissions ? Pourquoi ne sommes-nous pas capables de donner un caractère français à ce qu’on développe ou ce qu’on importe ?

Personnellement, j’aurais très bien vu « L’ACADÉMIE DES ÉTOILES ». Ce titre nous aurait très bien défini comme société francophone. Il aurait démontré notre différence dans cette jungle anglophone que sont les Amériques.

Aux États-Unis, il y a une émission qui en est à sa 15e saison : « AMERICA’S GOT TALENT ». Ça vous dit quelque chose ?

Vous connaissez ?

Cette émission qu’on diffuse au Québec depuis longtemps, prend le nom de « DU TALENT À REVENDRE ». C’est pas beau ça ? Le même divertissement mais dans notre langue à nous.

Pourquoi c’est si difficile d’appliquer la même rigueur pour d’autres projets et réalisations dès qu’on veut en faire la diffusion au Québec.

Les gouvernements se tuent à affirmer que nous sommes une société distincte alors agissons de la sorte en faisant ressortir cette distinction. Les marques de commerces doivent se franciser dès qu’elles traversent nos frontières. C’est clair, c’est net, c’est français, comme dirait Séraphin.

Des exemples, il y en a plein. Est-ce qu’on veut devenir une société anglophone ? Si c’est le cas, c’est comme un feu de camp : ça évolue lentement pour devenir un brasier. C’est malheureusement ce qui nous arrive. Veut-on faire comme la France qui s’anglicise à la vitesse grand V. C’est pathétique.

Je ne peux pas croire qu’avec toute l’intelligence et l’ingéniosité de nos concepteurs, on puisse passer outre à notre différence comme peuple. C’est immensément triste !

Consommer le concombre pour ses bienfaits

Fruit de la famille des Cucurbitacées et originaire de l’Himalaya, le concombre est accessible à toutes les bourses, peu calorique, et facile à préparer sous ses différentes formes.

Sa richesse en eau et en fibres lui permet de stimuler le transit intestinal, ce qui en fait un allié de premier choix pour perdre du poids.

Le mieux est de le consommer cru et avec la pelure afin de profiter au maximum de ses multiples propriétés.

Le concombre, en un allié minceur essentiel

L’un des principaux bienfaits de ce légume réside dans sa faible teneur en calories. Parce qu’il est majoritairement composé d’eau, il ne compte qu’une dizaine de calories aux 100 grammes, ce qui en fait un allié de premier choix pour les personnes souhaitant limiter leur consommation de calories.

Une source importante de vitamines

Lorsqu’il est consommé à jeun et cru, le concombre possède des propriétés dépuratives, drainantes et diurétiques. Son importante teneur en fibres lui permet par ailleurs de mieux faire fonctionner le transit. Quant à ses vitamines, elles agissent en tant qu’anti-stress naturel.

Un garant de l’haleine fraîche

S’il ne remplace évidemment pas le brossage des dents, le concombre contribue toutefois à une bonne hygiène bucco-dentaire en éliminant les bactéries buccales responsables de la mauvaise haleine. Il faut pour cela poser une tranche de concombre sur le palais chaque jour pendant une minute.

Côté beauté

Autre façon de profiter des nombreux avantages du concombre pour la santé : l’appliquer sur la peau. Posé en tranches sur les yeux ou transformé en lotion, le concombre possède des propriétés astringentes, assainissantes, hydratantes et cicatrisantes. Il est idéal pour lutter contre les démangeaisons, les rougeurs et même les rides en le transformant en antirides naturel pour redonner à la peau tout son éclat.

Côté maison.

Frotté contre une vitre ou un miroir après une douche ou un bain, le concombre permet d’éliminer la buée dans la salle de bains.

Ses contre-indications :

Même si les vertus du concombre sont nombreuses, il existe un risque lié à la consommation de ce fruit : le syndrome d’allergie orale. Certaines personnes allergiques au pollen sont en effet sujettes à l’apparition de sensations de brûlures et de démangeaisons dans la bouche et la gorge après avoir consommé du concombre.

Bien choisir le concombre

Pour profiter des vertus du concombre, mieux vaut savoir le choisir correctement. Ses deux extrémités doivent être fermes, et sa pelure doit être verte et lisse pour assurer un maximum de fraîcheur. Plus votre concombre sera petit, plus ses saveurs seront concentrées.

Le saviez-vous ?

Pendant de nombreuses années, le concombre était utilisé pour ses vertus médicinales. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles on le retrouve fréquemment dans les cosmétiques.

Source : Pleine vie

Cancer du sein

UNE CRISE CARDIAQUE AUGMENTE LE RISQUE DE RÉCIDIVE

Une étude récente rapporte que les survivantes d’un cancer du sein qui subissent un infarctus du myocarde après leur traitement sont à plus haut risque de récidive et de décéder de leur cancer.

Le cancer et les maladies cardiovasculaires représentent à eux seuls plus de la moitié des décès qui surviennent au Canada chaque année (34 % pour le cancer et 18 % pour les maladies cardiovasculaires).

Ces deux maladies semblent à première vue très différentes l’une de l’autre : alors que le cancer est causé par la croissance incontrôlée des cellules, les maladies cardiovasculaires comme l’infarctus du myocarde et l’AVC sont plutôt dues à un blocage de la circulation sanguine vers le cœur et le cerveau

PROBLÈMES DE COAGULATION

Malgré ces différences, plusieurs observations cliniques montrent pourtant l’existence d’un lien étroit entre le cancer et les maladies cardiovasculaires.

