Salmigondis

SalmigondisLes politiciens ; Loin d’être convaincants
Le dernier en lice c’est Carlos Leitao qui, curieusement, a vu ses responsabilités remplacées par d’autres au sein du Conseil des ministres. Dans leur boule de cristal, ils justifient leurs politiques par des promesses qui ne tiennent jamais la route. Ce spécialiste de la poudre aux yeux promettait une forte hausse des exportations au Québec, provoquée par la baisse du dollar canadien.

Ce dernier continu sa baisse fulgurante et contrairement à leurs prévisions, les exportations du troisième trimestre de 2015 n’ont même pas augmenté de 1%. Et durant ce troisième trimestre, le dollar canadien se situait autour de 75-80 cents. Une autre preuve qu’il faut prendre avec un grain de sel, les pronostics « encourageants » de nos politiciens. Ils finissent toujours par se mettre un doigt dans l’œil… après qu’on ait payé la facture évidemment.

Sears ; La fin approche
Bientôt, les magasins Sears feront partie des souvenirs. C’est une mort lente annoncée comme bien d’autres avant. Jadis un fidèle client de cette bannière pour son service à la clientèle et principalement de sa livraison toujours excellente, je dois avouer que ce fleuron a bien pâli. C’était rassurant de voir le camion de la compagnie affichant le logo SEARS, évocateur d’une grande entreprise, sur ses flancs.

Depuis plusieurs années, ce sont des contractuels qui s’occupent de ce service, au volant de camions anonymes. Elle a perdu beaucoup de lustre au fil des ans et ses magasins sont de moins en moins garnis. Ici, en Floride, c’est le même constat. Sa lente agonie semble irréversible.

Walmart emboîte le pas
La fin des sacs gratuits chez Walmart sera chose du passé dans quelques mois. Ils emboîtent ainsi le pas aux autres concurrents en alimentation et demandant 5 cents par sac, pour prendre le virement environnemental. Par contre, ils vendront des sacs réutilisables 25 cents l’unité… une aubaine mais pour éviter la prolifération de bactéries, il faut les laver et les désinfecter après chaque usage.

Au fait, est-ce qu’il existe des chiffres qui montrent les sommes versées pour l’environnement par les commerçants ? Il me semble qu’on ne le publicise pas trop. J’ai de sérieux doutes là-dessus et je me demande bien comment on gère ces cinq sous. Il me semble aussi que bien d’autres choses polluent beaucoup plus que ces sacs et nos gouvernements ne sont pas trop pressés d’intervenir.

Des champions devenus des jambons
Je veux parler bien sûr de nos Glorieux. Comment une équipe qui avait le vent dans les voiles en début de saison, peut s’écrouler de la sorte en seulement deux mois. Beaucoup de théories sont avancées par les experts mais à force d’en parler, leur analyse finit toujours par – J’sais pu quoi penser ! Et Price qui ne reviendra peut-être pas au jeu cette saison…

Les fantômes du Forum nous ont lâchés. Il ne faut pas chercher plus loin et tenter une transaction importante avant la date limite. 23 ans sans Coupe Stanley, c’est inconcevable dans un marché comme Montréal et il ne faut pas attendre 10 autres années avant de mettre la main sur la 25e coupe. L’absence prolongée de Carey Price a changé la donne et dévoilé au grand jour la surévaluation du club. L’heure est au remède de cheval.

Le déluge
Notre camping en Floride ressemble à un immense lac. Du jamais vu ! Nous en sommes à notre cinquième ondée majeure depuis la mi-octobre et la tête d’El-Niño est sérieusement mise à prix. Les roues des camionnettes creusent d’importants sillons sur les terrains et certaines doivent être désembourbées. Une grosse statistique évidente ; en date du 27 janvier, il était tombé près de 30 centimètres d’eau, depuis le premier janvier. C’est énorme.

J’espère que le soleil va faire son apparition pour de bon et assèchera les terrains sinon, lorsque les snowbirds quitteront au printemps avec leurs mastodontes de plusieurs tonnes, ce sont des emplacements labourés qu’ils laisseront en souvenir. Pas tellement joli comme décor, vous en conviendrez.

Le monde des papillons

ButterflyVous aimez les papillons ? Le plus grand parc mondial de papillons est ici, en Floride, à Coconut Creek, seize kilomètres au nord de Fort Lauderdale, sur la côte est de l’état. Il se nomme Butterfly World.

Déjà 28 ans que cette attraction a ouvert ses portes et son succès ne s’estompe pas et pour cause ; Un spectacle pour les yeux et une vraie mission pédagogique, tels sont les crédos de ce royaume planétaire des papillons.

Cette serre gigantesque rassemble des centaines d’espèces de tous les continents. Mais elle réunit aussi, une diversité incroyable d’oiseaux et une flore extraordinaire, toutes deux nécessaires au bon développement des jeunes papillons. Vous êtes-vous déjà demandé quelle est la durée de vie d’un papillon ? Certains vivent trois jours, d’autres trois mois mais en général, sa longévité s’étend d’une seule semaine à 10 jours. C’est ce que vous y apprendrez entre autre.

D’abord, le spectacle captivant des chenilles élevées et étudiées par les experts horticulteurs dans le laboratoire, ensuite la visite magique de la Tropical Rain Forest peuplée d’un ciel de papillons colorés… deux étapes incontournables de ce lieu enchanteur.

Les enfants sont particulièrement gâtés car le Butterfly World leur offre une visite très instructive de son traditionnel musée des insectes et la possibilité de marcher au sein d’un nuage de papillons… magnifique ! Un spectacle haut en couleurs et une journée éducative dont ils se souviendront longtemps.

Le parc est ouvert toute l’année sauf à Pâques, à la Thanksgiving et à Noël. Les bébés de moins de deux ans sont admis gratuitement, les enfants entre 3 et 11 ans doivent débourser 21,95$, alors que l’admission pour les autres est de 26,95$. Exceptionnellement, il n’existe pas de prix spécial pour les gens du troisième âge, comme on voit partout.

Pour plus d’informations voici leur site internet.