Qu’est-ce que les Canadiens savent et croient savoir sur la consommation de cannabis?

À tort ou à raison, la légalisation du cannabis est pour bientôt, alors quoi de mieux que cet article d’intérêt, tiré d’un sondage canadien sur la question…

Vu les changements que propose le gouvernement au statut juridique du cannabis, beaucoup ne savent trop quoi penser et se demandent ce que ces changements signifieront pour eux, leur famille et leur collectivité. Santé Canada a réalisé un nouveau sondage pour recueillir des données sur les connaissances, les attitudes et les comportements des Canadiens qui consomment du cannabis à des fins médicales et non médicales, et sur les perceptions que les non-consommateurs ont de la consommation de cannabis. Voici quelques faits intéressants tirés du sondage.

PERCEPTIONS SUR LES BIENFAITS ET LES MÉFAITS

Environ la moitié de tous les répondants ont indiqué que le cannabis avait un effet positif sur l’humeur, la créativité, l’anxiété et le sommeil. D’un autre côté, certaines personnes étaient d’avis que le cannabis avait un effet négatif sur la motivation, la mémoire, la concentration, l’attention, le raisonnement et la prise de décision. Plus de 70% des répondants croyaient que la consommation de cannabis pouvait engendrer une dépendance. Des études ont démontré que le THC présent dans le cannabis augmente la concentration de dopamine (la molécule chimique qui procure une sensation de plaisir) dans le cerveau, ce qui incite les gens à en consommer. En fait, on estime que 9% des consommateurs de cannabis développeront une dépendance; ce taux augmente chez ceux qui fument du cannabis chaque jour ou qui ont commencé à en consommer à l’adolescence.

OPINIONS SUR LA CONSOMMATION ET LA CONDUITE AUTOMOBILE

4 répondants sur 10 ont affirmé avoir consommé du cannabis dans les 12 derniers mois et avoir conduit un véhicule dans les deux heures après avoir consommé. La consommation de cannabis peut affaiblir les facultés nécessaires pour conduire en toute sécurité et pour pratiquer des activités où la vitesse entre en jeu, comme le ski, le vélo et la planche à roulettes. Les personnes qui participent à de telles activités avec les facultés affaiblies s’exposent à des accidents pouvant leur causer des blessures graves, et même la mort.

ÂGE AU DÉBUT DE LA CONSOMMATION

L’âge moyen des répondants la première fois qu’ils ont consommé du cannabis des fins non médicales était de 18,7 ans. Il ne faut pas oublier que les effets du cannabis sur l’apprentissage, l’attention et la mémoire peuvent être persistants chez les personnes qui en consomment à un jeune âge, de façon régulière et sur une longue période. La consommation précoce et fréquente de cannabis augmente les risques de développer une dépendance. S’il est approuvé, le projet de loi interdirait la vente de cannabis aux personnes âgées de moins de 18 ans (ou plus, selon la province ou le territoire.

Pour en savoir plus, consultez canada.ca/cannabis.

Source : Nouvelles « CSA» Printemps 2018