Salmigondis

LE SPORT AVANT DE MANGER BRÛLERAIT PLUS DE GRAISSE

WENN | Si vous faites du sport, essayez de vous y mettre avant le petit-déjeuner. D’après une étude de chercheurs des Universités de Bath et de Birmingham, qui ont comparé les données médicales de 30 hommes en surpoids ou obèses, on perdrait deux fois plus de graisse en faisant de l’exercice avant le premier repas du jour.

« Nos résultats suggèrent qu’un changement de timing entre le moment où vous mangez et le moment où vous faites du sport peut avoir des effets profonds et positifs sur votre santé générale. Nous avons constaté que les hommes de notre étude qui faisaient du sport avant le petit-déjeuner brûlaient deux fois plus de graisse que ceux qui faisaient du sport après », a indiqué le docteur Javier Gonzalez, responsable de l’étude.

Toujours d’après les experts, ce sont les faibles niveaux d’insuline des personnes qui n’ont pas encore mangé qui permettraient d’utiliser la graisse pour activer les muscles. Les résultats complets de l’étude ont été publiés dans The Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism.

POUR LA CLASSE, ON REPASSERA

Si on croyait que « Selfie » Trudeau avait de la classe, détrompez vous ! On l’a vu, au soir du scrutin, carrément couper l’herbe sous le pied d’Andrew Scheer au moment où il s’adressait aux citoyens. C’est alors que Justin l’effronté a décidé de prendre également la parole et ainsi passer en vedette au lieu d’attendre la fin du discours de son rival. La télé lui a donné raison, en reprenant, plus tard, le discours de Monsieur Scheer. Il n’y a qu’un Trudeau pour faire pareille connerie. Autre constat déplorable, 64 % des Canadiens se sont présentés aux urnes. Espérons que ce ceux et celles qui ont refusé d’accomplir leur devoir de citoyen, se fermeront la « trappe » jusqu’aux prochaines élections. Eux aussi ont manqué de classe.

DES COMPENSATIONS POURQUOI ?

Ainsi donc, les tarifs des stationnements d’hôpitaux et CHSLD seront imposés par le Gouvernement du Québec. Il était temps ! Toutefois, on parle de compenser les fondations en leur versant 100 â 150 millions de dollars en dédommagement. C’est quoi le bonbon ? Pourquoi nos impôts serviraient à redonner d’une main ce qu’on nous enlève de l’autre. Les hôpitaux n’ont pas à recevoir de compensations. Qu’ils se contentent de ce qu’ils perçoivent en frais de stationnement. Avec toutes les campagnes de financement qu’ils organisent chaque année, ils devraient s’en contenter. D’ailleurs, c’est sur le bout des lèvres qu’ils nous informent des revenus qu’ils tirent de leurs stationnements. Je suis définitivement contre ces cadeaux déguisés absolument inutiles. On ne va pas à l’hôpital par choix, mais bien par obligation.

UNE SOCIÉTÉ DE MALADES

Il ne se passe pas une seule journée où on apprend qu’un éducateur, professeur, coach, personne en autorité, n’ait pogné les fesses et les parties génitales de mineurs sous leurs responsabilités. C’est tout simplement dégueulasse. Comment en sommes nous rendus là, en 2019. Après de telles surprises, comment faire confiance à ceux et celles à qui nous confions nos enfants. La pornographie inonde l’internet et dans l’intimité, il devient facile d’alimenter sa perversion. Pire encore, ces désaxés sexuels s’en prennent à des enfants atteint de déficience intellectuelle et de troubles du spectre de l’autisme. Définitivement, il faut condamner ces gestes et les tribunaux doivent exiger des suivis médicaux durant leur peine d’emprisonnement. La castration, dans certains cas, pourrait être imposée dans une sentence. Les enfants n’ont pas à devenir des victimes de gestes dégradants qui les hanteront toute leur vie.

UNE AUTRE PREUVE D’AMOUR DES CANADIENS ENVERS LES QUÉBÉCOIS

TORONTO | (Agence QMI) Le conseil de ville de Toronto a adopté à l’unanimité avant-hier une motion condamnant la loi québécoise sur la laïcité de l’État. Toronto demande au gouvernement fédéral de faire de même. Elle exige aussi qu’Ottawa s’oppose à la Loi devant les tribunaux. En campagne électorale, le premier ministre réélu, Justin Trudeau, avait affirmé qu’il pourrait peut-être engager Ottawa dans une bataille judiciaire.

La motion adoptée à Toronto appuie la création d’une campagne nationale « mettant en lumière les impacts néfastes généralisées de la loi 21 sur la cohésion sociale et l’inclusion au Canada ». « Cette Loi mal avisée est un pas important vers un accroissement de la polarisation et de la marginalisation des minorités religieuses », peut-on lire dans le texte de présentation de la motion. Le maire John Tory n’a pas voté. Calgary avait lancé le mouvement de contestation en septembre. Winnipeg et des élus d’Edmonton avaient suivi.

Comme l’écrivait Richard Martineau dans sa chronique d’hier; « Et certains trouvent encore que nous avons notre place dans ce pays ? »