Le « pot »… c’est pour bientôt

Et oui! Ce fut l’euphorie pour plusieurs lorsqu’annoncé à l’origine puis, le calme, pour finalement faire ressortir les problèmes à venir à l’approche du jour J.

Je fais partie des « pas d’accord » avec cette légalisation et j’anticipe plus de problèmes reliés à cette drogue que de solutions. Quoi qu’il en soit, nous vivons dans une drôle de société, où toutes les valeurs de jadis ont pris le bord. Certains appellent ça une évolution alors que moi je trouve qu’on perd tous nos repères.

Hier matin, j’ai lu avec grand intérêt, l’article de Richard Martineau dans les pages du Journal de Montréal et j’ai trouvé sa vision de notre drôle d’époque, comme il le souligne, assez près de la mienne. En tout cas, ça apporte des interrogations sensées et des réponses bizarres. C’est ce que je partage avec vous aujourd’hui.

PUSHERS RECHERCHÉS

Comme l’a écrit ma consœur Annabelle Blais hier, Québec cherche 300 vendeurs de pot pour travailler dans ses futures succursales de la SQDC (Société québécoise du cannabis).

Ces pushers payés par l’État devront avoir une « bonne maîtrise du sujet » et être « capable de conseiller les consommateurs sur les 150 produits » qui se trouveront en magasin.

LES BONS ET LES MAUVAIS FUMEURS

J’imagine que ces futurs fonctionnaires ne possèdent pas qu’une connaissance théorique du sujet. Ils en ont aussi fumé. Et du bon. Venant des quatre coins du monde.

Pensez-y deux minutes. Des dizaines de milliers de Canadiens ont présentement un casier judiciaire pour possession simple de marijuana. Cela les empêche de voyager à l’étranger, de faire du bénévolat ou même de décrocher un emploi.

Mais d’un autre côté, l’État québécois offre un emploi dans la fonction publique à des gens qui ont consommé du pot pendant des années, alors que cette substance était illégale! Si tu t’es fait pincer à fumer, on te punit.

Mais si tu ne t’es pas fait pincer, si tu as été assez habile pour consommer une substance illégale sans te faire arrêter par la police qui est censée appliquer la loi, on t’encourage à envoyer ton CV à la SQDC, car on a besoin de ton expertise et on veut t’offrir un emploi! Euh…

C’est pas un peu bizarre, ça? Il y a les mauvais fumeurs, qui ont été arrêtés (et qui sont considérés comme des criminels). Et les bons fumeurs, qui n’ont pas été arrêtés (et qui sont considérés comme des experts).

J’imagine que si tu as un dossier pour possession de pot… tu ne pourras pas vendre de pot! My God… Certains bureaucrates en fument décidément du bon…

AVEC PAS DE DROGUE

Les conseillers qui seront embauchés par la SQDC suivront une formation cet été… mais on ne leur fera pas fumer de pot! Parce que le pot ne sera pas encore légal… Vous imaginez, vous, un conseiller en vin qui ne déguste pas les vins qu’il est censé vendre?

On veut que le conseiller de pot connaisse parfaitement les produits qu’il va vendre… mais on ne veut pas qu’il en fume!

Chez toi, OK! Ça te regarde, c’est ton affaire! Mais pas pendant nos ateliers de formation, oh que non! Et attendez, ce n’est pas tout, ça devient encore plus surréaliste…

Les conseillers qui travailleront à la SQDC ne pourront pas parler des effets du produit qu’ils vendent! Euh… C’est parce qu’on achète justement du pot pour les effets et les sensations qu’il procure!

Je vais te vendre une auto, mais je ne te parlerai pas de sa performance sur la route! On va vendre une drogue… mais on va faire comme si ce n’était pas de la drogue. Vous pigez? Moi non plus. Je dois être trop sobre. Je vais aller tirer deux poffes et je reviens…

L’HYPOCRISIE GÉNÉRALE

On vend des cigarettes, mais on ne peut pas les montrer. On va vendre de la drogue mais on n’aura pas le droit de parler des effets qu’elle procure.

Quelle drôle d’époque dans laquelle on vit, quand même, non?