Le mieux caractérisé est le très haut risque des patients cancéreux de développer des problèmes de coagulation, les thromboses veineuses (phlébites) en particulier.

Ces caillots peuvent également se former au niveau des artères qui irriguent le cœur et le cerveau, menant à une hausse importante du risque d’infarctus et d’AVC.

Ces désordres de la coagulation touchant tant les veines que les artères sont tellement fréquents que leur apparition, que ce soit sous forme de phlébites ou d’accidents cardiovasculaires, peut être un signe annonciateur de la présence d’un cancer non diagnostiqué.

INFARCTUS PROCANCÉREUX

Une étude récemment parue dans le prestigieux Nature Medicine suggère que l’inverse est aussi vrai, c’est-à-dire qu’un accident cardiovasculaire pourrait aussi accélérer le développement du cancer.

Les chercheurs ont observé chez des modèles génétiquement prédisposés
à développer un cancer du sein qu’un infarctus du myocarde (provoqué par l’occlusion d’une artère coronaire) était associé à une hausse marquée de la croissance des tumeurs mammaires.

Non seulement ces tumeurs contiennent des cellules cancéreuses qui prolifèrent plus rapidement, mais elles sont en plus infiltrées par une classe de globules blancs (les monocytes) qui possèdent une forte activité immunosuppressive.

Il semble qu’à la suite de l’infarctus, les précurseurs des monocytes présents au niveau de la moelle osseuse modifient l’expression de certains gènes pour devenir immunosuppresseurs et migrent par la suite vers les tumeurs où elles empêchent les lymphocytes T tueurs (CD8) d’éliminer les cellules cancéreuses.

Autrement dit, l’infarctus du myocarde reprogramme la réponse immunitaire
et crée un climat immunosuppresseur qui protège les cellules cancéreuses et favorise la croissance tumorale.

HAUSSE DES RÉCIDIVES

Une analyse rétrospective d’études réalisées auprès de femmes atteintes d’un cancer du sein suggère que ce lien entre infarctus du myocarde et cancer observé chez les modèles animaux existe aussi chez les patients cancéreux.

Les données recueillies dans deux cohortes différentes indiquent en effet qu’un accident cardiovasculaire était associé avec une hausse de 60 % du risque de récidive du cancer du sein et de 60 % du risque de mortalité associé à ce cancer. Pour éviter les récidives, les survivantes d’un cancer du sein doivent donc porter une attention particulière à leur santé cardiovasculaire et demeurer très attentives à tout symptôme typique d’une atteinte cardiaque.

Cette relation étroite entre le cancer et les maladies cardiovasculaires fait aussi en sorte qu’il est primordial d’adopter une approche préventive globale pour réduire simultanément le risque de ces deux maladies.

Ce qui est tout à fait possible, car malgré leurs différences, ces deux maladies ont en commun d’être toutes les deux étroitement liées au mode de vie : plusieurs études ont en effet montré que l’absence de tabagisme, le maintien d’un poids corporel normal, une activité physique régulière, et une alimentation principalement basée sur un apport élevé en végétaux peuvent diminuer considérablement le risque de développer un cancer et une maladie cardiovasculaire.

Adopter ces habitudes de vie permet donc de faire d’une pierre deux coups et d’augmenter considérablement les probabilités de vivre longtemps et en bonne santé.

Source : Richard Béliveau, pages Santé, JdeM 21 septembre 2020

Un chaos social appréhendé

Les élections présidentielles américaines de novembre n’augurent rien de bon. Trump sera-t-il défait ? Sera-t-il reporté au pouvoir ? Peu importe le résultat, les experts prédisent un prochain mandat tumultueux allant même jusqu’à provoquer un climat social destructeur.

Avec un fou comme Trump, les Américains ne sont pas sortis du bois. Qu’on le veuille ou non, les États-Unis sont nos voisins et on pourrait en ressentir les effets.

Je vous propose aujourd’hui l’excellent article de Normand Lester, dans le Journal de Montréal du 19 septembre dernier. Spécialiste de la politique américaine, il expose sa vision de l’élection présidentielle 2020. Selon lui, la suite sera sans précédent.

VERS UNE PRÉSIDENTIELLE DE TOUS LES DANGERS

Une période extrêmement sombre de l’histoire des États-Unis s’ouvre devant nous. Leur Constitution est bafouée et leur démocratie menacée par un président mentalement troublé dans sa quête de pouvoir absolu.

Les élections de novembre se dérouleront dans un environnement juridique et politique sans précédent. Quoi qu’il arrive, Quels en soient les résultats, Trump est déterminé à rester au pouvoir.

S’il perd, il avertit déjà qu’il va refuser de concéder sa défaite alléguant une fraude massive dans le vote par correspondance.

Les graves dysfonctionnements qui fissurent le système politique américain le rendent particulièrement vulnérable à un effondrement catastrophique en 2020. Les causes du chaos qui menace les États-Unis sont plus profondes que Trump. Il en est simplement le symptôme le plus flagrant et le plus immédiat.

L’écart est grandissant entre la ploutocratie blanche et les pauvres, où dominent les Noirs et les Hispaniques. Ces derniers n’ont aucune perspective de voir leur situation s’améliorer dans un avenir prévisible. Au contraire, elle va s’aggraver avec la dégradation du contexte économique engendré par la pandémie et l’incompétence de Trump à la gérer.

TURBULENCES

Les confrontations armées, entre la police et des Noirs, avec les bavures inévitables que cela va produire, ne peuvent que s’amplifier.

