Compliquer les choses simples

Preuve que ce gouvernement est essoufflé et dépassé, la ministre de la Justice Stéphanie Vallée se comporte en Ponce Pilate dans la présentation de ses six grandes lignes directrices sur l’encadrement des accommodements religieux.

Il y a quelque chose qu’elle n’a pas compris… Bouchard-Taylor, c’était de l’argent gaspillé et jeté à la rue? Il me semble que c’était clair et limpide. Non! Dans ses rêves les plus fous, elle revient au cas par cas. Il faut avoir plus qu’un secondaire cinq pour en arriver à cette conclusion.

J’espère que la CAQ, si elle est portée au pouvoir en octobre prochain, fera en sorte de tenir ses promesses de passer à la déchiqueteuse la loi 62 une bonne fois pour toute ET DE TRANCHER!

Au bulletin de nouvelles, il fallait voir l’opinion des gens de la rue, le bon peuple, s’opposer unanimement à cette intervention de la ministre. Si prendre une décision définitive pour enfin régler la patate chaude des accommodements religieux est pourtant si simple, pourquoi niaiser et écœurer le monde avec des révélations de la sorte.

Et les arguments de poids sont nombreux. « Il n’y a rien de clair là-dedans lance la Dre Francoeur, présidente de la Fédération des Médecins Spécialistes du Québec. Comment va-t-on interpréter ça dans un hôpital à deux heures du matin? » Même son de cloche du côté de Sylvain Mallette de la Fédération Autonome de l’Enseignement, qui prédit le Far West. Il donne l’exemple de témoins de Jéhovah qui voudraient retirer leur enfant d’un cours qui enseigne la théorie de l’évolution. « Est-ce qu’on va devoir juger du bien-fondé de la croyance de l’enfant ou des parents. » Et on pourrait en donner des tonnes d’exemples où le gouvernement veut transférer sa responsabilité aux autres.

Finalement vous, chers électeurs, le premier octobre aurez-vous la volonté profonde de montrer la porte de sortie à cette bande de parasites qui s’accrochent au pouvoir. Des politiciens qui n’acceptent rien d’autre que le pouvoir. L’abandon massif de leurs postes en est un exemple éloquent. Le paquebot coule! Un naufrage qui, malheureusement, s’étendra sur plus de 4 mois.