Pour les mamans

Aujourd’hui, on célébre toutes les mamans et comme chaque deuxième dimanche de mai, on aime se rappeler et surtout remercier ces femmes exceptionnelles de leur amour sans commune mesure. La maman, c’est celle qui se donne à ses enfants, les protège, les console, qu’ils soient petits ou grands.

En parcourant les réseaux sociaux, les vœux se multiplient autant que les témoignages. On célèbre cette grande fête par la remémoration de plein de souvenirs, chacun à sa façon. Si elle est encore de ce monde, c’est un privilège qui se célèbre. Les câlins d’enfants doivent se multiplier peu importe l’âge. Un geste spontané qui fait son effet.

Toute la journée, je vais penser à ma mère qui nous a quitté il y a un peu plus de six ans, pour un monde meilleur où j’espère qu’elle se repose. Elle n’a jamais eu de travail et elle vivait pour sa famille. Elle n’arrêtait jamais et se négligeait pour sa progéniture. Elle était partout et ses enfants étaient sa priorité. Pour rien au monde, elle nous aurait abandonné. Il y en aurait tellement à raconter que mes souvenirs s’entrecroisent.

Petit détail assez révélateur de son côté couveuse, lorsque j’ai quitté définitivement le nid familial à 22 ans, elle me faisait encore mon petit déjeuner chaque matin. Elle insistait! J’avais beau essayer de la déjouer, on aurait dit qu’elle dormait toujours sur une seule oreille, avec les yeux ouverts. J’entends encore ses pas venir.

Elle avait 80 ans lorsqu’elle a fait le grand voyage. La maladie l’avait affreusement transformée et c’est à ça que je pense aujourd’hui. Mais maintenant, sous ce beau soleil, je lui dis combien elle était remarquable pour nous et combien je l’aime. Je lui parle quelquefois, comme maintenant pour lui offrir du fond du cœur, toute ma reconnaissance à l’occasion de cette journée qui lui est réservée. Assuré de son écoute, je lui fais le plus virtuel des câlins.

Une maman, on en a qu’une seule et jusque dans l’immensité, ça demeure une pierre précieuse d’une inestimable valeur. Merci pour tout, maman et continue de veiller sur nous, avec papa, d’ici nos retrouvailles.