De graves désordres sociaux et politiques sont à craindre. Ces turbulences vont se poursuivre et peut-être même prendre de l’ampleur une fois les résultats du vote connus. La police aura peine à les contenir, ce qui ouvrira la voie aux milices d’extrême droite et aux partisans armés de Trump, qui menace déjà de faire appel à l’armée sous prétexte d’une insurrection appréhendée. Comme Trudeau en 1970.

VERS UNE DYNASTIE ?

Vraiment extraordinaire : on redoute aux États-Unis des troubles comme ceux qui se déroulent à l’heure actuelle en Biélorussie. Qui aurait cru ?

Une victoire de Biden, encore incertaine, sauvera, temporairement, la démocratie aux États-Unis. Elle ne fera pas disparaître les dysfonctionnements qui affligent la société et le système politique dans son ensemble.

Trump rêve d’être un nouveau Poutine, d’un amendement à la Constitution lui permettant de se présenter de nouveau en 2024. Et qui sait ? De lancer sa dynastie avec sa fille Ivanka.

Ce qu’il faut aux États-Unis, c’est une révision – hautement improbable – de leur Constitution, une refondation, une deuxième république. La France en est à sa cinquième.

Trump, trumpettes, trumperies, coronavirus, réchauffement planétaire : nous vivons une époque intéressante, dans le sens de l’antique malédiction chinoise.

Frapper avec des mouchoirs

C’est loufoque et surtout désolant d’entendre le gouvernement de la CAQ dans l’interminable dossier de la pandémie.

En écoutant la vice-premier ministre Geneviève Guilbault récemment, et en prenant pour acquis que les partys privés sont une des principales causes de l’éclosion du virus dans cette deuxième vague, elle propose un coup de mouchoir en guise de répression envers les contrevenants.

« Dans les maisons privées, affirme-t-elle on ne veut pas plus de 6 personnes, de deux adresses maximums, dans les zones orange sinon… » trois violents coups de mouchoirs des policiers, et la job est faite !

C’est de la bouillie pour les chats. Il faut un mandat pour pénétrer chez les gens.

Alors contournons le problème.

LE CONSTAT

Voilà une arme de « destruction massive », à utiliser partout et en autant qu’on s’en serve, sans faire semblant.

Le policier arrive devant un domicile où 8 voitures sont stationnées. Déjà, il y a anguille sous roche. Il regarde par les fenêtres et 15 personnes sont parfaitement visibles. Il prend une photo pour la preuve.

Mieux encore, la distanciation physique n’est pas respectée. Deux infractions !

L’agent rédige un constat, à l’extérieur, puis frappe à la porte pour le signifier au propriétaire des lieux. Le propriétaire ne répond pas ? il laisse le constat dans la boîte aux lettres sans oublier de prendre une photo de son geste, toujours pour la preuve. Il est mentionné sur le constat, que le contrevenant doit se présenter à la cour, pour la suite des procédures et plaider sa cause.

Sur le constat, il n’y a pas d’amende puisque ce sera au juge de l’imposer, selon une plage monétaire décidée par le gouvernement, mettons entre 400 $ et 6 000 $. Assez dissuasif merci et qui fait beaucoup plus mal qu’un coup de mouchoir.

Le beau dans tout ça, c’est que le policier n’a pas à entrer « illégalement » dans le domicile du contrevenant.

Ça c’est de la répression. Un coup direct au portefeuille des imbéciles qui ne comprennent toujours rien et qui se croient invincibles.

Mais, malheureusement, c’est trop simple…

Au volant, qu’est-ce qui est permis ?

Les cellulaires et GPS, peuvent être des éléments de distraction au volant. Qu’est-ce qu’on peut faire avec ces bidules en conduisant, sans enfreindre la Loi ? Éducaloi rend cette question plus claire…

DU GPS AU « HAUT-PARLEUR », QU’EST-CE QUI EST PERMIS ?

Chacun sait que le cellulaire au volant est interdit.

Mais que signifie « cellulaire au volant » ? Appels et messages textes, commande vocale, application GPS… alors que les pratiques évoluent, des jugements viennent progressivement préciser les usages permis ou non. On fait le point.

TOUCHER, MAIS COMMENT ?

Si vous voulez consulter un écran ou manipuler votre cellulaire alors que vous êtes au volant, vous devez respecter certaines conditions :

– Votre téléphone doit être installé sur un support fixé à l’auto.

– L’écran ne doit pas vous empêcher de conduire ou de voir la route.

– Le téléphone doit afficher uniquement les informations pertinentes à la conduite.

– Vous devez pouvoir le consulter et le faire fonctionner sans que ça gêne votre conduite.

Programmer le GPS de votre téléphone est-il considéré comme un usage qui respecte ces exigences ? Pour le moment, un jugement conclut que c’est permis alors qu’un autre conclut que ce ne l’est pas.

Cet été, un jugement a conclu que le geste de brancher son cellulaire pour le recharger n’est pas permis, même si le téléphone est éteint !

Dans le doute, mieux vaut être complètement stationné pour effectuer ces manœuvres.

ET LE « HAUT-PARLEUR » ?

Au volant, les dispositifs mains libres sont autorisés.

Pour que la fonction « haut-parleur » de votre téléphone soit considérée comme un dispositif mains libres, vous devez pouvoir faire fonctionner votre téléphone cellulaire par une commande vocale ou une commande manuelle simple que vous pouvez actionner sans distraire votre conduite.

Dans ce cas, votre téléphone n’a pas besoin d’être installé sur un support fixé à l’auto. Par exemple, votre passager peut tenir le téléphone pendant que vous avez une conversation téléphonique.

Notez que ces règles ne s’appliquent pas si vous devez passer un appel aux services d’urgence.

Source : JdeM 18 septembre 2020, P28.

Incroyable ! Les jeunes riches demandent à être taxés davantage

Depuis le temps qu’on en parle, Claire Trottier, une riche montréalaise, fait partie du groupe Ressources en Mouvement, explique son point de vue à Brigitte Bureau, journaliste d’enquête nationale à Ottawa pour Radio-Canada.

Madame Trottier est de ceux qui réclament de payer plus d’impôts sur leurs richesses. Un article plus qu’intéressant et que je veux partager avec vous.

LES RICHES DOIVENT PAYER PLUS D’IMPÔTS

Ce n’est pas d’aujourd’hui qu’on entend une telle proposition. Mais ce qui surprend, c’est que cette fois ce sont de jeunes riches eux-mêmes qui le réclament.

« Qu’on me prive d’une part de mon héritage, il n’y a personne qui va verser une larme pour moi. Moi, je ne verserai pas de larmes pour mes pairs qui sont dans la même situation que moi », a déclaré la Montréalaise Claire Trottier en entrevue à Radio-Canada.

Elle compte parmi les quelque 200 milléniaux fortunés qui font partie du groupe Ressources en mouvement (en anglais : Resource Movement) qui compte des sections locales à Montréal et à Toronto et deux en chantier à Ottawa et à Vancouver.

Ma vie ne changera aucunement avec des impôts sur la richesse. Alors pourquoi pas ?
Claire Trottier

TAXEZ MON HÉRITAGE. TAXEZ MA FORTUNE

Claire Trottier vient d’une famille riche.

Son père, Lorne Trottier, est devenu millionnaire après avoir cofondé Matrox, une société de haute technologie. Il était classé au 38e rang des Canadiens les plus riches à la fin des années 90, quand elle était au secondaire. Je savais que j’étais très, très chanceuse, explique Claire Trottier en parlant de l’école privée qu’elle a fréquentée et des voyages qu’elle a faits.

Je n’ai jamais eu besoin de m’inquiéter. Si j’avais de la misère à payer mon loyer, par exemple, j’avais toujours un coussin de sécurité pour m’aider. Ça m’a permis de faire des choix de vie qui sont difficiles pour d’autres personnes, raconte celle qui est aujourd’hui professeure à l’Université McGill au Département de microbiologie et d’immunologie.

Des jeunes tiennent des pancartes sur lesquelles sont écrits en anglais divers slogans réclamant une plus grande taxation des riches.

En février 2020, Ressources en Mouvement a lancé une campagne pour inciter le gouvernement fédéral à hausser les impôts des mieux nantis.
Photo : Twitter

Les membres de Ressources en mouvement, âgés de 18 à 40 ans, se sont donné comme mandat de réduire les inégalités entre les mieux nantis – comme eux – et le reste de la population.

Le groupe a été fondé en 2015. Mais c’est en prévision du budget fédéral de mars 2020 – annulé en raison de la pandémie – que Ressources en mouvement a préparé une campagne qui cible le système fiscal.

Ces milléniaux revendiquent la création de deux nouveaux impôts qui viseraient directement leur propre compte en banque et celui de leurs parents :

– Un impôt sur la fortune – soit l’ensemble des actifs financiers et des biens – des 10 % des Canadiens les plus riches, et

– Un impôt sur les 10 % des successions les plus élevées

La pandémie a rendu ces mesures plus nécessaires que jamais, estime le groupe.

« En tant que personnes issues de la richesse, nous savons qu’il y a une tonne de richesse dans ce pays à laquelle le gouvernement n’a pas accès en ce moment. Comme société, nous en avons besoin et nous pouvons l’utiliser de manière plus productive », soutient Daniel Hoyer, un membre de Ressources en mouvement dont le père était chef et propriétaire d’un restaurant à Toronto et la mère, comptable.

Ressources en mouvement estime qu’à lui seul l’impôt sur la fortune générerait 9 milliards de dollars par année et aiderait à financer, par exemple, des logements abordables et l’accès pour tous aux médicaments et aux soins dentaires.

À ceux qui seraient tentés de dire que les riches n’ont pas besoin d’attendre la permission du gouvernement pour signer des chèques, Claire Trottier répond que la philanthropie ne suffit pas.

Sa famille a créé, en 2000, une fondation de bienfaisance qui verse des dons tous les ans. La Fondation familiale Trottier a donné, par exemple, près de 10 millions de dollars pour des projets en environnement, en santé et en éducation en 2018, l’année la plus récente pour laquelle des chiffres sont disponibles.

« On est une famille qui fait le choix actif de donner de notre richesse à la société. Il y a plusieurs familles comme la nôtre qui ne font pas ce choix », note-t-elle.

La taxation sur la richesse, c’est une façon de s’assurer que tout le monde fait sa juste part.
Claire Trottier

Ressources en mouvement n’est pas le seul groupe à tenir un tel discours. C’est le cas également des Millionnaires pour l’humanité, un regroupement international dont Claire Trottier fait aussi partie.

POUR FAIRE PAYER DAVANTAGE LES RICHES

Ça paraît bien de dire : « On va taxer les riches ». Mais est-ce que c’est vraiment la manière la plus efficace? Patrick Leblond, professeur à l’École supérieure d’affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa, doute qu’un impôt sur la fortune génère les sommes espérées.

« Ça veut dire qu’il va falloir embaucher des gens au gouvernement pour essayer de mesurer tout ça, pour courir un peu partout à travers la planète, parce que, bien sûr, plus les gens sont riches, plus ils vont avoir la capacité de camoufler ou de cacher leurs avoirs. »

Selon lui, d’autres mesures seraient plus facilement applicables, comme celles de traiter tous les revenus de la même façon, à commencer par les gains en capital.

Présentement, si une personne vend des actions ou des propriétés, par exemple, la moitié seulement du profit – ce qu’on appelle un gain en capital – est imposable. En revanche, le salaire d’une personne, lui, est entièrement imposable.

Selon M. Leblond, le fait de taxer moins les gains en capital que les salaires, « c’est un avantage fiscal pour les gens plus riches ».

Pour Daniel Hoyer, de Ressources en mouvement, un impôt sur la fortune, c’est justement le moyen de récupérer l’argent qui échappe au fisc, en imposant l’ensemble de la richesse des mieux nantis, qu’il s’agisse de gains en capital, de propriétés ou autres.

CHRYSTIA FREELAND DÉNONCE LES INÉGALITÉS

Si les experts ne s’entendent pas sur les mesures à adopter, plusieurs reconnaissent qu’il y a un problème. C’est le cas de la nouvelle ministre fédérale des Finances.

En 2012, juste avant de se lancer en politique, Chrystia Freeland a publié Plutocrats, un livre fouillé sur les inégalités entre les super riches et le reste de la population.

La ministre Freeland n’a pas voulu se prononcer sur la création d’impôts sur la fortune et sur les successions des plus riches. Dans un courriel en réponse à nos questions, son bureau a rappelé que le gouvernement Trudeau a augmenté l’impôt sur le revenu des Canadiens les plus riches, diminué celui de la classe moyenne et créé l’Allocation canadienne pour enfants.

Pour Claire Trottier, de Ressources en mouvement, le prochain discours du Trône, prévu pour le 23 septembre 2020, est l’occasion pour le gouvernement Trudeau d’aller beaucoup plus loin. « Je pense que c’est devenu apparent pour plus de gens pendant la pandémie à quel point les inégalités sont présentes dans notre société », affirme-t-elle.

« Puis on se rend compte aussi des gens qui font le travail essentiel. On a des listes maintenant. C’est très clair, les gens qui font le travail essentiel », souligne Mme Trottier en référence à de nombreux travailleurs qui fournissent des services de première ligne souvent pour de maigres salaires.

LES DEUX IMPÔTS PROPOSÉS PAR RESSOURCES EN MOUVEMENT

– Impôt progressif sur la fortune des 10 % des Canadiens les plus riches. Un taux de 1 % qui augmenterait par palier jusqu’à 10 % pour chaque dollar de fortune au-dessus de 20 millions de dollars. Les résidences principales ne seraient pas touchées.

– Impôt progressif sur les successions les 10 % plus élevées. Un taux maximal de 55 % pour les successions au-dessus de 7,5 millions de dollars. Selon Ressources en mouvement, cet impôt générerait plus de revenus que la méthode actuelle de taxer les successions.

Statistiques effarantes sur le pays de l’Oncle Sam

Normand Lester, journaliste et spécialiste de la politique américaine, vient de publier un livre « Stupides et dangereux – Les États-Unis à l’ère de Trump » qui révèle des données intéressantes sur cette puissance mondiale qui perd de plus en plus de plumes.

Quand on affirme que c’est sûrement mieux chez le voisin, ce n’est pas toujours la vérité. En voilà quelques-unes :

– George Washington a été complice dans l’assassinat d’un Québécois de Verchères envoyé en ambassade auprès de lui.

– La moitié des délégués à la Convention constitutionnelle, qui proclame que « tous les hommes sont égaux », étaient propriétaires d’esclaves, dont Washington lui-même.

– Les États-Unis ont vendu à Saddam Hussein les précurseurs chimiques et les souches biologiques pour des armes utilisées contre les Iraniens et les Kurdes.

– Joan Quigley, l’astrologue de la Maison-Blanche devait déterminer quand Ronald Reagan allait prononcer des discours, faire des conférences de presse et voyager à l’étranger.

– Plus de citoyens aux États-Unis, 43 millions, souffrent de troubles mentaux que dans tous les autres pays du monde, et ce chiffre ne cesse d’augmenter.

– 80 % des opioïdes consommés dans le monde le sont aux États-Unis, qui ne représentent que 5 % de la population de la planète.

– Les Américains possèdent individuellement plus de 383 millions d’armes à feu. C’est 67 millions de plus que la population totale du pays.

– Symptôme de l’épidémie de désespoir qui frappe l’Amérique blanche, 82% des personnes décédées de surdoses d’opioïdes en 2015 sont blanches.

– Les États-Unis se classent au 26e rang en termes d’espérance de vie sur les 34 pays de l’OCDE.

– Le taux d’incarcération aux États-Unis est 5 à 10 fois plus élevé que dans les autres démocraties. Plus élevé même qu’en Chine et en Russie.

– Les États-Unis se comparent à l’Arabie saoudite quant au mariage des enfants. Des parents forcent des fillettes de 10,11 et 12 ans à se marier.

– 273 milices d’extrême droite comptant quelque 100 000 membres s’entraînent dans plus de 40 États américains. Aucun autre pays ne tolère de telles organisations paramilitaires privées.

La gentillesse

BILLET DEBOUT

La vidéo animée qui suit date de 2019 et a gagné un oscar. Un chef d’œuvre qui parle de lui-même… Je m’excuse qu’elle soit en anglais, mais exceptionnellement, vous comprendrez.

« La vraie gentillesse est quand vous êtes prêts à renoncer à quelque chose dont vous avez besoin vous-même. »

CLIQUEZ CE LIEN

Ne pas perdre au change

Vous est -il arrivé de vouloir changer votre voiture alors qu’elle n’est pas totalement remboursée ? C’est une pratique assez répandue. Et qui paie l’arnaque illégale dans cette transaction… ? le consommateur bien évidemment, et par un tour de passe-passe assez étonnant, quand on y regarde de plus près.

Dans son numéro d’octobre 2020, la revue Protégez-vous, sous la plume de Marie-Ève Shaffer, a décortiqué cette transaction qui se fait subtilement et surtout illégalement, dans l’euphorie d’acheter la voiture convoitée. Un dossier intéressant que je veux partager avec vous.

DÉGONFLER LA « BALLOUNE »

Vous n’avez pas fini de payer votre voiture, mais le concessionnaire vous convie à une vente privée pour l’échanger contre une plus récente. Une bonne idée ?

Dès que vous mettez les pieds dans la salle d’exposition, le concessionnaire vous sort le grand jeu : « Ça ne vous coûtera rien de plus ! », vous assure-t-il. À ce compte-là, vous vous permettez de lorgner le modèle dernier cri. L’ambiance festive de l’événement vous pousse à accepter l’offre.

Dans les faits, vous partirez de l’endroit plus endetté qu’avant votre visite,

DES PRIX GONFLÉS

C’est que votre prêt-auto comprend désormais ce qu’on appelle, en langage courant, une « balloune ». Celle-ci représente la différence entre le solde du prêt-auto et la valeur résiduelle de l’ancien véhicule. Par exemple, s’il vous reste 12 000 $ à payer pour une voiture évaluée à 7 000 $, la « balloune » s’élève à 5 000 $.

Ce capital négatif s’ajoute au prix de votre nouvelle voiture et à la valeur d’échange de l’ancien véhicule. En clair : sur le contrat, la nouvelle auto annoncée à 30 000 $ coûte maintenant 35 000 $ (plus de 40 000 $ avec les taxes). La valeur d’échange de votre véhicule actuel passe quant à elle de 7 000 $ à 12 000 $. « Le concessionnaire veut ainsi donner l’impression qu’il a effacé votre dette antérieure », explique le directeur de l’Association pour la protection des automobilistes (APA), George Iny.

Votre prêt finance désormais l’acquisition de deux véhicules pour lesquels il reste 28 000 $ (40 000 $ moins 12 000 $) à rembourser. Votre endettement a plus que doublé en l’espace d’une soirée, alors que le véhicule que vous possédiez déjà convenait probablement encore.

« Vos paiements mensuels demeurent les mêmes, mais au lieu d’être échelonnés sur 24 mois, ils le sont sur 48 mois, et même plus », dénonce Paul Cérat, chargé de communication à l’Union des consommateurs.

Or, la Loi sur la protection des consommateurs (LPC) interdit de financer une dette dans un prêt-auto et stipule qu’un marchand ne peut pas demander un prix supérieur à celui qui a été initialement annoncé.

Une demande de recours collectif a d’ailleurs été déposé au mois de mars contre FCA Canada (Chrysler Canada) et Kia Canada, sans oublier la Banque Scotia et la Banque de Montréal, qui auraient ainsi contrevenu à la LPC.

UNE APPROCHE DE PLUS EN PLUS RÉPANDUE

La firme américaine J.D. Power, qui collecte les données sur le comportement des consommateurs, a constaté que de 2010 à 2015, le nombre de Canadiens ayant échangé un véhicule en reportant un capital négatif – lequel se chiffre en moyenne à 6 700 $ – a bondi de 50 %. Près du tiers des prêts-autos absorbaient ainsi une dette

Entre avril 2018 et mars 2020, l’Office de la protection du consommateur (OPC) a pour sa part remis 25 avis d’infraction et engagé cinq poursuites pénales contre des concessionnaires ou des marchands de véhicules usagés qui avaient inclus un capital négatif dans un prêt-auto ou avaient majoré des prix de vente. Il a aussi transmis 148 avis pour rappeler à l’ordre des commerçants qui ne respectaient pas la loi pour ces mêmes raisons, bref parce qu’ils tentaient de jeter de la poudre aux yeux des consommateurs.

Les trucs de madame chasse-taches

Des petits trucs pour nous simplifier la vie. Tirés du cahier CASA du Journal de Montréal, voici ses trouvailles « expérimentées » bien sûr, de madame chasse-taches.

PETITS ENNUIS… GRANDES SOLUTIONS

En cas de pépins, on aurait tendance à se décourager et à tout jeter à la poubelle. Mon expérience prouve qu’il est possible de récupérer les vêtements tachés et que vous trouverez une solution au problème… avec un peu de patience et la bonne astuce.

LA SOLUTION… LE FRIGO

Vous ne vous battrez plus avec votre rouleau de pellicule plastique si vous le rangez en permanence au frigo. Le froid empêche la pellicule de coller au rouleau.

Les bougies dureront plus longtemps si vous les mettez quelques heures au congélateur avant de les allumer pour la première fois.

Il est très désagréable de retrouver les guimauves miniatures formant un bloc durci. Conservez-les dans leur emballage au congélateur. Vous pourrez les manipuler facilement.

ENCORE UNE TACHE !

Du spaghetti sur du blanc, c’est l’enfer. Frottez les taches avec du savon pour lave-vaisselle dilué dans un peu d’eau et glissez le vêtement dans votre lessive habituelle.

Une tache de curcuma est toujours difficile à déloger tant sur les vêtements que sur les comptoirs. Brossez la tache avec du Pine-Sol original et vous constaterez que la tache jaune s’atténuera rapidement.

Si vous avez fait une marque avec votre crayon fluo sur votre t-shirt, il y a encore de l’espoir ! Laissez tremper le tissu taché dans un peu de lait, puis brossez la tache, qui disparaîtra complètement au prochain lavage.

Un bon massage, ça peut détendre. Par contre, le drap taché par une huile à massage ou une huile essentielle doit être lavé et rincé à l’eau chaude. Traitez les taches avec un peu de savon gras à peine humide, comme le savon de Marseille, le savon de pays ou un savon à la glycérine. Frottez les taches et attendez une trentaine de minutes avant de procéder à la lessive. Certaines huiles laissent des odeurs persistantes. Pour les éliminer, ajoutez ½ tasse de vinaigre blanc au moment du rinçage.

VÊTEMENTS GRISÂTRES

Une eau trop dure peut créer ce problème et faire grisonner le blanc. Pour adoucir l’eau, utilisez plus de détergent ou ajoutez 125 ml (1/2 tasse) de bicarbonate de soude ou de borax au détergent.

Pour récupérer ces vêtements blancs qui ont perdu leur éclat, ajoutez deux sachets ou 2 c. à thé de levure chimique ou poudre à lever (eh oui ! la même que vous utilisez pour faire un gâteau) à votre détersif ou versez-là directement dans la machine à laver. La levure a le pouvoir d’activer le détersif utilisé pour la lessive.

Pour enlever le jaunissement des lignes de pliure des tissus rangée depuis quelques mois, faites tremper le tout dans du lait chaud. Un séchage au soleil donne un meilleur résultat.

DES RATÉS EN CUISINE

Il n’est pas toujours facile de farcir un pain pita sans le déchirer. Pour l’ouvrir sans le briser, faites-le chauffer quelques secondes au four à micro-ondes avant de le couper.

Votre tarte aux pacanes est moche ? Vous pourrez la récupérer en la cassant en petits morceaux que vous déposerez dans une coupe. Garnissez le tout de crème fouettée et vous obtenez un dessert servi en verrine.

Pour corriger une soupe trop salée, versez-y un filet de crème. Vous pouvez aussi ajouter une pomme de terre crue, qui absorbera le sel; retirez-la au moment de servir.

Un ajout d’une petite quantité de crème fraîche rattrape aussi une sauce trop piquante ou épicée.

LA BONNE MÉTHODE

Pour conserver la belle couleur rouge des tomates lors de la cuisson, évitez de les cuire dans une casserole en cuivre.

Pour empêcher un couteau de coller lorsque vous coupez une tarte aux fruits, passez-le tout simplement dans un peu de farine ou enduisez-le de beurre avant de tailler les pointes. Et pour obtenir cinq portions égales, tracez la lettre Y au centre, puis coupez deux pointes sur le côté du Y.

Pour dégraisser une soupe, recouvrez le liquide avec un morceau de papier ciré. Déposez la casserole de soupe au réfrigérateur. Lorsque la soupe sera refroidie, le gras qui aura collé au papier pourra être retiré en un clin d’œil.

DES APPAREILS BIEN NETTOYÉS

Vous nettoierez facilement un Thermomix, cet appareil révolutionnaire qui remplace plus de 12 appareils dans la cuisine avec une eau savonneuse, incluant l’intérieur, et le panier à cuisson. Pour éliminer une odeur persistante, déposez la moitié d’un citron dans l’appareil, mixez, ajoutez deux tasses d’eau chaude et actionnez la chaleur pour quelques minutes. Les couteaux, le fouet, le panier à cuisson se nettoient dans le lave-vaisselle ou à la main avec une éponge douce, sans abrasif. Asséchez bien l’appareil et ses pièces afin qu’aucune humidité ne puisse pénétrer dans le Thermomix.

Ne déposez pas un wok au lave-vaisselle. Passez-le sous l’eau chaude. Au besoin, ajoutez quelques gouttes de savon à vaisselle liquide. Pour protéger le recouvrement intérieur du wok : utilisez une spatule en plastique ou en bois pour retourner les ingrédients en cours de cuisson. Évitez tous les ustensiles métalliques.

Louise Robitaille

Samedi, de rigoler…

Un cow-boy des temps modernes a passé de nombreux jours à traverser les prairies de la Saskatchewan sans une goutte d’eau. Son cheval est déjà mort de soif. Il rampe sur le sol poussiéreux, certain d’être arrivé à son dernier souffle, quand tout à coup il aperçoit un objet qui dépasse du sol plusieurs mètres devant lui. Il rampe jusqu’à l’objet, le sort du sol et découvre ce qui semble être une vieille mallette. Il l’ouvre et un génie apparaît.

Mais ce n’est pas un génie ordinaire. Elle porte un insigne d’identité de Revenu Canada et une robe grise terne. Elle a une calculatrice dans son portefeuille et un crayon accroché derrière l’oreille.

– Eh bien, cow-boy, dit le génie… Tu sais comment je travaille… Tu as trois souhaits.

– Je n’ai pas l’intention de me faire avoir, dit le cow-boy… Je ne vais pas faire confiance à un génie de Revenu Canada.

– Qu’as-tu à perdre ? Tu n’as aucun moyen de transport et on dirait que tu es fini de toute façon !

Le cow-boy y réfléchit une minute et décide que le génie a raison.

– OK ! j’aimerais être au bord d’une source luxuriante avec beaucoup de nourriture et plein de boissons.

POOF ! Le cow-boy se retrouve à côté de la plus belle source d’eau qu’il ait jamais vu et il est entouré de cruches de vin et de plateaux de délices.

– OK, cow-boy, quel est ton deuxième souhait ?

– Mon deuxième souhait est que je sois riche au-delà de mes rêves les plus fous.

POOF ! Le cow-boy se retrouve entouré de coffres au trésor remplis de pièces d’or rares et de pierres précieuses.

– OK, cow-boy, vous n’avez plus qu’un souhait. Mieux vaut en faire un bon !

Après y avoir réfléchi pendant quelques minutes, le cow-boy dit :

– Je souhaite que n’importe où j’irai, les belles femmes me voudront et auront besoin de moi.

POOF ! Il a été transformé en tampon.

Morale de l’histoire: Si jamais le gouvernement canadien propose de vous aider, méfiez-vous de ce que l’on attend de vous en retour.

———————————————————————-

Une dame est à la fenêtre de sa maison et voit se garer devant chez elle un camion de la ville.

Un premier gars en descend, il prend une pelle et creuse un trou, puis va deux mètres plus loin et creuse un deuxième trou et va deux mètres plus loin creuse un troisième trou… et ainsi de suite.

Un deuxième gars sort alors du camion, prend une pelle et rebouche le premier trou et ensuite tous les trous que son collège continue à creuser.

Intriguée, la vielle dame qui regarde toujours par la fenêtre, va les voir et les interroge sur leur travail.

– Voulez-vous bien me dire en quoi consiste votre travail !

Et le premier gars lui répond :

– Je sais que ça peut paraître bizarre. D’habitude nous sommes trois dans l’équipe mais aujourd’hui le gars qui plante les arbres est en retard.

———————————————————————-

Un médecin israélien dit :

– En Israël, la médecine est si avancée que nous pouvons couper les testicules d’un homme, les mettre sur un autre homme et 6 semaines plus tard, il se cherche du travail.

Le médecin allemand dit :

– Ce n’est rien, en Allemagne on prend une partie du cerveau, on le met dans un autre homme, et 4 semaines plus tard, il se cherche du travail.

Le médecin russe dit :

– Messieurs, nous prenons un demi-cœur à un homme, le mettons dans la poitrine d’un autre et 2 semaines plus tard, il se cherche du travail.

Le médecin américain rit :

– Vous êtes tous loin derrière nous. Il y a trois ans, nous avons pris un homme sans cervelle, sans cœur et sans couilles et l’avons nommé président. Maintenant, tout le pays se cherche du travail !

———————————————————————–

En raison d’une panne d’électricité, des ambulanciers ont répondu à l’appel d’une maman en train d’accoucher. La maison était très sombre, donc l’ambulancier demanda à Catherine, une petite fille de 3 ans, de tenir une lampe de poche au-dessus de sa maman, pour mieux voir et aider à délivrer le bébé.

Avec une grande attention, Catherine a fait comme il lui avait été demandé. La maman poussait et poussait et, après un peu de temps, le petit Malo est né. L’ambulancier a soulevé le bébé naissant par les petits pieds et lui a tapé les fesses. Malo se mit à pleurer.

Les ambulanciers remercièrent la petite Catherine pour son aide et lui demandèrent ce qui l’avait surprise sur ce qu’elle venait de voir. Les yeux écarquillés, la petite Catherine âgée de 3 ans a réagi rapidement :

– Il a bien mérité sa claque sur les fesses ! Il n’aurait jamais dû entrer là-dedans.

————————————————————————

Comment faire l’amour à une femme, assez pour la faire hurler.

Un Italien raconte à ses amis :

– Hier soir, j’ai massé ma femme avec de l’huile aromatique. Puis on a fait l’amour tellement intensément qu’elle a hurlé pendant cinq minutes !

Le Français qui entend ça répond :

– Oui, pas mal ! De mon côté, hier soir, j’ai massé ma femme avec du beurre aromatique. Après, on a fait l’amour tellement fort qu’elle a hurlé pendant 15 minutes !

Le Québécois ajoute :

– C’est d’la p’tite bière ça les amis. Moi, je l’ai massée avec du chocolat. Ensuite on a fait l’amour et elle a hurlé pendant 3 heures !

Les deux autres, curieux :

– Comment t’as fait pour qu’elle hurle pendant trois heures ?

– Je me suis essuyé les mains avec les rideaux !

————————————————————————–

Un homme se fait intercepter par un garde-pêche. Son bac à est rempli à pleine capacité. Le garde de pêche demande :

– Avez-vous un permis pour tous ces poissons ?

– Non monsieur, ce sont mes poissons domestiques.

– Vos poissons domestiques ?

– Oui, parfaitement. Chaque soir, j’amène mes poissons ici sur le lac, je les laisse nager un bout de temps librement dans le lac, et lorsque je siffle, ils reviennent tous et sautent dans le bateau. Je les ramène alors à la maison !

– Mais c’est ridicule cette histoire, c’est du mensonge pur et simple !

– Non, pas du tout, je vais vous montrer, ça fonctionne vraiment !

– Ok, je dois voir ça…

L’homme prend alors son bac à poissons, le vide à l’eau, et attend debout. Après quelques minutes, le garde-pêche demande :

– Alors ?

– Alors quoi ?

– Quand allez-vous les faire revenir ?

– Faire revenir qui ?

– Ben, les poissons !

– Quels poissons ?